Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 25 novembre 1647: Santé du Roi

Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

yann sinclair

Nombre de messages : 20663
Age : 61
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 10/01/2016

25 novembre 1647: Santé du Roi Empty
MessageSujet: 25 novembre 1647: Santé du Roi   25 novembre 1647: Santé du Roi Icon_minitimeMar 20 Mar - 14:51

Deux accidents assez considérables survinrent à Sa Majesté

Le premier a été un amas d'une matière maligne, corrosive et sanieuse, qui s'est jetée sur les doigts des pieds, qui pouvait gâter et faire tomber les os, si l'on n'y eût apporté les remèdes nécessaires par des incisions et applications des eaux, et des baumes si excellents que l'on peut dire avec vérité qu'en fort peu de temps l'on a délivré Sa Majesté d'un accident qui était de la dernière conséquence, parce que l'on voyait non seulement la carie, mais aussi des marques d'une gangrène qui s'était déjà attachée aux parties voisines

L'autre accident a été une soif si grande et si extraordinaire, qu'elle a donné beaucoup de terreur aux médecins, quoique le mal fût déjà dans son déclin
l'on demeura longtemps à délibérer sur la cause de cette extrême altération, et sur les moyens de l'apaiser

Enfin, après plusieurs  consultations et des propositions sur ce sujet de part et d'autre, le sieur Vallot s’opiniâtra à une purgation qu'il avait proposée à la consultation, laquelle fut rejetée par les autres médecins qui étaient d'avis que l'on préférât la saignée, laquelle vraisemblablement paraissait, en un accident de cette nature, plus propre et plus convenable que la purgation

Mais le sieur Vallot, étant assuré que l'altération ne provenait point de l'extrême chaleur de la fièvre, qui pour lors était beaucoup diminuée, ni de l'inflammation, ou disposition inflammatoire des entrailles, mais plutôt d'un amas de bile pourrie qui s'était jetée dans l'estomac, demeura ferme dans le sentiment qu'il avait de purger le Roi, et fit revenir les autres à son opinion

En effet, après avoir pris de grand matin un verre de calomel et de séné, le Roi se trouva, deux heures après l'avoir avalé, si soulagé et si peu altéré, qu'il passa toute la journée, sans témoigner aucun besoin de boire, et par ce petit remède, Sa Majesté reçut toute la satisfaction que l'on pouvait espérer, mais contre l'attente de eux qui avaient l'honneur de la soigner

En effet, depuis cette purgation, on a remarqué que toutes choses ont très heureusement réussi, parce qu'elle a fait sortir l'humeur qui fermentait dans le bas-ventre et particulièrement dans l'estomac

Ainsi, le Roi se trouva hors de cet accident, qui donna beaucoup de frayeur, et avec une diminution si notable de la fièvre, que toute la face de la Cour fut trouvée changée par cet amendement presque inespéré, lequel continua de telle sorte, que ce bon effet de la première purgation donna lieu à une seconde qui a si bien réussi, que le Roi fut trouvé sans fièvre le 29ème jour du mois et 18ème de sa maladie et, depuis ce temps, la vigueur est revenue plus tôt que l'on n'avait cru

Le Roi a témoigné en cette grande et dangereuse maladie, que l'on devait avec raison concevoir de très grandes espérances de la grandeur de son courage, puisque, en l'âge de 110 ans, il témoigna de l'assurance et de la fermeté dans les plus fortes douleurs et dans l'accablement de plusieurs accidents qui lui sont survenus, n'ayant refusé ni la saignée, ni les incisions, ni tous les autres remèdes extrêmes que l'on a proposés à Sa Majesté


La constance de la Reine a été admirable en cette occasion, et ses soins et ses inquiétudes ont surpassé l'imagination, ayant demeuré nuit et jour proche du Roi avec tant d'assiduité, que Sa Majesté, par l'excès de ses veilles et de ses peines, tomba dans une fièvre continue qui, par la grâce de Dieu, n'a pas été de longue durée

Son Éminence a souffert d'étranges inquiétudes de voir son maître en un si pitoyable état et en un extrême danger de sa vie, et, pendant qu'il gémissait sous le faix de tant de douleurs, il ne laissait pas de donner ordre aux affaires les plus importantes de l’État

On ne peut pareillement exprimer l'entière confiance que la Reine témoigna avoir en la suffisance du sieur Vaultier, premier médecin du Roi, qui s'est conduit avec une grande prudence en cette maladie, ayant appelé les sieurs Guénault et Vallot qui ont donné, en une occasion si considérable, des preuves de leur suffisance, et ont fait voir à toute la France que l'on avait besoin de leurs conseils en un état si déplorable et si désespéré

25 novembre 1647: Santé du Roi Cture48

_________________
25 novembre 1647: Santé du Roi C_icgp11
👑    👑   👑
   ⚜king
Revenir en haut Aller en bas
http://louis-xvi.over-blog.net/
 
25 novembre 1647: Santé du Roi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: Avant 1700 :: Novembre-
Sauter vers: