Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 03 janvier 1777: Louis Poinsot

Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

yann sinclair

Nombre de messages : 18114
Age : 61
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: 03 janvier 1777: Louis Poinsot   Jeu 3 Jan - 10:33


Vendredi 03 janvier 1777



 Louis Poinsot

mathématicien français

Né le 03 janvier 1777 à Clermont-en-Beauvaisis
Décédé le 05 décembre 1859 à Paris à l'âge de 82 ans

mathématicien français connu pour ses contributions à la mécanique rationnelle

Années de formation







Fils d'un épicier de Beauvais, il fit ses classes de rhétorique au Lycée Louis-le-Grand à Paris (1789-1793). Élève brillant en littérature classique, il se présenta au premier concours d'entrée à l’École polytechnique (alors appelée École centrale des travaux publics) et malgré son ignorance de l’algèbre dont il donna « sa parole d’honneur qu’il l’apprendrait », fut admis à en 17942. Recruté à l'école d'application des Ponts et Chaussées (1797), il y obtint le prix de mécanique pour un projet de scie à recéper les pieux sous eau, inspiré d'une invention similaire de Louis Alexandre de Cessart.


Premières recherches







De 1800 à 1803, Poinsot est affecté à Paris sans projet précis : le Consulat manque d'argent et l'ingénieur en chef Pierre-Simon Girard essaie à ce moment d'obtenir une décision politique pour la canalisation de l'Ourcq. Dans l'intervalle, Poinsot est professeur à l'Institut polytechnique de Joseph Lemoine d'Essoie3 et il s'occupe à des recherches sur la résolution des équations algébriques, et à une mise au propre de ses notes de cours sur la statique. Le résultat de ce dernier travail est couronné de succès : les Éléments de statique (1803) sont d'emblée salués comme un livre aux qualités didactiques exceptionnelles ; ils se substituent dans l'enseignement technique à la Statique de Charles Bossut et seront réédités onze fois (1811, 1821, 1824, 1830, 1834, 1837, 1842, 1848, 1861, 1873, 1877) jusqu'à ce que la discipline elle-même, devenue une simple conséquence de la Dynamique, tombe en désuétude dans l'enseignement.


Les années de succès







Définitions précises, clarté des raisonnements, réduction systématique des questions à des méthodes géométriques révèlent le style de Poinsot, qui, cette même année, renonce à la carrière d'ingénieur et est recruté comme professeur de mathématiques au lycée Bonaparte. Reconnu à présent par l'Institut, il dépose un mémoire (imprimé ensuite sous le titre de Théorie générale de l'équilibre et du mouvement des systèmes) critiquant le principe des travaux virtuels. Ce principe, parmi d'autres possibles, avait été choisi par Joseph-Louis Lagrange pour axiomatiser la statique dans sa Mécanique analytique (1788). Lagrange, qui était alors le doyen et l'autorité suprême de l'Institut, s'émut de la témérité du jeune auteur. Pourtant, après deux entrevues houleuses, il semble que Lagrange, à défaut d'être convaincu par les arguments de Poinsot, lui reconnut de la rigueur et du courage : il lui obtint la charge d'inspecteur des universités (1808).


Du professorat au positivisme







À ce poste, Poinsot s'appliqua à promouvoir l'enseignement des sciences, alors presque inexistant, dans les universités et surtout les lycées. En littérature, il recommanda aux professeurs de limiter leurs cours à un petit nombre d'œuvres choisies, en en faisant davantage ressortir la valeur exemplaire. Il encourageait particulièrement la mémorisation des textes classiques.

Il est parallèlement professeur d'analyse à Polytechnique de 1809 à 1811.

À la mort de Lagrange (1813), Poinsot est élu à l'Institut (Académie des sciences) dans la classe de mathématiques; mais à la Restauration, comme d'autres dignitaires du régime impérial, il fut relevé de ses différents postes. Ses relations avec Siméon Denis Poisson se dégradant, l'Inspection générale lui fut enlevée à l'avènement de Charles X (ordonnance du 22 septembre 1824). Soupçonné de libéralisme politique, son enthousiasme pour le Système de Politique Positive d'Auguste Comte l'écarta encore un peu plus du pouvoir.


_________________

👑    👑   👑
   ⚜king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louis-xvi.over-blog.net/
 
03 janvier 1777: Louis Poinsot
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'exécution de Louis XVI le 21 janvier 1793
» MORLAND François-Louis de * Colonel de chasseurs à cheval .
» Saint Louis-Marie Grignion de Montfort (28 avril)
» Prophétie du pere Louis Cestac
» BAILLOT (Louis-V.) Fusilier -105è de ligne - Carisey (YONNE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: 1777 :: Janvier-
Sauter vers: