Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Réfrigérateur combiné HISENSE 292 ...
Voir le deal
369.99 €

 

 07 mars 1793:

Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

yann sinclair


Nombre de messages : 26116
Age : 66
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 10/01/2016

07 mars 1793: Empty
MessageSujet: 07 mars 1793:   07 mars 1793: Icon_minitimeMer 6 Mar - 15:33

Décret du 7 mars 1793


La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son comité de la guerre sur la proposition du général en chef de l’armée des côtes, décrète ce qui suit:

Art. Ier.
Il sera formé, dans le plus court délai, sous la surveillance du ministre de la guerre, deux nouveaux régiments de chasseurs à cheval.

II.
L’un de ces régiments sera levé dans les départements du Morbihan, Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Loire-Inférieure ; l’autre sera levé dans les départements de la Manche, de l’Orne de l’Eure, du Calvados et de la Seine-Inférieure.

III.
Ces corps seront assimilés en tout aux autres corps de chasseurs à cheval, et prendront rang parmi eux sous les numéros 21 et 22.
IV.
Pourront être admis individuellement à la formation de ces corps les dragons et volontaires à cheval de Lorient, Brest, Nantes, Pontivy, Caen, Rouen, Dieppe et autres villes des départements composant les ci-devant provinces de Bretagne et de Normandie.
V.
L’état-major et les officiers de chacun de ces régiments seront, pour cette fois seulement, nommés par le conseil exécutif, sur la présentation du général en chef, et ne pourront être pris que parmi les citoyens munis de certificats de civisme, qui auront fait un service personnel et continu dans la garde nationale depuis le 1er janvier 1790

21e rgt de chasseurs à cheval

Un nommé Andrieux ayant proposé à l’Assemblée nationale de lever des compagnies de chasseurs à cheval sous le nom de « Hussards Braconniers », et le comité militaire et le ministre de la guerre ayant approuvé la proposition, l’assemblée nationale décrète le 9 septembre 1792 la formation de ce corps.

Aucun citoyen ne peut être admis dans les compagnies s’il n’est porteur d’un certificat de bonne conduite, et s’il ne justifie qu’il a fait un service actif et personnel.

Le corps s’organise à Meaux et à Maupertuis. Le premier colonel du corps est Andrieux.

En mars 1793, un escadron des hussards braconniers part de Melun sous les ordres du commandant Taillefer pour se rendre à l’armée du Nord.

A l’évacuation du camp de Maulde (près Saint-Amand), cet escadron passe presque en entier à l’armée ennemie. Les autres escadrons, réunis à Liège, font la campagne de Belgique sous les ordres de Dumouriez.

Le 29 brumaire an II (19 novembre 1793), les Hussards Braconniers sont licenciés et recréés sous le nom de 21e régiment de chasseurs à cheval, toujours sous le commandement du colonel Andrieux.

(Un 21e régiment de chasseurs à cheval avait été créé par un décret du 7 mars 1793, mais il ne semble pas que ce régiment ait été formé)

Fin 1794 (frimaire an III), le régiment est placé sous les ordres du colonel Dupré, et voit arriver un nouveau chef d’escadron, promis à de l’avancement: Murat.

Le 21e régiment de chasseurs à cheval participe à la campagne de Hollande sous les ordres du général Osten.

En 1795, le régiment rentre en France et est désigné pour tenir garnison à Paris.

Ce qui donne au chef d’escadron Murat l’occasion de se distinguer le 13 vendémiaire an IV, et de rendre un signalé service au général Bonaparte.

Le 11 nivôse an VII (31 décembre 1798), le régiment quitte Paris pour se rendre à l’armée de l’Ouest, et participer à la pacification de la Vendée.

En l’an VIII, il est envoyé au camp de Dijon, traverse la Suisse et franchit le mont Saint-Bernard.

Il participa à la campagne d’Italie de 1800 et prend notamment part à la bataille de Marengo.

A la signature de la paix avec l’Autriche, le 21e chasseurs rentre en France pour tenir garnison à Lyon, et est envoyé à Montpellier peu de temps après.

Un rapport d’inspection effectuée à Montpellier le 30 vendémiaire an X nous apprend qu’à cette date le corps avait 24 officiers et 537 sous-officiers et chasseurs présents, et 14 officiers et 143 sous-officiers et chasseurs absents.

Ce rapport contient aussi les notations suivantes:

"Habillement en très bon état, mais les chapeaux reçus à l’armée d’Italie sont fort mauvais et incapables de durer la moitié du temps prescrit. L’équipement est en bon état. Il manque 400 banderoles à crochet, il faudrait qu’elles fussent en buffle; celles existant dans les magasins sont neuves, mais en mauvais cuir. Les selles sont passablement bonnes moyennant réparations, mais il faudrait 300 couvertures, 500 schabraques. On n’a reçu que 100 mors depuis 4 ans. Il manque 200 brides, c’est-à-dire filets, longes et licols. Il manque 335 sabres, 126 paires de pistolets, 624 mousquetons."



Sources :
A. de Brémond d’Ars, Historique du 21e régiment de chasseurs à cheval.
La Sabretache, 1905.
Le Spectateur militaire 1891, Les corps francs de cavalerie pendant la Révolution


22e rgt de chasseurs à cheval

Un nommé Andrieux ayant proposé à l’Assemblée nationale de lever des compagnies de chasseurs à cheval sous le nom de « Hussards Braconniers », et le comité militaire et le ministre de la guerre ayant approuvé la proposition, l’assemblée nationale décrète le 09 septembre 1792 la formation de ce corps.

Aucun citoyen ne peut être admis dans les compagnies s’il n’est porteur d’un certificat de bonne conduite, et s’il ne justifie qu’il a fait un service actif et personnel.

Le corps s’organise à Meaux et à Maupertuis. Le premier colonel du corps est Andrieux.

En mars 1793, un escadron des hussards braconniers part de Melun sous les ordres du commandant Taillefer pour se rendre à l’armée du Nord.

A l’évacuation du camp de Maulde (près Saint-Amand), cet escadron passe presque en entier à l’armée ennemie. Les autres escadrons, réunis à Liège, font la campagne de Belgique sous les ordres de Dumouriez.

Le 29 brumaire an II (19 novembre 1793), les Hussards Braconniers sont licenciés et recréés sous le nom de 21e régiment de chasseurs à cheval, toujours sous le commandement du colonel Andrieux.

(Un 21e régiment de chasseurs à cheval avait été créé par un décret du 7 mars 1793, mais il ne semble pas que ce régiment ait été formé)

Fin 1794 (frimaire an III), le régiment est placé sous les ordres du colonel Dupré, et voit arriver un nouveau chef d’escadron, promis à de l’avancement: Murat.

Le 21e régiment de chasseurs à cheval participe à la campagne de Hollande sous les ordres du général Osten.

En 1795, le régiment rentre en France et est désigné pour tenir garnison à Paris.

Ce qui donne au chef d’escadron Murat l’occasion de se distinguer le 13 vendémiaire an IV, et de rendre un signalé service au général Bonaparte.

Le 11 nivôse an VII (31 décembre 1798), le régiment quitte Paris pour se rendre à l’armée de l’Ouest, et participer à la pacification de la Vendée.

En l’an VIII, il est envoyé au camp de Dijon, traverse la Suisse et franchit le mont Saint-Bernard.

Il participa à la campagne d’Italie de 1800 et prend notamment part à la bataille de Marengo.

A la signature de la paix avec l’Autriche, le 21e chasseurs rentre en France pour tenir garnison à Lyon, et est envoyé à Montpellier peu de temps après.

Un rapport d’inspection effectuée à Montpellier le  30 vendémiaire an X nous apprend qu’à cette date le corps avait 24 officiers et 537 sous-officiers et chasseurs présents, et 14 officiers et 143 sous-officiers et chasseurs absents.

Ce rapport contient aussi les notations suivantes:

"Habillement en très bon état, mais les chapeaux reçus à l’armée d’Italie sont fort mauvais et incapables de durer la moitié du temps prescrit. L’équipement est en bon état.

Il manque 400 banderoles à crochet, il faudrait qu’elles fussent en buffle ; celles existant dans les magasins sont neuves, mais en mauvais cuir.

Les selles sont passablement bonnes moyennant réparations, mais il faudrait 300 couvertures, 500 schabraques.

On n’a reçu que 100 mors depuis 4 ans. Il manque 200 brides, c’est-à-dire filets, longes et licols.

Il manque 335 sabres, 126 paires de pistolets, 624 mousquetons."


Sources:
A. de Brémond d’Ars, Historique du 21e régiment de chasseurs à cheval.
La Sabretache, 1905.
Le Spectateur militaire 1891, Les corps francs de cavalerie pendant la Révolution

_________________
07 mars 1793: C_icgp11
👑    👑   👑
   ⚜king
Revenir en haut Aller en bas
http://louis-xvi.over-blog.net/
 
07 mars 1793:
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 10 mars 1793:
» 13 mars 1793
» 20 mars 1793:
» 11 mars 1793
» 13 mars 1793

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: 1793 :: Mars-
Sauter vers: