Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre

Aller en bas 
AuteurMessage
Sublime&Silence

Sublime&Silence

Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/08/2017

Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Empty
MessageSujet: Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre   Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Icon_minitimeSam 2 Nov - 11:17

On peut dire que ça je rêve de le voir. Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre 405462

Inspirée par les minutes du procès de Marie-Antoinette, Du trône à l'échafaud, la nouvelle pièce de Daniel Charlot met en scène le procès de la reine déchue. C'est à découvrir dès le 9 novembre 2019, au théâtre de l'Écho du Robec, à Darnétal (Seine-Maritime).

Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre 33978710

Publié le 2 novembre 2019 à 10h40
Par Elodie Laval

Daniel Charlot, en charge du théâtre l'Écho du Robec à Darnétal (Seine-Maritime), aux côtés de Daniel Desprez, présente une création inédite inspirée par le procès de la reine : une véritable performance qui résume sur scène un jugement symbolique. Il nous en parle :


  • Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

"C'est mon épouse Christiane Charlot, professeur de français, qui me l'a suggéré. Il y a deux ans, j'avais déjà écrit une pièce historique sur le procès de Madame Bovary. Cette fois je m'attelle à un morceau d'histoire. C'est un procès qui témoigne des tourmentes révolutionnaires. Bien sûr, il me faut restituer le contexte historique - en 1793, la Révolution est en danger, les combats sont très durs et la terreur s'annonce - mais c'est avant tout le destin tragique d'une femme. La pièce ne refait pas son procès mais lui rend son statut. C'est une page d'histoire et son destin dramatique mérite notre attention".


  • En quoi est-elle un symbole fort pour les révolutionnaires ?

"Les révolutionnaires veulent éradiquer la royauté : après avoir décapité le roi, il leur fallait aller jusqu'au bout. Marie-Antoinette reste l'étrangère. L'opinion publique a fait d'elle une femme dépensière et frivole. Ils veulent sa tête à tout prix et, sans aucune preuve matérielle, c'est un simulacre de procès. Elle a un avocat commis d'office, choisi la veille du procès, qui ne connaît rien à son dossier. Elle est coupable parce qu'elle est reine, alors on l'accuse du pire. On fait d'elle une femme dépravée et une mauvaise mère".


  • Comment apparaît Marie-Antoinette dans la pièce ?

"Elle est incarnée par Albane Louvet-Duboc, qui joue souvent dans la troupe du théâtre de l'Écho du Robec. Lors du procès, Marie-Antoinette est une femme de 38 ans qui en paraît 60, malade et à moitié aveugle. C'est surtout une femme déchue, qui a vécu dans l'opulence et qui vit désormais dans le dénuement le plus complet. La perte de ses proches et le traitement qu'on lui a réservé en prison, toute cette douleur lui donne cependant une certaine stature. Au procès qui dure deux jours, elle sait qu'elle est perdue. C'est une femme fatiguée et résignée, mais qui reste digne. Ce n'est plus une reine, mais juste une femme".


  • Qui sont les personnages de la pièce ?

"Il y a 25 comédiens sur scène. Ils incarnent les juges, mais ce sont aussi des témoins. En plus du jeu d'acteurs, nous avons recours à quelques narrations. La lecture des lettres que le curé d'Évreux écrit à Marie-Antoinette renseigne ainsi le public sur le contexte politique : il parle de la mort du roi, de la Terreur menée par Robespierre, mais aussi de l'avènement d'un jeune militaire corse qui va souffler la fin de la partie. Le spectateur assiste donc au procès, et à l'interrogatoire, tel qu'il a été mené à l'époque. Mais seuls les arguments de la défense nous sont inconnus".


  • Les 9, 16 et 23 novembre 2019, à 20 h 30 et les 10, 17 et 24 novembre 2019, à 16 h 30, à l'Écho du Robec à Darnétal. 8 à 16€. echodurobec.com



Source de l'article : https://www.tendanceouest.com/actualite-339787-darnetal-marie-antoinette-le-proces-mis-en-scene-au-theatre.html

Bonus : je vous présente Albane Louvet-Duboc

Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Zfer210

Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Zfer211
(photos publiques de son Facebook)

Un choix intéressant. Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre 914132

_________________
Le vide aurait suffi
Revenir en haut Aller en bas
pepe12547

pepe12547

Nombre de messages : 2001
Localisation : La monarchie des Habsbourg
Date d'inscription : 01/03/2018

Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Empty
MessageSujet: Re: Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre   Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Icon_minitimeSam 2 Nov - 12:09

Oui. Un choix intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
soho23

soho23

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 01/12/2018

Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Empty
MessageSujet: Re: Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre   Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Icon_minitimeVen 8 Nov - 22:47

Oui ça donne bien.

Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Image_10

En 1933, à l’aube d’un autre renversement de l’Europe, Stephan Zweig a écrit : « Cette femme ordinaire se transforme quand son pouvoir royal prend fin. Aux dernières heures de sa vie, Marie-Antoinette devient égale à son destin ». C’est sur cette base que Christiane Charlot a écrit un livret intitulé « Marie-Antoinette, du trône à l’échafaud » que son époux Daniel met en scène au Théâtre de l’Écho du Robec. « Étant ancienne professeur d’histoire, je me suis souvent interrogée sur le rôle des reines et des régentes. Elles ont souvent été méprisées, honnies, même déjà à leur époque. L’Histoire en a retenu des aspects faussés, des jugements outrés réduits à quelques mots, explique l’auteure. Je voulais mettre en avant le destin d’une de ces femmes dites privilégiées. Les reines n’ont été considérées que comme des ventres qui devaient assurer la succession des dynasties et apporter une dote. Elles étaient des pions supportant les maîtresses ou autres favorites. »

  • « Cela suffit pour la raccourcir »

Ainsi, d’après les minutes du procès de « l’Autrichienne » en pleine Terreur de l’an 1793, Christiane et Daniel Charlot ont choisi « de ne pas faire de reconstitution historique pour le décor et les costumes », mais de conserver l’atmosphère pesante de la fin de la Monarchie et les balbutiements dans le sang de la République.

Marie-Antoinette en sera le symbole, plus que Louis XVI. Comme le dira l’enragé Jacques-René Hébert : « Elle ne fut pas responsable de tous les crimes ; n’a-t-elle pas été Reine ? Cela suffit pour la raccourcir ».

Le rideau s’ouvre donc sur un tribunal, des témoins, deux avocats commis d’office, un verdict acquis « d’une traîtresse, une mauvaise mère, une incestueuse. Il faut comprendre le contexte, le climat d’émeute et de violence. Un procès qui ne résout rien », comme l’explique Daniel Charlot.

  • Un climat anxiogène

Dans un décor sobre, sombre et tricolore, dans un climat anxiogène, la comédienne Albane Louvet Duboc prend magistralement les traits d’une femme digne, résignée, mais encore mordante lorsqu’on touche à son enfant.

Parmi la pléiade de rôles, on reconnaît Danton, Fouquier de Tinville, Hébert ou encore Olympe de Gouges qui veulent « tuer la royauté. Il faut des mesures extrêmes pour la veuve Capet, le fléau et la sangsue des Français. Les preuves sont-elles nécessaires ? »

Les témoins vont passer sous influence jusqu’à la sentence : « La condamnation à la peine de mort ! » Marie-Antoinette écrira à sa sœur un bouleversant « Adieu, adieu, adieu » avant de remonter les gradins sous des images et le bruit d’une foule en délire. « La planche bascule en un bruit sec ! Noir ».

La pièce n’est ni un pamphlet de la république ou une ode à la monarchie : « C’est une tranche de l’Histoire qui a établi les bases de notre société et des évènements qui ont suivi », affirme le metteur en scène.

Publié par Paris-Normandie
https://www.paris-normandie.fr/

_________________
London bridge is falling down
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelmine

Wilhelmine

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 25/10/2019

Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Empty
MessageSujet: Re: Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre   Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Icon_minitimeVen 8 Nov - 22:49

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Empty
MessageSujet: Re: Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre   Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Du trône à l'échafaud. Le procès de Marie-Antoinette mis en scène au théâtre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: A l'écran et sur les planches :: Sur les planches-
Sauter vers: