Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 L'art d'aimer au Louvre-Lens

Aller en bas 
AuteurMessage
globule
Administrateur
globule

Nombre de messages : 1355
Date d'inscription : 04/10/2017

L'art d'aimer au Louvre-Lens Empty
MessageSujet: L'art d'aimer au Louvre-Lens   L'art d'aimer au Louvre-Lens Icon_minitimeJeu 27 Sep - 10:37

Non non, ce n'est pas parce que je suis un gros obsédé que j'ouvre ce topic. L'art d'aimer au Louvre-Lens 914132 Farces, va !
On parle du XVIIIe, d'abord.

L'art d'aimer au Louvre-Lens 61703710

Et puis, une expo sur l'amour ? Elle est pas belle, la vie ? L'art d'aimer au Louvre-Lens 580524
On y va quand ?

Du péché originel à la quête de liberté : l'exposition "Amour", qui s'ouvre mercredi au Louvre-Lens, montre comment chaque époque, de l'Antiquité jusqu'à aujourd'hui, propose sa vision de l'amour.

Cette exposition thématique "est un point de vue d'auteur qui raconte une histoire des manières d'aimer", résume Marie Lavandier, directrice du musée.

"Et cette histoire commence mal, car Eve, au jardin d'Eden, et Pandore, au temps de +l'Age d'or+, sont considérées comme responsables de tous les maux de l'humanité", relate Zeev Gourarier, commissaire de l’exposition.

Dans l'Antiquité, il y a en effet cette idée que "la femme est quelque chose de mauvais et qu'on peut alors en user à sa guise", explique Mme Lavandier.

L'amour est alors perçu comme un "amollissement" et représenté comme un obstacle à la réalisation de soi et non pas comme un "aboutissement".

Les œuvres de l'Antiquité expriment ainsi une conception de l'amour qui peut être vécu comme un mal: dans "La Tentation de Saint Antoine", de Jacques-Antoine Vallin, un groupe de jeunes filles dénudées entourent l'homme de leur danse enjôleuse, illustrant la dangerosité de la séduction charnelle.

Cette vision évolue avec le christianisme : la femme, épouse et mère, est revalorisée dans la relation amoureuse, au prix d'une "stigmatisation des plaisirs charnels".

En témoigne une peinture de Hans Memling, "Allégorie de la chasteté", visant à exalter la vertu : la femme y est rendue inaccessible par sa position au sommet d'une montagne gardée par des lions.

Au Moyen Age, l'amour courtois émerge : il repose sur une "exclusivité", une "constance" et une "réciprocité" du sentiment. Il rompt ainsi avec "la glorification de la chasteté" et propose un rapport plus égalitaire entre amour "charnel" et "spirituel".

- 250 œuvres d'art -

L'exposition se poursuit "avec le XVIIIe siècle libertin, où une place plus importante est tenue par le plaisir", poursuit Mme Lavandier.

Cette notion accompagne les idées des Lumières et transforme ainsi "l'art galant de se plaire réciproquement en une recherche raffinée des plaisirs de la chair", relève un panonceau.

Ici, les artistes mettent en scène des épisodes où un personnage espionne l'intimité d'un autre. En témoigne le célèbre tableau de Jean-Honoré Fragonard, "Le Verrou", montrant une femme s’abandonnant dans les bras de son amant dans une chambre à coucher.

Mais dès le XIXe siècle, "le romantisme préfère, à la quête du plaisir sans affect, une réhabilitation du sentiment", et l'amour, attendu dans le mariage, est pensé comme unique. Une sculpture de Camille Claudel met ainsi en scène le chavirement de deux corps: "c'est l'amour fou", résume Dominique de Font-Réaulx, autre commissaire de l'exposition.

Enfin, l'exposition, qui compte 250 œuvres, se penche sur l'époque contemporaine, où la liberté s'invite dans la relation amoureuse, avec des œuvres de Niki de Saint Phalle.

L'artiste "représente avec ses Nanas le bonheur d'être femme, avec la mise en valeur des courbes, un certain bonheur d'être, mais qui s'accompagne aussi d'un mal-être dans l'amour et, quelque part, ça nous interpelle sur la liberté", explique Zeev Gourarier.

Cette exposition, visible jusqu'au 21 janvier, s’achève sur une mosaïque de 350 pochettes de disques vinyles.

Ces chansons d'amour témoignent des changements des façons d'aimer: il y a "l’exaltation de l’amour libre", comme Carmen avec "L'Amour est enfant de Bohême" ou Barbara avec "Moi je me balance". D'autres évoquent des questions relatives au genre, comme Sylvie Vartan et sa rengaine "Comme un garçon".
https://www.rtl.be/info/index.htm

_________________
- Je ne vous jette pas la pierre, Pierre -
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6240
Date d'inscription : 30/03/2014

L'art d'aimer au Louvre-Lens Empty
MessageSujet: Re: L'art d'aimer au Louvre-Lens   L'art d'aimer au Louvre-Lens Icon_minitimeJeu 27 Sep - 10:42

globule a écrit:
Et puis, une expo sur l'amour ? Elle est pas belle, la vie ? L'art d'aimer au Louvre-Lens 580524

Bonjour Globule,

Il s'agit de l'Exposition "Amour" effectivement au Louvre-Lens.

L'art d'aimer au Louvre-Lens Amour-10

Vous trouverez un complément d'information ici.
https://www.louvrelens.fr/exhibition/amour/

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Airin

Airin

Nombre de messages : 601
Date d'inscription : 19/09/2015

L'art d'aimer au Louvre-Lens Empty
MessageSujet: Re: L'art d'aimer au Louvre-Lens   L'art d'aimer au Louvre-Lens Icon_minitimeMar 2 Oct - 10:28

Pour votre mettre dans l'ambiance :

<iframe width="560" height="315" src="http://embedftv-a.akamaihd.net/e1a74856cb6b6395b5e067d0449493d2" frameborder="0" scrolling="no" allowfullscreen></iframe>
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6240
Date d'inscription : 30/03/2014

L'art d'aimer au Louvre-Lens Empty
MessageSujet: Re: L'art d'aimer au Louvre-Lens   L'art d'aimer au Louvre-Lens Icon_minitimeLun 8 Oct - 6:48

Voici une intéressante analyse dont nous mettrons en exergue la partie concernant le XVIIIe siècle, où la conquête du plaisir charnel s'ajoute à la nation d'amours courtois et galant.

« Madame, quel est votre mot, et sur le mot et sur la chose ? On vous a dit souvent le mot, on vous a fait souvent la chose… » Paroles non explicites mais pourtant éloquentes tirées d’une chanson du XVIIe, époque où l’on ne nomme pas ce à quoi tout le monde pense – censure oblige –, mais où on le pratique avec assiduité. Cela s’appelle la « gaze libertine », soit l’art de parler sans en avoir l’air du sport favori du XVIIIe siècle : l’amour physique et le plaisir, synonymes non seulement de jouissance du corps mais de conquête de la liberté. Dans l’exposition, les œuvres montrent, avec un degré de libertinage allant crescendo, la multiplication des plaisirs de la chair, à pratiquer en solo ou à plusieurs, entre hommes et/ou femmes et/ou en multipliant les partenaires, comme le détaillent avec force pédagogie les nombreuses gravures érotiques judicieusement placées hors de portée des enfants. Où l’on apprendra que les couloirs dérobés et les boudoirs apparaissent dans les demeures à cette époque, petites pièces éloignées de lieux de vie, fort pratiques pour s’envoyer en l’air en toute tranquillité. Ces dames y évoluent en déshabillé, le téton rose surplombant le décolleté, le jupon retroussé ou s’apprêtant à l’être, comme dans le tableau star de l’exposition, le fameux Verrou de Fragonard. La femme rougit tandis que l’homme au corps de taureau et au bassin déjà positionné s’apprête à enclencher la targette magique, clé de la volupté. Tableau du plaisir impérieux, certes, mais partagé ou forcé ? L’énigme demeure, rien n’indique si la femme sera violée ou comblée.

L'art d'aimer au Louvre-Lens Fragon10
https://www.telerama.fr/scenes/vingt-siecles-dhistoires-damour-couches-sur-toile-au-louvre-lens,n5836693.php

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
de La Reinta

de La Reinta

Nombre de messages : 1136
Date d'inscription : 15/03/2016

L'art d'aimer au Louvre-Lens Empty
MessageSujet: Re: L'art d'aimer au Louvre-Lens   L'art d'aimer au Louvre-Lens Icon_minitimeSam 13 Oct - 9:57

tout tout tout sur le verrou L'art d'aimer au Louvre-Lens 887322 L'art d'aimer au Louvre-Lens 887322 L'art d'aimer au Louvre-Lens 887322 L'art d'aimer au Louvre-Lens 887322

https://www.francetvinfo.fr/france/lens/louvre-lens-le-verrou-de-fragonard-au-coeur-de-l-exposition-l-art-et-l-amour_2981403.html



Le Verrou, de Fragonard, est actuellement exposé au musée du Louvre-Lens, dans le Pas-de-Calais. La composition du tableau est parfaite : le long d'une diagonale qui sépare ombre et lumière, le peintre a placé tous ses indices : le verrou, le visage des amoureux, le creux du lit et la pomme, pour le péché originel. Au Louvre-Lens, le tableau représente le XVIIIe siècle libertin dans une exposition consacrée à "l'art et l'amour".

Un tableau qui interroge

Mais l'objet du tableau interroge : l'homme se rue sur le verrou d'une porte dont le personnage féminin semble vouloir sortir. S'agirait-il d'un viol ? Le peintre n'a pas laissé d'explication, de nombreux historiens de l'art abondent pour dire que non... Après avoir fait sensation en 1777, le tableau est tombé dans l'oublié jusqu'à son achat en 1974 par le Musée du Louvre.

_________________
Je dois avouer ma dissipation et paresse pour les choses sérieuses
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'art d'aimer au Louvre-Lens Empty
MessageSujet: Re: L'art d'aimer au Louvre-Lens   L'art d'aimer au Louvre-Lens Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
L'art d'aimer au Louvre-Lens
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Endroits liés à Marie-Antoinette :: Musées et autres domaines-
Sauter vers: