Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 “Séduction et pouvoir. L’art de s’apprêter à la cour.”

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
betagen

betagen


Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 26/07/2016

“Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Empty
MessageSujet: “Séduction et pouvoir. L’art de s’apprêter à la cour.”   “Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Icon_minitimeLun 3 Avr - 21:10

EXPOSITION au Musée du Domaine Royal de Marly…
“Séduction et pouvoir.

L’art de s’apprêter à la cour.”

Du 14 avril au 27 août 2023

“Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Image-10
https://le-bijoutier-international.com/2023/02/08/exposition-au-musee-du-domaine-royal-de-marly/

_________________
Il court il court le furet
Revenir en haut Aller en bas
Sunset Boulevard

Sunset Boulevard


Nombre de messages : 69
Date d'inscription : 11/08/2021

“Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Empty
MessageSujet: Re: “Séduction et pouvoir. L’art de s’apprêter à la cour.”   “Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Icon_minitimeVen 21 Avr - 13:34

Très attirant. Merci, Betagen.

_________________
Qu'est-ce qu'une syncope ?
Revenir en haut Aller en bas
Dourakine

Dourakine


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 30/04/2018

“Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Empty
MessageSujet: Re: “Séduction et pouvoir. L’art de s’apprêter à la cour.”   “Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Icon_minitimeJeu 25 Mai - 8:33

Point de vue est est allé pour vous.

Récemment rénové, le musée-promenade du château de Marly revient sur les us et coutumes cosmétiques en usage à la Cour aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Dans le domaine de Marly, il ne reste plus rien du château imaginé par Louis XIV... Mais à la Grille royale, le musée qui abrite l’histoire du domaine et la vie de la Cour à Versailles permet de retrouver l’âme des lieux et de l’époque. Après trois ans de travaux, un nouveau parcours accueille cette exposition dédiée à la beauté et à l’évolution de ses codes. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Versailles et Paris sont les capitales de la mode. Il faut se montrer pour exister, mais avec de nombreux artifices, comme l’explique Karen Chastagnol, directrice du musée et commissaire de l’exposition : "L’art du paraître, par le biais de la beauté, du vêtement et des accessoires requiert de connaître les usages et les règles en vigueur à la Cour et de s’y conformer pour bénéficier de la faveur royale." La Cour est en effet le lieu où chacun affirme son pouvoir et son rang, ce qui amène les rois et leur entourage à rivaliser dans l’art de la coquetterie.


  • Le visiteur peut découvrir une centaine de pièces au fil du parcours, organisé au sein des collections permanentes. Ici, l’huile sur toile Apothéose d’Enée peinte par François Boucher en 1747.

    “Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Tzolzo15
    © Agnès Renoult

    “Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Tzolzo16


  • Coiffe de la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

    “Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Tzolzo17
    © Service de presse

    Les accessoires de mode et de beauté sont des armes de séduction qui servent l’esprit d’une société élitiste où se mêlent des enjeux amoureux, politiques et religieux. Le visiteur découvre ainsi les coiffes, chapeaux et coiffures en cheveux ; le perruquier est l’un des artisans les plus consultés. Puis vient le maquillage, présenté dans de multiples petites boîtes de fards et de poudres. C’est alors le blanc de céruse qu’il faut s’appliquer sur la peau pour paraître très pâle et faire ressortir les mouches en tissu. Le rouge des joues et de la bouche est hautement symbolique : plus il est foncé, plus le rang social est élevé. Tous les accessoires pouvant rehausser le vêtement sont également essentiels : broches, bracelets, médaillons, souvent cousus directement sur l’étoffe. Et pour sublimer l’élégance du mouvement, miroirs, éventails ou tabatières viennent se glisser dans les poches.


  • Éventail plié réalisé vers 1770-1780.

    “Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Tzolzo18
    © Service de presse

    Parmi les raretés présentées, un sublime éventail plié décoré de scènes champêtres : "Cet accessoire était réservé aux femmes dont les mains ne sont pas occupées par les tâches quotidiennes, explique Karen Chastagnol. Il est à la fois un attribut social et une œuvre d’art qui nécessite le savoir-faire de nombreux artisans. C’est surtout un véritable un outil de communication sociale à travers les différents thèmes évoqués dans ses décors ; ici, les joies de la vie à la campagne et le retour à la nature." Pour le parfum, le flacon est presque plus important que le jus qu’il contient, comment le prouvent des coffrets en bois peint abritant des flacons ciselés et dorés.


  • Nécessaire à parfums et à mouches du milieu du XVIIIe siècle.

    “Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Tzolzo19
    © Service de presse

    Pour évoquer ces sillages d’antan, trois fragrances ont été conçues en exclusivité par Firmenich, partenaire de l’exposition. "Chacune correspond à un règne, de Louis XIV à Louis XVI, ajoute Karen Chastagnol. On sait que Louis XIV aimait particulièrement l’eau de fleur d’oranger car il était allergique à la plupart des autres odeurs. Sous Louis XV, l’eau de Cologne importée d’Allemagne et d’Italie crée une identité parfumée faite de senteurs fraîches d’agrumes et d’aromates ; sous Louis XVI, les formules se complexifient. Marie-Antoinette cultive de la lavande dont elle consomme des litres pour sa toilette : une nouvelle sensibilité olfactive rafraîchissante et fleurie voit le jour." Réalisées par le parfumeur Bruno Jovanovic, elles se respirent avec des bornes olfactives, pour que chaque visiteur s’imprègne de l’atmosphère d’autrefois.

https://www.pointdevue.fr/lifestyle/beaute/lart-de-sappreter-a-la-cour-au-chateau-de-marly

Au plaisir, peut-être, de vous y rencontrer.

_________________
Aussi longue est la nuit qui me fait penser à vous
Revenir en haut Aller en bas
elois

elois


Nombre de messages : 117
Date d'inscription : 17/03/2015

“Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Empty
MessageSujet: Re: “Séduction et pouvoir. L’art de s’apprêter à la cour.”   “Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Icon_minitimeMer 14 Juin - 7:57

Très belle exposition

“Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Exposi10

_________________
Il faut seulement que je plaise aux gens qui m'intéressent.
Revenir en haut Aller en bas
Airin

Airin


Nombre de messages : 1001
Date d'inscription : 19/09/2015

“Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Empty
MessageSujet: Re: “Séduction et pouvoir. L’art de s’apprêter à la cour.”   “Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Icon_minitimeSam 17 Juin - 15:24

Mes amis, c'est une très belle exposition qui vaut le déplacement.

_________________
Cet été-là, l'extravagance était à la mode.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





“Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Empty
MessageSujet: Re: “Séduction et pouvoir. L’art de s’apprêter à la cour.”   “Séduction et pouvoir.  L’art de s’apprêter à la cour.” Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
“Séduction et pouvoir. L’art de s’apprêter à la cour.”
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Séduction perverse, séduction hédoniste dans le roman du XVIIIe siècle
» Rez de chaussée - Aile centrale - Cour d'Honneur - Cour de Marbre
» Rez de chaussée - Cour d'Honneur - La cour des Princes
» Les talons hauts, une histoire de pouvoir
» « bio-pouvoir » ou « thanatocratie » ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Contexte social et économique :: Arts et artisanats au XVIIIème :: Modes, coiffures et costumes-
Sauter vers: