Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 1789 d'Ariane Mnouchkine

Aller en bas 
AuteurMessage
Charlotte

Charlotte

Nombre de messages : 477
Date d'inscription : 25/10/2014

1789 d'Ariane Mnouchkine Empty
MessageSujet: 1789 d'Ariane Mnouchkine   1789 d'Ariane Mnouchkine Icon_minitimeMer 31 Mai - 6:58

1789 est un film français réalisé par Ariane Mnouchkine et sorti en 1974.
C'est la captation du spectacle 1789, création collective du Théâtre du Soleil qu'elle a mis en scène et représenté en 1970.
Un spectacle qui a marqué les foules -

Je devais avoir 14 ans tout au plus. Mes parents avaient pris un billet pour 1789 à la Cartoucherie. Passé le guichet, je suis la foule et me perds au milieu de tout ce monde. A droite et à gauche, des gradins, et pas suffisamment de place pour contenir les gens qui affluent. J'avais perdu mes parents, pas trop grave, mais la lumière s'éteint et un type me tape sur l'épaule... « Citoyen ! » Quelle panique, le gars en bonnet phrygien et culotte rayée n'avait pas l'air commode. Pas plus que ceux qui haranguaient la foule un peu plus loin et dans les tribunes. Le fait que seuls ces personnages soient éclairés ne m'a même pas alerté sur la fiction qu'on me faisait découvrir. Plus de quarante ans plus tard, j'en ai encore des frissons en écrivant ces lignes. Le temps de me faire bousculer plusieurs fois dans cette révolution vivante, je me voyais jeté dehors en me demandant ce que je faisais là. Il m'a fallu plusieurs minutes pour réaliser que je n'avais pas voyagé dans le temps en milieu hostile, mais que le spectacle avait eu lieu. Les commentaires allaient bon train autour de moi. Pour ma part, j'étais sur le qui-vive.

par Jean-Michel Polge, 58 ans, directeur d'école publique à la retraite



En révolte dans un collège privé catholique, nous avons été invités par le Théâtre du Soleil à venir raconter notre lutte avant les représentations de 1789. Apprenti électricien, j'ai découvert ma vocation : devenir éclairagiste de spectacle. Je suis dans le métier depuis 1979, et toujours aussi curieux et passionné. Alors merci, en un soir, et surtout en un spectacle, vous m'avez ouvert la vie.
par Srocynski Maurice, 58 ans, éclairagiste

1789 est, d'une certaine manière, le premier spectacle de théâtre que j'ai vu. J'avais 13 ans, je venais juste d'arriver à Paris et je ne sais plus par quel biais exactement je suis arrivé à la Cartoucherie de Vincennes. J'en garde le souvenir d'une fête, d'une forme de théâtre qui faisait participer le spectateur et dont je n'imaginais même pas l'existence. Je revois ces immenses effigies de Louis XVI et de Marie-Antoinette que les acteurs déplaçaient d'un bout à l'autre de la salle, je repense à ces débats citoyens, à ce théâtre généreux qui semblait dire que tout était encore possible. Trois ans plus tard, j'assistais à La Dispute de Marivaux mise en scène par Patrice Chéreau. Ma vie de spectateur et d'homme n'allait plus être tout à fait être la même.
par Patrick Scemama

J'ai depuis vu beaucoup d'autres pièces du Théâtre du Soleil, entre autres les Shakespeare, mais 1789, c'était en 1972, j'attendais mon deuxième enfant et cette pièce a révolutionné pour moi le théâtre et tout un monde dont les références étaient plutôt le Francais ou le boulevard. Mon plaisir du théâtre est parti de là, je n'ai pas osé le dire à Ariane Mnouchkine, que j'ai croisée en emmenant mon petit-fils voir Les Naufragés du Fol Espoir, qui l'a enthousiasmé, et je crois ça a été pour lui une découverte.
par Michèle Roch, 72 ans, retraitée Le Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne)

J'ai vu 1789 lorsque j'étais élève de la classe de 3e, sous la conduite de notre professeur d'histoire, et je ressens encore l'immense frustration qui m'a saisie lorsqu'elle a refusé que l'on participe au spectacle entre les différentes estrades et nous a obligés à nous assoir sur les tréteaux où nous étions à peu près les seuls. Je me suis sentie exclue du spectacle, et bien des années plus tard, lorsque j'ai vu le film, j'ai réalisé tout ce qui nous avait été volé.
par Nathalie Grumbach, professeure documentaliste, Montevideo (Uruguay)

Nous sommes en 1972, des travailleurs immigrés de l'usine Zimmerfer de Louviers (Eure) sont en grève. Ils luttent contre un patron négrier qui les fait dormir dans un taudis en 3m x 8m. Grâce à Ariane Mnouchkine, le comité de soutien est accueilli à la Cartoucherie pendant une semaine. Chaque soir, Mohamed Ghezale, l'un des chefs charismatiques du mouvement, prend la parole devant le public après une représentation de 1789 pour expliquer les raisons de la lutte des travailleurs immigrés. Nous tendions nos draps à la sortie pour alimenter la caisse de solidarité. Les billets pleuvaient comme à Gravelotte. Ariane Mnouchkine se tenait droite à côté du représentant du comité de grève. Ariane était rayonnante. 1789 nous irradiait.
par Jean-Charles Houel, 68 ans, journaliste, Louviers (Eure)

Ce spectacle-culte est sorti en DVD et Blue-Ray.



DVD/Blu-Ray : Le théâtre est par essence un art éphémère, insaisissable. Rares sont les captations cinématographiques qui peuvent rendre compte de son intensité et de sa beauté. Ariane Mnouchkine y est (presque) parvenue en 1974, en réalisant un film à partir des treize dernières représentations de 1789, son spectacle révolutionnaire sur la Révolution créé en 1970. Aujourd'hui restauré en HD et réédité en DVD, ce chef-d'oeuvre sera découvert par les jeunes générations de théâtreux dans toute sa puissance et sa fraîcheur. L'image peut paraître brouillonne, les clairs-obscurs un peu trop obscurs, les plans un brin précipités... mais c'est ce qui fait le charme du film. La caméra, au service des planches, restitue l'instantanéité de la représentation : un modèle de théâtre à vif, d'humanité complice entre des comédiens-arlequins survoltés et un public « seventies » bouche bée.

Il a aussi été repris sur scène !  1789 d'Ariane Mnouchkine 914132

1789 d'Ariane Mnouchkine 20713410

Dans la Cartoucherie de Vincennes où il a élu domicile depuis peu, le Théâtre du Soleil nous offre une saisissante plongée collective dans la Révolution française. Le grand hangar pourvu de tréteaux et de passerelles reproduit un champ de foire ou des acteurs-bateleurs nous font revivre la grande histoire tragique et joyeuse. Mnouchkine et ses 25 comédiens convoquent toutes les formes de théâtre populaire (forain, cirque, marionnettes, mélo) pour narrer cette année cruciale. Une Révolution du peuple, vue par le peuple. Le moment magique est la prise de la Bastille, racontée à plusieurs voix, par petits groupes, dans l'ombre, avant que n'explosent les lumières et les couleurs d'une grande fête foraine. On y est presque... en 1974 - en 1789 - convaincu de (re)vivre un des plus beaux spectacles de tous les temps.

Sources -
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/04/25/le-theatre-du-soleil-a-50-ans-vous-nous-avez-raconte-vos-souvenirs_4407040_3246.html
https://www.lesechos.fr/week-end/cinema/films/0211860444284-1789-ressuscite-2071343.php#

_________________
- me stessa -
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine

Nombre de messages : 6248
Date d'inscription : 30/03/2014

1789 d'Ariane Mnouchkine Empty
MessageSujet: Re: 1789 d'Ariane Mnouchkine   1789 d'Ariane Mnouchkine Icon_minitimeVen 2 Juin - 12:27

Merci pour ce reportage très détaillé. Voici un complément d'information.

1789 est l’une des dates du théâtre contemporain. En 1970, une compagnie française fonctionnant comme une coopérative ouvrière, le Théâtre du Soleil, créait une sorte d’incendie. Il n’y avait que Luca Ronconi et son Roland furieux qui avaient témoigné quelques mois plus tôt d’une audace égale : un spectacle vif comme un torrent, éclaté sur plusieurs aires de jeu, réinventant l’Histoire et la façon de la mettre en scène. La première eut lieu au Piccolo Teatro de Milan, triomphalement, mais rentrée en France, la troupe ne trouvait pas de théâtre (elle cherchait un terrain de baskett, les stades n’entendaient se consacrer qu’au sport). Elle se résigna à utiliser ses locaux de répétition à la Cartoucherie de Vincennes. En quelques mois, ces bâtiments sommaires furent équipés d’eau et d’électricité, et le spectacle commença le 12 novembre. Le succès fut immédiat. Pourtant, on assistait debout à la représentation, sauf si l’on était admis, en raison de son âge ou de son état de santé, sur les quelques gradins mis en place. Il faisait un froid de loup, mais une chaleur électrique s’emparait de chacun…

C’était une création collective, à partir d’une idée d’Ariane Mnouchkine : conter la Révolution française sur des tréteaux, comme un spectacle de foire. Gens du peuple, bourgeois, aristocrates, le roi surgissent tout au long d’une immense parade belliqueuse et passionnée. La monarchie s’effondre, le pouvoir politique change de camp. Tout cela est montré dans une série d’actions concomitantes, par des acteurs qu’on voit se maquiller à vue et qui s’impliquent follement, vêtus de costumes d’une grande beauté.

Le spectacle a été filmé par Ariane Mnouchkine elle-même. Le film, sorti en 1974, était resté disponible en VHS puis en DVD mais la société BelAir Classiques en propose aujourd’hui une version accompagnée d’un disque de bonus de Stefano Missio, constitué d’éléments retrouvés (comme des moments de répétitions filmés par Marlène Belilos) et surtout d’entretiens récents avec Ariane Mnouchkine et certains de ses collaborateurs, des acteurs surtout. La pièce elle-même a-t-elle conservé sa nouveauté quand on la regarde avec nos yeux d’aujourd’hui ? On reconnaît certains des comédiens, qui étaient alors très jeunes : Jean-Claude Penchenat, Philippe Caubère, Joséphine Védrenne, Geneviève Rey-Penchenat, mais beaucoup sont oubliés. Le fractionnement en gros plans déroute tout d’abord. Lorsque la réalisation donne à voir les déplacements dans l’immense espace créé dans la Cartoucherie, les courses endiablées des interprètes au milieu des spectateurs, l’image globale de la soirée devient plus perceptible. Et c’est à un extraordinaire cérémonial que l’on assiste, comme l’on n’en voit plus.

Les entretiens qui figurent sur le second disque, menés par Béatrice Picon-Vallin, et les instants de lecture (extraits du texte, extraits de la presse) sont très éclairants. Ariane Mnouchkine analyse ce qui était lucide dans l’esprit de tous – faire une création brisant les prudences habituelles – et ce qui était imprévisible : le succès, la place prise par le Soleil dans le théâtre français cette année-là. Pour elle, la nouveauté du spectacle ne vient pas tout à fait de mai 68, c’est le résultat d’une évolution plus complexe. Elle affirme aussi que toute équipe, aujourd’hui, est en mesure de mener une aventure équivalente, bien que ce soit plus difficile. Les acteurs se souviennent de la façon dont il cherchait à trouver la vérité de leur personnages – par des cheminements inattendus, quelquefois.

Pour qui regardera cet extraordinaire document, l’écart entre ce que faisait le Soleil dans les années 70 et ce que fait la troupe aujourd’hui semblera considérable. Il n’y a pas alors, dans cette équipe, de référence au théâtre asiatique. Le langage est très français et très européen. La foire, la commedia dell’arte, l’agit-prop coulent dans le sang de ces interprètes qui ne sont pas encore allés voir dans d’autres civilisations. Mais le Soleil première période, le Soleil années héroïques, c’est déjà le théâtre dans son apogée.

1789 d'Ariane Mnouchkine D6b40210

1789 d’Ariane Mnouchkine (146 minutes), suivi de 1789 – 40 ans après par Stefano Missio avec des entretiens par Béatrice Picon-Vallin (bonus de 48 minutes). Le film est interprété par René Patrignani, Jean-Claude Penchenat, Maxime Lombard, Georges Bonnaud, Fabrice Herrero, Jonhattan Sutton, Daïna La Varenne, Franck Poumeyreau, Marie-France Duverger, Gérard Hardy, Anne Demeyer, Joséphine Derenne, Mario Gonzalèz, Geneviève Rey-Penchenat, Philippe Caubère, Louba Guertchikoff, Nicole Félix, Michel Derouin, Myrrha Donzenac, Jean-Claude Bourbault, Alain Salomon, Roland Amstutz, Françoise Jamet, Clémence Massard, Serge Coursan, Lucia Bensasson, Philippe Hottier, Marc Godard, Jean-François Labouverie, Luc Bartholomé, Michel Toty, Louis Samier, Gilles Milinaire, Philippe Dubois. Livret de Marie-Louise Bablet, Denis Bablet et Jacques Delcuvellerie.

http://www.webtheatre.fr/1789-le-film

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
 
1789 d'Ariane Mnouchkine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: A l'écran et sur les planches :: Marie Antoinette sur les écrans-
Sauter vers: