Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Ventes aux enchères

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38  Suivant
AuteurMessage
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6248
Date d'inscription : 30/03/2014

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeLun 12 Mar - 10:19

Voici un portrait du Dauphin.

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych17

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych22

Adolph-Ulrik WERTMÜLLER (Stockolm, 1751 – 1811), attribué à Portrait du Dauphin Louis XVII, en buste de trois-quarts vers la gauche, presque de face, en costume de soie rose à large col de dentelle blanche, coiffé de longues mèches et portant le grand Cordon et la Croix du Saint-Esprit. Fond de paysage. Miniature ronde sur ivoire. Dans un cadre à bélière en bronze doré ciselé de perles. Diamètre : 6 cm Provenance : Collection princière française. Historique : Peintre et peintre en miniature, Wertmüller étudia en Suède puis en France où il se fit inscrire en Septembre 1772 à l’école de l’Académie Royale de Paris : « Adolphe Wertmüller, Peintre de Stockholm, 21 ans, protégé de Mr Rosselin (Roslin), demeure chez lui, élève de Vien ». Très proche de Joseph-Marie Vien, il le suit à Rome et séjourne en Italie jusqu’en 1799. En 1783, il avait un atelier à Paris et fût agréé le 30 aout 1783 puis reçu académicien le 31 juillet 1784 avec les portraits de Caffiéri et Bachelier. Devenu l’un des peintres favoris de la Reine Marie-Antoinette, il fit un portrait d’elle avec ses deux enfants pour le Roi Gustave 3 de Suède (exposé au Salon de 1785). Mais ses commandes de portraits de chevalet se raréfiant, il se consacra alors à la miniature. Notre sujet est très proche du petit portrait du Dauphin livré par Greuze de la fin du XVIIIe siècle, le jeune prince y est représenté dans un paysage, portant le Cordon et la plaque du Saint-Esprit, à la manière habituelle chère à l’artiste, loin des portraits officiels du Dauphin, futur Louis XVII, exécutés par Kucharski, Auguste Laby ou Noël Bertrand. Un autre portrait du jeune Louis XVII contemporain de celui de Geuze par Vien 1 et un petit portrait sur toile par Wertmüller 2 nous permettent de confirmer notre attribution au « peintre et peintre en miniature ». Bibliographie : ENSBA- MS 95 sept. 1772, p.91. Bibliothèque Royale de Stokholm. Schidlof, 1964, T.1. Lemoine-Bouchard, p. 537-538. Audin et Vial, Bolton, 1921. Groce et Wallace. Foster. Benisovich, 1956, p.35-68. Lundberg, 1970, p.30. Blättel. « Le Boudoir de Marie-Antoinette »,

Ce lot, le 83, est estimé entre 3.000 et 4.000 €.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Sido Scorpion

Sido Scorpion

Nombre de messages : 680
Date d'inscription : 05/08/2015

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeLun 12 Mar - 10:22

On voit que ce petit portrait est fait de tête dans la mesure où les yeux sont marrons, alors que ceux de Louis-Charles étaient bleus comme ceux de ses parents. Ventes aux enchères - Page 37 405462

_________________
Avais-je atteint ici ce qu'on ne recommence point ?
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6248
Date d'inscription : 30/03/2014

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeLun 12 Mar - 10:27

Le lot 84 est un portrait également.

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych18

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych24

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych23

Auguste-Louis-Jean Baptiste RIVIERE (1761 - 1833) Portrait de la Reine Marie-Antoinette en robe de soie rose dite « en Gaulle » bordée de volants de voile blanc au col et aux manches. Vue de trois-quarts vers la droite, presque de face, dans un paysage, elle est coiffée d’un grand chapeau de paille d’Italie orné d’un ruban de soie bleue. Miniature ronde sur ivoire vers 1780. Diamètre: 6,4 cm Provenance : Célèbre Collection (N°30 au dos). Bibliographie : Rare document figurant la Reine Marie-Antoinette par Rivière, ami et proche de Madame Vigée-Lebrun avec laquelle il avait un lien familial en tant que frère ainé de sa belle soeur Suzanne Vigée. Ainsi, l’accompagna t il dans ses voyages en Italie, en Russie et en Autriche et il copia ses tableaux en miniature, ainsi notre sujet figurant la Souveraine et exécuté d’après un tableau de chevalet. Il exécuta aussi un joli portrait de la duchesse de Guiche (collection privée), de la comtesse Kinsky, de la Grande Duchesse Anna Fédéorovna (Palais de l’Ermitage) et de Stanislas II Auguste, tous d’après Madame Vigée-Lebrun. On consultera Lemoine-Bouchard, p.439-440. Vigée-Lebrun, « Souvenirs», II, p.211-212.

Il est estimé entre 1.200 et 1.500 €.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6248
Date d'inscription : 30/03/2014

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeLun 12 Mar - 10:33

Voici le lot 85.

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych25

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych26

Rarissime sous-main de voyage ou « serre-billet », commémoratif du mariage du Roi Louis XVI et de la Reine Marie-Antoinette, en soie ivoire brodée de fils de soie et d’or rehaussée de cailloux du Rhin facettés, à décor de fleurs polychromes en guirlandes, au naturel ou en paniers, sous des pampilles, de part et d’autre d’un médaillon central en bronze ciselé et doré figurant les profils du Roi et de la Reine. Doublure en moire de soie bleue. Epoque Louis XVI, vers 1780. Longueur : 28 cm Largeur : 21 cm

Il est estimé entre 500 et 800 €.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6248
Date d'inscription : 30/03/2014

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeLun 12 Mar - 10:37

Voici le lot 86.

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych19

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych28

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych27

Rare médaillon en biscuit de Sèvres commémoratif de la naissance du Dauphin de France, Louis-Joseph-Xavier- François de France. Assis sur un coussin et portant le Grand Cordon du Saint-Esprit, il tient dans la main droite une branche de fleurs de lys. Daté en bas : « 1781, 22 8tbre ». Dans son cadre à bélière de l’époque. Diamètre : 8,8 cm. Historique : Louis-Joseph-Xavier-François de France (1781-1789), fils ainé du Roi Louis XVI. Un autre exemplaire est conservé au Musée National de Sèvres. Reproduit dans « Un prince méconnu, le Dauphin Louis-Joseph » et « Les Princes du malheur, le destin tragique des Enfants de Louis XVI et Marie-Antoinette.

Ce lot est estimé entre 3.000 et 4.000 €.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
de La Reinta

de La Reinta

Nombre de messages : 1136
Date d'inscription : 15/03/2016

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeLun 12 Mar - 10:39

rrrrhhhhhoooooooo trop mignon !!!!!!!! Ventes aux enchères - Page 37 405462 Ventes aux enchères - Page 37 405462 Ventes aux enchères - Page 37 405462

_________________
Je dois avouer ma dissipation et paresse pour les choses sérieuses
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6248
Date d'inscription : 30/03/2014

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeLun 12 Mar - 10:59

Nous passons au lot suivant, le 87.

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych20

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych29

François DUMONT (1751-1831) Portrait de Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon- Penthièvre en buste vers la gauche presque de face, en robe de soie rose à rubans bleus comme sa haute perruque poudrée retenue par un ruban de soie et une couronne de perles. Miniature ovale sur ivoire signée à droite. Vers 1777. Haut. 5,5 cm Larg. 4,6 cm Historique : Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthèvre dite « Mademoiselle d’Ivry » puis « Mademoiselle de Penthièvre », duchesse de Chartres (1765-1785) puis duchesse d’Orléans (1785-1821). Bibliographie : à propos de François Dumont, remarquable miniaturiste, on consultera la Thèse du Dr Bodo Hoffstetter, de même, Schidlof, 1964, T.1 et Lemoine-Bouchard.

Il est estimé entre 4.000 et 4.500 €.

Bien à vous

madame antoine







_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6248
Date d'inscription : 30/03/2014

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeLun 12 Mar - 11:03

Voici le lot 97, annoncé sans estimation.

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych21

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych30

Jean-Baptiste ISABEY (Nancy, 11 avril 1767 – Paris, 18 avril 1855) Portrait du Roi Louis XVIII en buste de trois-quarts vers la droite presque de face, en redingote bleue à épaulettes de canetille d’or, Cordon du Saint-Esprit , Croix de Saint Louis et plaque du Saint-Esprit. Fond en frottis gris-beige. Miniature ovale sur ivoire signée à droite, dans son médaillon de l’époque à bélière en or. Haut. 4,5 cm Larg. 3,8 cm Provenance : Ancienne Collection du prince de B.-P. Bibliographie : L’un des plus précieux portraits du Roi Louis XVIII, livré par l’artiste en 1814. Une autre version, moins aboutie est conservée au musée Antoine Lécuyer (Inv. 1977.3.4) ainsi qu’une autre au musée des arts Décoratifs, Paris (M.A.D., inv. 39611, legs S.Lefebvre de Viefville, 1961). On consultera Schidlof, 1964, T.2. Taigny, 1859. Molinier, 1885, p. 39. Basily-Callimaki,

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6248
Date d'inscription : 30/03/2014

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeLun 12 Mar - 11:23

La majorité des lots proposés concernant l'Empire, nous vous renverrons au Site de la Maison Osenat que voici.
http://www.osenat.com/index.jsp

Je finirai cependant par une relique de l'Impératrice Joséphine. Il s'agit du lot 171, estimé entre 15.000 et 20.000 €.

Ventes aux enchères - Page 37 Tylych22

Impératrice Joséphine Rare paire de fines chaussures de bal à demi talon, ayant appartenu à l’Impératrice Joséphine. En cuir et soie ivoire, ornées d’un noeud sur bande froncée, gaînées à l’intérieur de peau et de toile ivoire. Talons recouverts de soie en suite. Semelles en cuir à talons cloutés, avec marque à la plume «TR 27» et frappées «37-3-63». B.E. Semelles avec traces d’usage. Provenance: Descendance de la famille impériale. Pour des modèles similaires : Paire de chaussures portées par l’impératrice Joséphine le jour du sacre, France, 2 décembre 1804, présentée dans le catalogue de l’exposition « Dans les armoires de l’Impératrice Joséphine.

Bien à vous

madame antoine


_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
flower power

flower power

Nombre de messages : 334
Date d'inscription : 09/05/2015

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeLun 12 Mar - 11:26

Quelle beauté ! Quelle finesse ! Ventes aux enchères - Page 37 580524
Et comme ces souliers sont bien conservés, je n'en reviens pas. Ventes aux enchères - Page 37 914132

_________________
a mortifying family tradition
Revenir en haut Aller en bas
spa monopole

spa monopole

Nombre de messages : 286
Date d'inscription : 31/01/2017

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeMar 20 Mar - 13:13

Vendredi 23 mars, salle 1 - Drouot-Richelieu.
Thierry de Maigret OVV. M. Millet.

Ventes aux enchères - Page 37 La-mon10

Élisabeth Vigée Le Brun (1755-1842), Portrait d’une jeune femme à la robe rouge, présumée Caroline de Rivière, pastel sur papier brun, 43,5 x 32 cm.
Estimation : 20 000/40 000 €
Revenir en haut Aller en bas
Biname

Biname

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 29/12/2016

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeMar 27 Mar - 8:43

Ne pas laisser passer la deuxième partie d'une vente de miniatures !

La deuxième partie d'une collection française de miniatures, dont la première partie a été vendue en 2012, est mise en vente ce 29 mars par Binoche et Giquello, à l'Hôtel Drouot à Paris.

En 2012, Binoche dispersait la première partie de cette collection française de miniatures. Voici donc la seconde partie, composée de quarante pièces signées des grands noms de cet art qui fait intervenir le graphisme, l’orfèvrerie et le travail lapidaire. Ces petites merveilles sont conservées dans un médaillier, qui permet d’admirer les portraits des personnalités des siècles passés, du XVIIe au XIXe. Un modèle rare d’Antoine Vestier (1740-1824) fixe les traits de Marie Thérèse de Savoie, devenue comtesse d’Artois par son mariage avec Charles-Philippe de France, futur Charles X (estimé de 3000 à 35000). La vedette de la vente est pourtant un modèle de Jean II Petitot (1653-1699), portraitiste renommé de la cour de Louis XIV, qui représente Antoine de Dampierre. Cette rareté est conservée dans sa boîte en argent aux armes de la famille. Aucune œuvre semblable n’a été présentée aux enchères en France depuis cinquante ans (de 4000 € à 6000 €).
https://www.connaissancedesarts.com/peinture-et-sculpture/beaux-portraits-en-xxs-1191096/

C'est après-demain ! affraid

_________________
Après moi les mouches
Revenir en haut Aller en bas
Chakton

Chakton

Nombre de messages : 975
Date d'inscription : 22/10/2017

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeMer 4 Avr - 11:04

Chez Tajan, aujourd'hui soir tongue
.......run run run.......

Cet étonnant meuble :

Ventes aux enchères - Page 37 15212010

Description du lot
Georges Jacob (1739-1814)
Lit de repos en acajou et placage d'acajou, montants avant ornés de colonnes détachées à base renflée et godronnée surmontées d'un vase Médicis, montants arrière droits plus élevés juchés d'un vase balustre sur piédouche à col retourné, pieds griffes à l’avant, droits à l’arrière.
Estampillé "G. Iacob", époque Directoire.
H 10 x L 203 x P 100 cm • H 43 1/4 x W 79 7/8 x D 39 3/8 In.

Mais qui est Jacob ?
Georges Jacob (1739-1814) est l'un des meilleurs ébénistes de la fin du XVIIIe siècle. Il se fera connaître comme le grand novateur du Néoclassicisme. L’ingéniosité de ses conceptions et la qualité de ses exécutions font de lui le fournisseur du Garde-Meuble de la Couronne. En effet, Marie-Antoinette fait appel à sa virtuosité pour la chambre du Treillage au Petit Trianon ainsi que pour les châteaux de Fontainebleau, Rambouillet, Saint-Cloud et Versailles.

Note
Notre lit est à rapprocher d'un modèle Directoire vendu chez Christies, Londres, 8 juillet 2010, lot 90.

Ce meuble très particulier est estimé entre 3000 et 5000. tongue
https://www.tajan.com/

_________________
X est la force deux fois pure
Revenir en haut Aller en bas
sheldon12

sheldon12

Nombre de messages : 69
Date d'inscription : 27/10/2017

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeSam 14 Avr - 16:54

Quelques ventes qui s'annoncent pas mal : Wink

- chez Auxerre Enchères Lefranc

Ventes aux enchères - Page 37 17465511
Boîte en carton laqué façon écaille de tortue. Couvercle orné d'une miniature au portrait supposé de Marie-Antoinette. Encadrement d'une bordure de laiton. Époque XVIII°. Diam 7,6 cm. Petits accidents.
150 / 200

Ventes aux enchères - Page 37 17465811
Louis XVI et Marie-Antoinette dans une nuée surplombant le portrait de Louis XVIII faisant face à un ange. Dédié à Monsieur le Comte Berthier préfet du Calvados. Présenté dans un encadrement de bois sculpté. Gouache et encre. Dim18,3x14,5. Taches et salissures.
300 / 380
https://lefranc.auction.fr/_fr


- chez Million

Ventes aux enchères - Page 37 15405910
Grande miniature ovale sur papier, Marie Antoinette et ses enfants cadre en velours bordeau (accidents et manques) 21 x 17,7 cm
100 / 150
http://www.millon.com/
Revenir en haut Aller en bas
Sido Scorpion

Sido Scorpion

Nombre de messages : 680
Date d'inscription : 05/08/2015

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeVen 20 Avr - 12:31

Du bon chez Vermot et Associés : Ventes aux enchères - Page 37 405462

Lot 20
Ventes aux enchères - Page 37 Zzz710
MARIAGE de MARIE-ANTOINETTE d’AUTRICHE avec le DAUPHIN LOUIS XVI Futur Roi de France le 16 mai 1770.
Gravure : « Allégorie sur l’Alliance de Mgr Le Dauphin avec l’Archiduchesse Marie Antoinette, célébrée à Versailles le 16 May 1770. Présentée à Sa Majesté et à Monseigneur le Dauphin le 13 May 1770. » gravé par Laurent AUVRAY. Se vend à Paris chez les Demoiselles Beauvais Marchandes d’Estampes, rue Neuve de Richelieu près la Place de Sorbonne.
Gravure à l’eau forte, imprimée à la sanguine.
(32,5 x 26)
Estimation : 200 € / 250 €

Lot 22
Ventes aux enchères - Page 37 15239610
LOUIS XVI et MARIE-ANTOINETTE. 3 Documents :
« MADRIGAUX sur la naissance de MADAME, Fille du ROI. Au Roi (Louis XVI), à la Reine (Marie-Antoinette) « Digne épouse d’un Roi que tout Paris adore.. », à la jeune Princesse, Madame, Fille du Roi, Sur le Baptême de la jeune Princesse, à mes vers adressées à M. de LASSONNE premier Médecin de la Reine… par l’Abbé L.M. TOURNEFORT, Curé de Villes, achevés le jour des Rois 1779. » - Impr. 4pp (25 x 20)
+ Quittance de souscription de l’Ouvrage intitulé : « LE RÈGNE DE LOUIS XVI ». Fait à PARIS le 2 Mars 1790. Impr. rempli à l’encre (13 x 21)
+ « Souscription pour le grand portrait en pied de la Reine MARIE-ANTOINETTE. » (Second prospectus) – Impr. 3pp (20 x 12)
Les trois : Estimation : 200 € / 250 €

Lot 24
Ventes aux enchères - Page 37 15239611
Gravure : MARIE-CHRISTINE D’AUTRICHE (Vienne 1742-1798) Sœur de Marie-Antoinette. Archiduchesse d’Autriche, Duchesse de Saxe-Teschen, Gouvernante générale des Pays-Bas, dédié à son époux le Duc Albert de Saxe-Teschen, Prince Royal de Pologne et de Lithuanie, Gouverneur général des Pays-Bas. D’après Benedetti, F. Bartolozzi, 1782, Londres.
Eau forte et pointillée, à la sanguine.
(55,5 x 41)
Estimation : 300 € / 350 €

Lot 29
Ventes aux enchères - Page 37 15239612
Gravure : « MARIE THÉRÈSE Charlotte Fille de Louis XVI, née à Versailles le 19 Décembre 1778. » A Paris chez Jean Rue St Jean de Beauvais, N°10. Gravure (37 x 24) Coloris anciens.
Estimation : 250 € / 300 €

Lot 34
Ventes aux enchères - Page 37 15239613
(LA FUITE DE VARENNES 21 JUIN 1791). Collection des 28 Décrets authentiques sur l’Affaire de Varennes et « l’enlèvement du Roi et de la Famille Royale le 21 Juin 1791. » Pendant l’absence du Roi, l’Assemblée Nationale prend le pouvoir, décrète des Lois et ferme les frontières. Au retour du Roi Louis XVI, de la Reine Marie-Antoinette et ses enfants (Louis XVII et Marie-Thérèse) ils sont entendus par l’Assemblée Nationale et seront juger. 28 Décrets du 21 au 28 juin 1791.
Extraits de 5 Décrets : 21 juin 1791
“1°) Les Décrets de l’Assemblée Nationale déjà rendus qui n’auraient été ni sanctionnés ni acceptés par le Roi, ainsi que les Décrets à rendre..., à raison de l’absence du Roi, porteront néanmoins le nom et auront, dans toute l’étendue du Royaume, la force de Lois, et la formule ordinaire continuera d’y être employée. - Bandeau - Impr. à CHARTRES, 2pp in-folio
+ 21 juin 1791- Décret : Une députation du Département de PARIS s’est présentée à la Barre, & a rendu compte de l’arrêté qu’il venait de prendre, conçu en ces termes : DÉPARTEMENT DE PARIS. “Sur la proposition d’un de ses membres, le Département, attendu le départ du Roi & de toute la famille royale, a arrêté que la Municipalité de Paris fera apposer sur le champ les scellés sur les appartements des Tuileries & du Luxembourg; qu’elle fera faire les perquisitions nécessaires pour connaitre par quelles issues la famille royale a été enlevée; qu’elle tiendra aux arrêts tous ceux qui demeurent dans l’intérieur du Château des Tuileries, & quelle les fera interroger...” - Impr. à CHARTRES, 3pp in-4°
+ PROCLAMATION décrétée dans la Séance du 22 Juin 1791. l’Assemblée Nationale aux Français. - “Un grand attentat vient de se commettre. L’Assemblée touchait au terme de ses longs travaux; la constitution était finie; les orages de la révolution allaient cesser; & l’ennemi du bien public ont voulu, par un seul forfait, immoler la Nation entière à leur vengeance. Le Roi & la Famille royale ont été enlevés dans la nuit du 20 au 21 de ce mois. Vos Représentants triompheront de cet obstacle; Ils mesurent l’étendue des devoirs qui leur sont imposés. La Liberté publique sera maintenue...” - Bandeau - Impr. 8pp in-4°
+ 23 juin 1791
L’Assemblée Nationale, ouî la lecture de lettres et autres pièces à elle adressées par la Municipalité de VARENNES, SAINTE-MENEHOULD et CHÂLONS, le Directoire du District de CLERMONT, et les Administrateurs de la MARNE, décrète que les mesures les plus puissantes et les plus actives seront prises pour protéger la sûreté de la personne du Roi, de l’Héritier présomptif de la Couronne et des autres personnes de la Famille royale dont le Roi est accompagné, et assurer leur retour sur Paris : ordonne que pour l’exécution de ces dispositions, MM. de Latour-Maubourg, Pétion et Barnave se rendront à VARENNES... Leur recommande spécialement de veiller à ce que le respect dû à la dignité Royale soit maintenu...” - Impr. à CHARTRES, 3pp in-4°
+ 25 juin 1791
“L’Assemblée Nationale décrète.. Aussitôt que le Roi sera arrivé au Château des Tuileries, il lui sera donné provisoirement une garde qui, sous les ordres d’un Commandant général de la Garde nationale parisienne, veillera à sa sureté et répondra de sa personne. Il sera provisoirement donné à l’héritier présomptif de la Couronne, une garde particulière, de même sous les ordres du Commandant général... Tous ceux qui ont accompagné la famille royale, seront mis en état d’arrestation et interrogés; le Roi et la Reine seront entendus dans leurs déclarations, le tout sans délai,... Il sera provisoirement donné une garde particulière à la Reine...” (Texte complet sur demande) -
L’ensemble : Estimation : 600 € / 800 €

29 mai http://www.vermotetassocies.com/


_________________
Avais-je atteint ici ce qu'on ne recommence point ?
Revenir en haut Aller en bas
sheldon12

sheldon12

Nombre de messages : 69
Date d'inscription : 27/10/2017

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeMar 8 Mai - 8:09

Deux belles ventes avec lots importants, respectivement
- chez Rouillac

Ventes aux enchères - Page 37 Zzzy10
Une grande commode fin Louis XVI attribuée à Benneman ou à Jacob

Ventes aux enchères - Page 37 Zzzg10
Partie de salon gris laqué "Marie-Antoinette", dossiers à la reine

- chez Thierry de Maigret

Ventes aux enchères - Page 37 50868810
Seaux du Roy à liqueur en porcelaine de Vincennes du XVIIIe siècle

Ventes aux enchères - Page 37 Zzzf10
Pendule Louis XVI en marbre de Carrare
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6248
Date d'inscription : 30/03/2014

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeSam 26 Mai - 6:28

Bien chers Amis du Boudoir de Marie-Antoinette,

Aujourd'hui a lieu une vente d'exception.

Le fonds d’un château du Perche passe aux enchères

C’est une très jolie vente de mobilier et objets anciens qui s’annonce chez Maître Aufauvre, au Mans. Samedi 26 mai, la commissaire-priseur vendra un intéressant fonds de château du Perche.

Ventes aux enchères - Page 37 648e9810
Portrait d’une dame avec son chien, peint par l’entourage d’Henri Gascard, vers 1660.

Deux grands tableaux du XVIIIe siècle (estimés entre 3 000 et 4 000 €) représentant, chacun, une femme – l’une avec son chien, l’autre avec son perroquet – se partagent la tête d’affiche de la vente aux enchères qui aura lieu samedi 26 mai, à la salle Wagram du Mans. Une vente qui devrait tout particulièrement intéresser les amateurs d’histoire(s) puisque son catalogue se compose presque exclusivement d’objets anciens, venus d’un même château percheron.

Des objets chargés d’histoire(s)

Il s’agit d’un ensemble de meubles, tableaux, bibelots, bijoux et autres curiosités datant principalement des XVIIIe et XIXe siècles. Toutes ces pièces ont appartenu à une famille noble du Perche, dont plusieurs ancêtres ont parcouru le monde aux temps où les grands voyages étaient encore des aventures hors du commun.

Le catalogue de la vente de samedi porte d’ailleurs la trace de cette histoire exotique dont témoignent, entre autres, deux petits albums en laque rapportés du Japon dans les années 20.


Ventes aux enchères - Page 37 30cf5c10
Albums en laque à décor d’oiseaux et de fleurs contenant des photographies et des cartes postales.

Parmi les belles pièces de mobilier qui passeront en vente samedi, on notera une superbe commode galbée en marqueterie de palissandre à filets de François Lesueur (reçu Maître en 1757), une autre d’époque Louis XIV, estimée entre 800 et 1 000 €, « une magnifique armoire de château » en chêne, d’époque Louis XV (estimation : 500/800 €), un grand miroir Louis XVI, en bois doré à perles, surmonté d’un nœud et guirlande, qui pourrait partir autour des 1 500/2 000 €, ou encore un charmant bureau à cylindre de dame, en acajou et placage d’acajou, du début du XIXe siècle (estimation 500/800 €).

Ventes aux enchères - Page 37 B8086a10
Détail du grand miroir Louis XVI.

Ventes aux enchères - Page 37 90bd2b10
Commode galbée de François Lesueur, reçu Maître le 22 septembre 1757.

Au registre des curiosités, se distinguent de nombreux objets dont un coffret en laque à décor or contenant quatre boîtes de pions en nacre ou ivoire, une cage à oiseaux du XIXe, un ensemble très décoratif de sept verres à vin du Rhin, quatre verres à cerise et six gobelets, deux œufs d’autruche sans doute pondus au XXe siècle ou encore un coffre de mariage normand, peint, du XIXe siècle.

Ventes aux enchères - Page 37 62d28510
Coffre de mariage peint de la fin du XIXe, venu de Normandie.

Six Boulard également au programme

Ventes aux enchères - Page 37 Eca31f10
"Voiliers à l’attache", huile sur carton de Théodore Boulard.

Venus d’un intérieur manceau, six tableaux de Boulard sont également inscrits au catalogue de la vente de samedi. Cinq d’entre eux sont du pinceau de Théodore et un de Jean, son fils, père de l’actuel maire du Mans, Jean-Claude Boulard.

La vente sera retransmise en direct sur interenchères live. Ce qui permettra aux acheteurs de la planète de participer à la vente et de placer une enchère sur l’objet de leur désir.


Exposition : vendredi 25 mai, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, et le lendemain matin, de 9 h à 12 h.
Vente : Samedi 26 mai, à partir de 14 h 15, à la salle Wagram, rue de Wagram, au Mans. Tél. 02 43 23 36 11.

Olivier Renauly
https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/le-mans-72000/le-mans-le-fonds-d-un-chateau-du-perche-passe-aux-encheres-5777283

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Cyrio

Cyrio

Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 09/06/2018

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeJeu 14 Juin - 12:10

Je ne sais pas si vous avez déjà mentionné la vente du 1er juillet (OSENAT - L'empire à Fontainebleau), je ne me retrouve pas trop dans tous les sujets du Boudoir de Marie-Antoinette. Embarassed
http://www.osenat.com/fr/home

Donc, désolé si il y a doublon. Embarassed

Donc, pour cette vente, j'ai repéré deux beaux lots. Very Happy

Ventes aux enchères - Page 37 Sans_t10

Ventes aux enchères - Page 37 Sans_t11

Noeud de ruban en soie grise tissée d’une suite d’une seule fleur de lys noire en bordure. Présenté sur un fond en carton bistre, avec inscription manuscrite en haut : « Ruban porté par Marie-Antoinette, reine de France, pendant sa captivité au Temple et donné par elle-même ». Surmontant un petit morceau de pierre avec inscription manuscrite en bas : « Fragment d’une pierre arrosée du sang du duc d’Enghien dans la fosse de Vincennes », « Donné par le gouverneur » . Sous verre. Cadre doré (accidents). Au dos un billet manuscrit collé : « Henriette de la Frette, religieuse aux Carmélites sous la Révolution, s’introduisit sous un déguisement à la Tour du Temple après la mort du Roi, pour la remercier de sa ferveur, la Reine lui donna ce ruban qu’elle portait sur elle. Conservé avec piété, à ce ruban fut adjoint le fragment de pierre arrosé du sang du duc d’Enghien. Ce cadre, ainsi que le portrait d’Henriette de la Frette furent transmis familialement aux Mirabeau. La Comtesse de Mirabeau-Martel (en littérature : gyp), en fit don au Comte Marcel de Germiny (1848-1914), qui m’en conta l’histoire à plusieurs reprises. A la mort de ce dernier, sa nièce et héritière, la Comtesse Marie de Germiny, m’en fit don à son tour, en témoignage de la grande amitié qui unissait de longue date nos deux familles. Je recommande ces précieux souvenirs à qui aura l’honneur de les posséder après moi. Roland Bon de Berwick, 1942. »
Estimation 4 000 - 6 000 € (avec aussi une petite image du duc d'Enghien que je n'ai pas mise).

Autre lot :
Ventes aux enchères - Page 37 Sans_t12

Ravissante petite montre de dame en vermeil, à cadran émaillé à chiffres arabes, à aiguille en argent, garnie de petites pierres. Mouvement au coq signé « Lepine Her du Roi à Paris ». Boitier à décor repoussé d’une frise de fleurs et au centre, de la Reine Marie Antoinette en buste. Cerclage enrichi de petites pierres taillées (manque vingt petites pierres environ). Avec sa clé ornée d’une citrine. Biographie : Jean Antoine Lepine (1720-1814) Il devient l’horloger de Louis XV, Louis XVI, puis de Napoléon.

Estimation 1 500 - 2 500 €

Voilà ! Même inaccessibles pour nos bourses, j'espère que ces lots vous plairont.
Vive la Boudoir de Marie-Antoinette et Vive Marie-Antoinette ! Ventes aux enchères - Page 37 580524

_________________
Mais tu es pur et tu viens d'une étoile
Revenir en haut Aller en bas
The Collector

The Collector

Nombre de messages : 585
Date d'inscription : 21/11/2014

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeJeu 21 Juin - 23:49

Nous avons annoncé cette vente exceptionnelle chez Sotheby's. Ventes aux enchères - Page 37 914132
http://maria-antonia.forumactif.com/t23027-geneve-des-bijoux-de-la-reine-marie-antoinette-mis-aux-encheres
Mais il n'y aura pas que des bijoux.
D'autres chefs d'oeuvres seront mis en vente.

FLORILEGE

A Ming dynasty bowl (1522-1566) mounted in late 16th century parcel-gilt silver (circa 1580-1585) as a wine cup.
Estimate £200,000-300,000
Ventes aux enchères - Page 37 Zneige10
This wine cup appears to be one of the earliest examples of Chinese porcelain mounted on European shores, pre-dating the large shipments of similar wares prevalent by the beginning of the 17th century. These early export pieces were treasured by European nobility and dignitaries, often presented as diplomatic or royal gifts in those countries situated along the Silk Road.

Giambologna, The Dresden Mars, before 1587.
Estimate £3,000,000-5,000,000
Ventes aux enchères - Page 37 Zneige11
The Dresden Mars was a personal homage by Giambologna (c. 1529-1608) to the Elector of Saxony and Erzmarschall of the Holy Roman Empire Christian I (1560-1591, r. 1586). This is the only small bronze the sculptor is known to have presented to a prince.

Galatea and the Sea Monster. A Dutch silver salt, Adam van Vianen, Utrecht, 1624.
Estimate £600,000-800,000
Ventes aux enchères - Page 37 Zneige12
Once owned by Baron Lionel Rothschild, this salt was made by Adam van Vianen, the master goldsmith whose auricular work is considered fundamentally important to artistic advancement in the Dutch Golden Age. The sinuous and elegant depiction of Galatea, the most beautiful of the sea nymphs, alludes successfully to the coming drama of love, death and transformation in this superbly crafted sculpture.

A pair of Louis XVI gilt and patinated bronze candelabra, attributed to François Rémond, circa 1780-85.
Estimate £250,000-350,000
Ventes aux enchères - Page 37 Zneige13
During Louis XVI’s reign, bronzes d’ameublement reached new heights of technical mastery, and interior decoration, thanks to refined designers and architects, achieved an unseen level of sophistication. These magnificent candelabra are hence exceptional examples of this historical moment when prodigious talents, such as François Rémond, were working in conjunction with architects and marchand-merciers to supply a fashion-driven, highly demanding, market. Important and always considered statements of wealth, candelabra like these were also functional, and part of a carefully thought decoration, where every element, from lighting to panelling, from upholstery to the tones of gilding were exquisitely balanced in a harmonious display.

Antonio Canova, Bust of Peace, 1814.
Estimate upon request  Ventes aux enchères - Page 37 244157
Ventes aux enchères - Page 37 Zneige14
Antonio Canova’s masterful Bust of Peace was last displayed in public over two hundred years ago when it was exhibited in the Royal Academy summer exhibition of 1817. It  was the first of the sculptor’s celebrated Ideal Heads (Teste ideali) to have been received by a high ranking British aristocrat at the close of the Napoleonic Wars. John Campbell, Lord Cawdor, was Canova’s earliest British patron and the Bust of Peace was the first such head to arrive in Britain and, by virtue of its subject, is symbolic of the peace established by the Great Powers after Waterloo.

A George III ormolu musical automaton clock, circa 1790.
Estimate £300,000-500,000
Ventes aux enchères - Page 37 Zneige15
This very fine and rare clock with Swiss automaton work within an English ormolu case was made for export to China. The charming automaton figure plays two tunes on eight bells accompanied by a colourful whorl - features that amaze today and were particularly popular amongst the most important Chinese collectors at the end of the 18th century.

An Italian carved “microscultura” relief self-portrait by Giuseppe Maria Bonzanigo, 1796.
Estimate £200,000-300,000
Ventes aux enchères - Page 37 Zneige16
A self-portrait by the most celebrated cabinet-maker and woodcarver working in Piedmont in the late 18th and early 19th century, Giuseppe Maria Bonzanigo (1745-1820), this exquisite panel is a bold statement of the artist’s supreme talent as a sculptor. Of unparalleled scale within his microscultura portraiture, this important piece is a recent rediscovery, its location hitherto unknown since the beginning of the 20th century. Of the multiple microscultura portrait panels and frames executed by Bonzanigo, his workshop and pupils working independently, the present example can be considered the genre’s chef-d’oeuvre, appropriately depicting its creator and leading master at the peak of his career for the Savoy sovereigns. He is presented dignified, with an assured expression and dressed as a successful gentiluomo.

A pair of George III gilt-lacquered-brass mounted, gilt and painted serpentine corner cupboards, circa 1770.
Estimate £120,000-180,000
Ventes aux enchères - Page 37 Zneige17
Referred to as Lord Delaval's lost corner cupboards, these rediscovered corner cupboards are en suite to the commode in the Lady Lever Art Gallery and are almost certainly the corner cupboards from the suite referred to in a letter from John Carrack to John Cobb dated 10 January 1776  and recorded  in an inventory of the contents of the Drawing Room at Seaton Delaval Hall, Northumberland, in 1786  and 1801.

A gold-mounted tortoiseshell snuff box inset with a portrait miniature of Empress Josephine, 1798-1809.
Estimate £80,000-100,000
Ventes aux enchères - Page 37 Zneige18
This extraordinary miniature of Joséphine, Empress of the French, by Jean-Baptiste Isabey, depicts the popular Empress, dressed in the height of fashion, in a rather intimate moment of receiving a letter from her husband, Napoléon I, whose portrait miniature is hung from a gold chain attached to her purple velvet gown. Created as a family record, this wonderful miniature represents the aspect of an intimate portrait, as opposed to a state portrait, both of which are combined in this exceptional collection of objects of vertu from a direct descendant of the Bonaparte family.

Attention au suivant,
on se réveille, dans le fond !  Ventes aux enchères - Page 37 56173
The first vase of the young Queen of France, 1773.
Estimate £60,000-90,000
Ventes aux enchères - Page 37 Zneige19
This unpublished vase à oreilles was the first vase purchased by Marie-Antoinette, as Queen consort of France in the first year of her reign in 1774. Though inventory records have not survived the revolution it seems likely the vase was housed in the Petit Trianon in the grounds of Versailles. The painter Schradre beautifully uses as his source Piranesi’s view of the Arch of Drusus in Rome, evoking the classicism of the Trianon and the picturesque tranquillity of nature most favoured in late 18th century France.

A pair of imperial gilt-bronze-mounted malachite vases, 1844 and 1847.
Estimate £600,000-800,000
Ventes aux enchères - Page 37 Zneige20
This pair of vases is recorded as a gift from Emperor Nicholas I to his second daughter Grand Duchess Olga Nikolaevna as part of her magnificent dowry. She married, on 13 July 1846, Crown Prince Charles of Württemberg (1823-1891), later King Charles I. One of the vases of the present lot can be seen in a view of the dining room of Villa Berg in Stuttgart, the couple’s summer residence, a watercolour painted by Franz Heinrich (1802-1890).
http://www.sothebys.com

_________________
J'fréquente que des baronnes aux noms comme des trombones.
Revenir en haut Aller en bas
Airin

Airin

Nombre de messages : 604
Date d'inscription : 19/09/2015

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeMar 3 Juil - 10:29

Chers membres du Boudoir, j'ai lu qu'un fusil de Napoléon allait passer aux enchères (Osenat). En savez-vous plus ?

La maison Osenat à Fontainebleau met en vente un objet qui va attirer les amateurs d’histoire et les chasseurs. Un fusil datant des chasses napoléoniennes sera présenté le 1er juillet. Il est estimé entre 50.000 et 70.000 euros. Fabriqué sous le règne de Louis XVI, il porte à la fois une fleur de Lys et le N majuscule de l’Empereur. Un élément assez rare.
https://www.capital.fr/
Revenir en haut Aller en bas
globule
Administrateur
globule

Nombre de messages : 1358
Date d'inscription : 04/10/2017

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeMar 3 Juil - 10:35

Airin a écrit:
Chers membres du Boudoir, j'ai lu qu'un fusil de Napoléon allait passer aux enchères (Osenat). En savez-vous plus ?

Retour de fouilles Ventes aux enchères - Page 37 588717

Un fusil des chasses napoléoniennes aux enchères

Voici la bête :

Ventes aux enchères - Page 37 Xvma1c10

Un fusil des chasses royales et impériales de Napoléon est mis aux enchères, le 1er juillet, chez Osenat, à Fontainebleau.

L'histoire raconte que Napoléon était un maladroit chasseur, un mauvais cavalier et un tireur exécrable, vision propagée par de nombreux mémorialistes! Mais en exil, dans son «Memorial de Sainte-Hélène», ce dernier mit un point d'honneur à laisser un bon souvenir de ses chasses, en déformant la réalité.

En 1804, la proclamation de l'empire entraine un retour aux usages de l'Ancien Régime. L'empereur renoue avec la tradition des chasses royales de Louis XVI. L'office de grand veneur est alors confié au maréchal Berthier, chasseur passionné, en charge d'organiser les premières chasses impériales peu avant le sacre. Instrument de pouvoir, ces chasses jouèrent un rôle important, tant au niveau national qu'européen, pour asseoir l'autorité du nouvel empereur. Il semble qu'à partir de 1809, à son retour de la campagne d'Autriche, ce dernier commença à prendre goût à cette activité, à Fontainebleau, pour oublier son chagrin après son divorce avec Joséphine mais aussi à Trianon, lorsque la politique lui en laissa le temps…

Estimé entre 50.000 et 70.000 euros

Au cours de son règne, Napoléon aura chassé plus de trois cent cinquante fois, comme le souligne Charles-Eloi Vial, dans une thèse de l'école des Chartes en 2011, relatant toute l'histoire de ces fastueuses chasses impériales. Le 1er juillet, Me Jean-Pierre Osenat, vend l'un de ses fusils, à Fontainebleau, là même où l'empereur aurait pu l'utiliser. Estimé entre 50.000 et 70.000 euros, ce trophée d'armes porte la double provenance, celle de Louis XVI et de Napoléon.

Le truc ézarre du N bitrangement environnementé : Ventes aux enchères - Page 37 914132

Ventes aux enchères - Page 37 Xvm3eb10

Long de 1,38 mètres, il a conservé sa fleur de lys sur le canon, attribut de la royauté. Sous l'Empire, par chance, il n'a pas été mutilé. Son appartenance aux deux régimes le rend donc exceptionnel. Le chiffre de l'Empereur, le «N», et le galon d'argent bordant la joue, symboles de l'Empire, ont été ajoutés par la suite. L'arme est signée par Lepage, grande famille d'arquebusiers au service des rois et empereurs. Celui-ci fut transmis à sa fille Claire, puis à sa fille Laure Bro de Comères (1851-1944) et à sa descendance.

D'autres modèles similaires venant de la même série ont déjà été vendus aux enchères, l'un, chez Me Osenat, le 16 Novembre 2014 (Collection napoléonienne du Palais princier de Monaco), l'autre, chez Mes Oger et Blanchet, le 18 novembre 2015. Pourquoi faut-il l'acheter? «Pour sa qualité du décor avec ses frises de rinceaux feuillagées, la brillance de sa ciselure et la perfection de son mécanisme, ce fusil est un must de qualité, explique l'expert Jean-Claude Dey. Pour les collectionneurs, c'est plus un objet d'art qu'un fusil en soi. Un collectionneur l'achètera comme un objet de décoration à mettre dans une belle demeure ou un château».
http://www.lefigaro.fr/culture/encheres/

Voilu. Plus qu'à attendre les résultats. Ventes aux enchères - Page 37 244157

_________________
- Je ne vous jette pas la pierre, Pierre -
Revenir en haut Aller en bas
Airin

Airin

Nombre de messages : 604
Date d'inscription : 19/09/2015

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeMar 3 Juil - 10:39

Merci. Very Happy La photo en gros plan permet de voir ce qui m'intriguait, les deux symboles réunis de la royauté et de l'empire. Ce sont en fait le N de Napoléon et une couronne.

Etrange destin que celui de ce petit révolutionnaire. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Sido Scorpion

Sido Scorpion

Nombre de messages : 680
Date d'inscription : 05/08/2015

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeSam 7 Juil - 8:29

Chez Oise Enchères le 22 juillet, un meuble Riesener ! Ventes aux enchères - Page 37 405462

Ventes aux enchères - Page 37 15308810

Estimation : 22 000 € / 25 000 €

IMPORTANTE COMMODE MARQUETEE LOUIS XVI D'APRES RIESENER
A ressaut central et à cotés galbés, ouvrant en façade à deux grands tiroirs sans traverse et à trois tiroirs en ceinture. A montants à pans coupé.
En marqueterie de bois de placage à motifs de losanges et de fleurs et d'une composition centrale aux fruits et au vase fleuri. Riche ornementation en bronze doré composée de filets d'encadrement, de frises végétales et de sabots. Dessus de marbre violine.
restaurations d'usage et d'entretien.
Epoque XIXème siècle.
H : 91; L : 171; P : 63 cm

Jean-Henri Riesener ébéniste français d'origine allemande (né le 4 juillet 1734 à Gladbeck, en Westphalie, et mort à Paris le 6 janvier 1806).
Reçu maître en 1768, il fut nommé « ébéniste ordinaire du roi » en 1774 et, pendant les années 1769 à 1784, fournit la cour et la famille royale — notamment la reine Marie-Antoinette d'Autriche —, en meubles fastueux de style néo-classique. Il est considéré comme l'un des meilleurs représentants du style transition et acheva notamment en 1769 le célèbre secrétaire à cylindre de Louis XV, ou « bureau du Roi », commencé par Oeben neuf ans plus tôt.

http://www.oise-encheres.com/

_________________
Avais-je atteint ici ce qu'on ne recommence point ?
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6248
Date d'inscription : 30/03/2014

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeSam 8 Sep - 8:23

Bien chers Amis du Boudoir de Marie-Antoinette,

La Maison Ader présente une série de lots intéressants.
http://www.ader-paris.fr/
Lot 8
Ventes aux enchères - Page 37 15363310

Description du lot :
Joseph VIVIEN (Lyon 1657 - 1734)
Charles Albert Prince électeur de Bavière, baisant la main de son père, vers 1726
Pastel sur papier bleu
41 x 31 cm


Provenance :
Vente Sotheby’s, Monaco, le 22 février 1986, n°41, repr., comme École française du début du XVIIIe siècle, avec en pendant Maximilien Emmanuel

Bibliographie :
Marianne Roland-Michel, Le dessin français au XVIIIe siècle, 1987, p. 43, comme Vivien
Neil Jeffares, Dictionnary of pastellist before 1800,
www.pastellists.com, n°J.77.233, repr.

Second prix de Rome en 1678, Vivien est agréé à l’Académie royale de peinture et sculpture en 1698. Il est reçu comme « peintre en pastel » le 30 juillet 1701 avec les portraits de François Girardon et Robert de Cotte. A la suite de Le Brun et de Nanteuil, il porte haut les couleurs de cette technique, avant l’avènement de La Tour et Chardin.
Dès 1698, Maximilien de Bavière commanda à Vivien son portrait, celui de son fils et celui de sa maîtresse, la comtesse d’Arco. Vivien devient son Peintre attitré et se rend à Munich en 1715, puis y séjourne de 1716 à 1718. Il consacre les dernières années de sa vie à peindre un gigantesque portrait allégorique de la famille de Maximilien. Il le montre achevé en 1734 au roi Louis XV à Versailles avant d’amener son œuvre à Bonn, où il meurt.
Maximilien II Emmanuel de Bavière (1662-1726) est le petit-fils de l’empereur Ferdinand II et l’arrière-petit-fils d’Henri IV. Il devient Electeur de Bavière à la mort de son père en 1679. Les souverains français et autrichien rivalisent pour mettre Maximilien dans leur orbite. En 1680, Louis XIV marie son fils le Dauphin à la sœur de Maximilien. L’empereur Léopold I réplique en mariant sa fille Marie-Antoinette au Prince électeur en 1685. Durant la guerre de Succession d’Espagne, il prend le parti de la France mais perd ses états d’Allemagne après avoir été battu.
En compensation, il reçoit la souveraineté de Namur de 1711 à 1714, puis retrouve ses États à la fin du conflit. Son fils Charles-Albert (1697-1745), qui était retenu en captivité en Autriche, rejoint sa famille en 1715. En 1722, il marie son fils Charles-Albert avec la fille de l’empereur, Marie-Amélie. Charles-Albert succède à son père en 1726. Après la mort de Charles VI du Saint-Empire, il prétend à la succession avec l’appui de la France et devient empereur des Romains. Charles VII meurt en 1745, et son fils renonce à ses prérogatives, laissant Marie-Thérèse reprendre les rênes du Saint-Empire.
Les deux pastels sont des études préparatoires pour L’Allégorie du retour de la famille électorale en 1715, lorsqu’après la fin de la guerre de Succession d’Espagne Maximilien retrouve ses États et que son fils Charles-Albert rentre de captivité en Autriche. Ce grand tableau allégorique représente tous les membres de la famille de l’électeur. Au centre du tableau, Charles-Albert vient baiser la main de son père, en signe d’amour filial, de soumission et de fidélité. Le tableau est conservé au château de Schleissheim (Staatsgalerie im Neuen Schloss), où étaient réunies les collections de la famille du Prince électeur Maximilien Emmanuel.


Cette peinture est estimée entre 15.000 et 20.000 €.


Lot 126
Ventes aux enchères - Page 37 15363311

Ventes aux enchères - Page 37 15363312

Description du lot :
Sèvres
Écuelle couverte en porcelaine dure nommée écuelle de la toilette à fond brun à décor en or de figures d’enfants marins et tritons dans le style étrusque parmi des rinceaux feuillagés, branches fleuries et coquillages.
Marquée LL entrelacés, lettre-date GG pour 1784 et marque de peintre non identifiée : trois points.
XVIIIe siècle, année 1784.
L : 20 cm


Provenance :
Galerie Dragesco-Cramoisan, rue de Beaune, Paris

En 1782, à l’occasion de la visite en France de Maria Feodorovna, Grande Duchesse de Russie et de son mari, Paul Petrovitch, le futur Tsar Paul Ier, voyageant sous les noms de comte et comtesse du Nord, Louis XVI et Marie-Antoinette leur offrent en guise de cadeau diplomatique plusieurs porcelaines de la manufacture de Sèvres dont une Toilette, aujourd’hui encore conservée au Palais de Pavlosk, composée de plus de soixante pièces de formes inédites parmi lesquelles figure une nouvelle écuelle nommée alors écuelle de la toilette. Ces formes nouvelles ne sont majoritairement pas réutilisées à l’exception du gobelet de la toilette et de l’écuelle de la toilette, dans une deuxième grandeur.
Un dessin de l’écuelle de la toilette conservé aux archives de la manufacture de Sèvres porte l’inscription Écuelle de la nouvelle toilette de la Princesse du nord faitte en lanée 1782 et Cette 2e grandeur a été faitte le 23 juillet 1783 et commendé par Monsieur Régnier et Trait d’Écuelle de la nouvelle toilette de la princesse du Nord faitte en lanée 1782 et reprie dapres le model en platre le 23 juillet 1783.
Le décor de figures étrusques ou frizes étrusques apparaît également pour la première fois à Sèvres sur la Toilette de la comtesse du Nord. Certaines de ces frises étrusques peintes en or ont pour source des gravures publiées par Henri Salembier en 1777 dans le Cahier de Frises Composées et Gravées par Salembier.
Selon les registres d’enfournement et de paiements des peintres conservés aux archives de la manufacture de Sèvres, trois écuelles de la Toilette sont produites en 1784.
Le peintre Sinsson reçoit paiement en novembre 1784 pour une écuelle et plateau de la toilette fond pourpre arabesque très riche. Cette écuelle semble inconnue à ce jour.
Le peintre Nicolas-Pierre Pithou jeune est également payé en octobre 1784 pour une écuelle et plateau de la toilette, beau bleu frize étrusque très riche. Cette écuelle par Pithou jeune est aujourd’hui conservée au Art Institute de Chicago et a fait l’objet d’une étude par Ghenete Zelleke, « Sèvres Porcelain of the 1780’s decorated in the Neoclassical style with figures Etrusques en or in the Art Institute of Chicago’s collection », The French Porcelain Society Journal, vol. III, 2007, pp. 141-149.
Le registre de paiements des peintres mentionne également ce même jour que Pithou jeune a composé et dessiné une seconde écuelle de la toilette frize étrusque. (Archives, Cité de la céramique, Sèvres et Limoges, Vj3 f° 217 et 235).
Il est possible que l’exécution de cette seconde écuelle de la Toilette dessinée et composée par Pithou ait été confiée à un autre peintre-doreur. Notre écuelle à fond brun imitant le laque à frises étrusques doit en effet être rapprochée de la mention dans le registre des travaux extraordinaires pour l’année 1784 sous le nom de Lécot d’une écuelle frize étrusque, à nouveau mentionnée dans le registre d’enfournement le 27 décembre 1784 avec précision du fond de couleur : 1 écuelle fond laque 2me gr [grandeur] frize Etrusque Lécot. (Archives, Cité de la céramique, Sèvres et Limoges, F26 et Vl2 f° 124v).
Les registres de ventes de la manufacture de Sèvres ne précisent ni la forme ni le décor des écuelles vendues entre 1784 et 1786. La richesse du décor de notre écuelle laisse supposer un prix élevé. Plusieurs écuelles sont vendues plus de 280 livres à Versailles en décembre 1784 : à Madame Adélaïde à 288 livres, à la comtesse de Provence à 360 livres, au comte de Vergennes, ministre des affaires étrangères pour présent à la Princesse des Asturies à 360 livres. Quatre écuelles sont vendues comptant à des acheteurs anonymes l’une au prix de 288 livres, une deuxième à 360 livres et deux à 600 livres.
Le décor de figures ou frises étrusques sur fond brun à l’imitation du laque est à rapprocher de la bouillotte par Charles-Eloi Asselin également conservée au Art Institute de Chicago et détaillée avec l’écuelle de la toilette par Ghenete Zelleke, op. cit., pp. 146-149.


Ce lot est estimé entre 15.000 et 20.000 €.


Lot 188  
Ventes aux enchères - Page 37 15363313

Description du lot :
Empreinte en étain du sceau de Marie-Antoinette, aux armes de la reine sur un entablement et surmontées d’une couronne royale, dans un cadre en bronze doré inscrit à l’arrière : « Empreinte du moïen sceau (…) de la Reine / (…) Lorthior graveur (…) du Roy »
Signé Lorthior F. pour Pierre-Joseph Lorthior (1733-1813), sur le rebord du médaillon.
Fin du XVIIIe siècle.
D : 13 cm

Il s’agit de l’empreinte du sceau de moyenne taille de la reine Marie-Antoinette réalisé par Pierre-Joseph Lorthior qui s’était fait une spécialité des jetons et des cachets, on sait également qu’il gravait sur pierres fines. Il réalisa en 1774 le grand sceau de Marie-Antoinette (musée Carnavalet).


Cette empreinte est estimée entre 1.000 et 1.500 €.


Lot 199
Ventes aux enchères - Page 37 15363314

Description du lot :
Médaillon sur cuivre en laque du Japon à décor en or (deux tons) gravé représentant l’empereur Joseph II de profil.
Japon, fin du XVIIIe siècle, sous la direction de la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales.
H : 12,5 cm, L : 9,5 cm

Une plaque similaire, de forme rectangulaire, représentant l’empereur Joseph II, frère de la reine Marie-Antoinette, est aujourd’hui conservée au Rijksmuseum à Amsterdam (Pays-Bas).


Ce médaillon est estimé entre 800 et 1.000 €.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Chakton

Chakton

Nombre de messages : 975
Date d'inscription : 22/10/2017

Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitimeDim 9 Sep - 13:18

Quelques mots de la prestigieuse vente de Collection Juan de Beistegui qui se tiendra demain (mais comme le temps passe vite tongue ) chez Christie's.
https://www.christies.com/collection-juan-de-beistegui-27886.aspx?saletitle=

Je partage l'article d'Etienne Dumont :

C'était un vieux monsieur, assez sûr de lui, que l'on apercevait parfois dans des foires d'art ancien ou lors de visites patrimoniales. Juan Guillermo de Beistegui (dit «Johnny» par ses intimes dont je n'étais pas) est mort à 87 ans il y a quelques mois. Il laissait une superbe collection et une nombreuse famille, ce qui complique les choses. Pas étonnant si Christie's s'apprête à disperser à Paris meubles, livres et objets. Tous participent de ce que l'on eut naguère appelé «le grand goût». Leur propriétaire baignait dans l'amour, aujourd'hui passé de mode, des chefs-d’œuvre du XVIIIe siècle.

Juan de Beistegui avait de qui tenir. Son grand-oncle Carlos fut l'un des plus grands donateurs du Louvre. En 1942, ce Mexicain lui avait promis des tableaux de David, Nattier, Lawrence, Goya ou Ingres. Presque uniquement des portraits. Cet ensemble devait être montré après sa mort (1) tel quel. En bloc. Le Louvre vient hélas de le déménager près des Antiquités égyptiennes, histoire de créer son Pavillon de l'Horloge mal foutu sur l'histoire du palais. L'oncle de Juan se prénommait également Charles. C'est lui qui, après commandé au Corbusier un appartement sur un toit des Champs-Elysées, avait créé le domaine de Groussay. Ce dernier se vit aménagé par Emilio Terry à coups de millions à partir de 1938. L'architecte d'origine cubaine en avait fait un endroit fabuleux avec théâtre, bibliothèque géante et quantité de «folies» égaillées dans le parc. Son Versailles!

Dispersions

Si Juan n'a pas hérité du Palazzo Labia de Venise, où Charles avait organisé «le bal du siècle» en 1951 (2), il a bien possédé Groussay qui complétait harmonieusement l'hôtel particulier parisien. Las! Il vendit son bien en 1999. Si les murs et les pavillons du parc étaient classés depuis 1993, les intérieurs ne bénéficiaient d'aucune protection. Ils ont été dépecés par Sotheby's, dénaturant ainsi l’œuvre d'un bâtisseur aussi raffiné que rare (je parle de Terry). Il aura fallu cinq jours pour tout écouler. Recette: 169 millions de francs. Juan s'est plus tard débarrassé de ses dessins italiens, dans une opération de pseudo mécénat. Le groupe Carrefour les lui a rachetés très cher à l'intention des musées français. Restait son intérieur avec ses meubles provenant parfois de châteaux royaux comme Versailles, bien sûr, mais aussi La Muette.

Ce sont ces derniers que les amateurs peuvent découvrir ces jours chez Christie's, avenue Matignon. La maison montre aussi bien le bureau à pente en laque du Japon de Martin Carlin que le secrétaire de Riesener aux abondants bronzes doré. Notons que l'élément le plus spectaculaire ne se verra pas mis à l'encan. Les Amis de Versailles ont acquis (on parle de 3,5 millions d'euros) la commode du même Riesener réalisée pour Madame Adélaïde, l'une de filles montées de graine de Louis XV. Autrement, il n'y a là que du premier choix, estimé très cher, plus inévitablement quelques babioles. Les livres se révèlent spectaculaires. Il y a enfin l'argenterie et la vaisselle, pour autant qu'on puisse qualifier de telle un service de Sèvres spectaculaire.

Présentation contemporaine

Afin de rendre la chose un brin tendance, Christie's a fait appel au galeriste Kamel Mennour. Sur un fond blanc de blanc, genre grande lessive, qui n'existait pas au XVIIe siècle et qui rend les meubles par contraste très foncés, l'homme du jour a installé des créations contemporaines. Des lieux communs, je m'empresse de le dire. Il y a aussi bien là le bout de pyjama rayé de Daniel Buren qu'une simili antenne parabolique d'Anish Kapoor. Ces créations vieillissent les réalisations d'époque au lieu de les rajeunir. Normal! Une mini jupe sur une vieille dame n'offre rien d'une cure de jouvence. Les pièces en néon me semblent franchement égarées. L'une d'elles dit: «C'est un rêve.» Non, il s'agit d'un cauchemar!

Ventes aux enchères - Page 37 Beiste10

(1) Carlos s'est éteint en 1953.
(2) Le palais a été vendu à la Radio-Télévision italienne (RAI) dès 1964.

http://www.bilan.ch/

_________________
X est la force deux fois pure
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ventes aux enchères - Page 37 Empty
MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ventes aux enchères - Page 37 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ventes aux enchères
Revenir en haut 
Page 37 sur 38Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Collections et ventes-
Sauter vers: