Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-11%
Le deal à ne pas rater :
SAMSUNG 55Q70C – TV QLED 55″ (138 cm) 4K UHD 100Hz
549.99 € 619.99 €
Voir le deal

 

 L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre

Aller en bas 
+5
levengeur
Françoise
pimprenelle
Chou d'amour
madame antoine
9 participants
AuteurMessage
madame antoine

madame antoine


Nombre de messages : 6894
Date d'inscription : 30/03/2014

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeMar 26 Aoû - 10:59

Bonjour,

J'ai trouvé dans ce cher Boudoir diverses mention de Mr Parmentier et des pommes-de-terre.
https://maria-antonia.forumactif.com/t5499-le-jardin-de-la-reine-au-prix-des-serres-du-roi
https://maria-antonia.forumactif.com/t1774p2-les-subsistances-sous-la-revolution

On nous y rappelle notamment que la Reine et ses dames arborèrent des fleurs de pomme-de-terre.
https://maria-antonia.forumactif.com/t265-marie-antoinette-et-les-fleurs

Mais je n'ai pas trouvé de sujet dévolu uniquement à l'entreprise d'Antoine Parmentier et, comme j'ai reçu ce matin un article qui la raconte de façon très agréable, j'ai trouvé intéressant d'ouvrir un sujet.

Voici l'article. On remarquera la jolie illustration de la scène où Mr Parmentier remet une plante au roi.

http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/24-aout-1786-marie-antoinette-est-faite-reine-des-patates-par-antoine-parmentier-23-08-2012-1498662_494.php

24 août 1786. Antoine Parmentier offre une pomme de terre à Louis XVI et Marie-Antoinette

Ainsi, l'agronome remercie le roi de le soutenir dans ses efforts d'imposer le tubercule aux Français.

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Aout-210

"Ils n'ont pas de pain ? Qu'ils mangent de la brioche !" Tout le monde sait, aujourd'hui, que Marie-Antoinette n'a jamais prononcé cette phrase inventée par Rousseau. En revanche, scoop mondial, nous pouvons vous révéler que le 24 août 1786, recevant en compagnie de son époux Antoine Parmentier, la reine pense très fort : "Ils n'ont pas de pain ? Qu'ils mangent de la patate !" Car le couple royal n'hésite pas à mouiller sa chemise - de dentelle - pour aider l'agronome à faire la promotion de la pomme de terre auprès des Français très méfiants.

Ce jour-là, le pharmacien-agronome offre à Louis XVI et à Marie-Antoinette les premières fleurs de pomme de terre cueillies dans le champ mis à sa disposition par le roi de France, dans la plaine des Sablons, à Neuilly. Les flashes crépitent. Jean-Pierre Pernaut fait un direct sur TF1. Le roi est d'excellente humeur. "Donnez-moi la main et embrassez la reine !" lance-t-il à Parmentier, qui n'en demandait pas tant. Sur ce, Louis XVI détache une fleur pour la mettre à sa boutonnière, et en fixe une autre sur le chapeau de Marie-Antoinette. Madame de Fontenay en est verte de jalousie...

Le jour même, on sert à la table royale un plat de "parmentières". Louis XVI possède peut-être tous les défauts de la terre, mais il a au moins la qualité de croire en la science. Avant beaucoup d'autres, il a compris la place capitale que peut prendre la pomme de terre dans l'alimentation en sauvant ses sujets des famines récurrentes. Et dire que pour le remercier, les Français lui couperont la tête. "Comment ne pas en avoir gros sur la patate après ça..." s'exclame Laurent Ruquier.

La pomme de terre aux cochons

À la fin du XVIIIe siècle, près de 250 ans après son introduction en Europe, la pomme de terre n'a toujours pas bonne presse en France. Les paysans regardent d'un oeil torve cette plante qui s'épanouit sous terre, dans le domaine du diable, et pas sous l'oeil de Dieu comme les céréales. Sans compter qu'elle appartient à une famille de plantes légèrement toxiques. En Europe, ce sont les Irlandais qui l'adoptent les premiers à grande échelle. En fait, ils n'ont pas le choix. C'est ça ou crever de faim, car les Anglais, très fair-play comme d'habitude, accaparent tout le blé irlandais. Peu à peu, la plante conquiert l'Autriche, l'Allemagne, la Suisse, et même l'est de la France.

À la fin du XVIe siècle, le célèbre agronome Olivier de Serres la cultive dans le Vivarais (aujourd'hui, l'Ardèche). Puis, elle gagne le Lyonnais, le Dauphiné et la Franche-Comté. Mais les paysans la réservent exclusivement à leurs cochons, l'assimilant à une herbe de sorcières. Ils la croient capable de transmettre la lèpre. Et l'Église, qui se désespère des grandes disettes, pensez-vous qu'elle incite à sa culture ? Pas du tout. Dieu n'aimerait-il pas les frites ? Ce n'est pas le problème, c'est plutôt une simple question de pognon : la patate rapporte une moindre dîme à l'Église ! Aussi, les curés n'hésitent pas à la débiner, rappelant dans leurs prêches que la pomme de terre n'est pas mentionnée dans la Bible.

Levée de l'interdiction à la consommation

Pharmacien des armées, Antoine Parmentier découvre la pomme de terre lors de son emprisonnement en Westphalie durant la guerre de Sept Ans (1756-1763). En effet, les sympathiques Allemands nourrissent alors leurs prisonniers français avec la même bouillie de pommes de terre qu'ils servent à leurs cochons. C'est le meilleur service qu'ils pouvaient leur rendre, car ceux-ci mangent à s'en faire péter la sous-ventrière.

En 1771, quand l'Académie des sciences de Besançon lance un concours intitulé : "Quels sont les végétaux qui pourraient être substitués en cas de disette à ceux que l'on emploie communément et quelle en devrait être la préparation ?" Parmentier s'empresse de remettre un mémoire pour souligner les vertus de la pomme de terre. Il gagne le concours haut la main en préconisant la fabrication de pains de pomme de terre. En 1772, juste après sa nomination comme apothicaire en chef de l'hôtel des Invalides, la Faculté de médecine de Paris déclare la pomme de terre sans danger, ce qui fait lever l'interdiction du Parlement de Paris qui frappait sa consommation depuis 1748.

Champs gardés par des soldats

Parmentier se met à cultiver la patate sur un terrain loué à des religieuses près des Invalides. Il organise des dîners où sont invités des scientifiques, tels Benjamin Franklin et Lavoisier, à qui il propose une vingtaine de plats à base des tubercules. Il publie même un livre de recettes en 1777 intitulé "Avis aux bonnes ménagères des villes et des campagnes sur la meilleure manière de faire leur pain". Mais cela ne suffit pas à convaincre les Français de mettre la patate sur leur table et les paysans de la cultiver. En 1785, expulsé par les religieuses, Parmentier cherche un nouveau terrain pour planter ses tubercules. Louis XVI, qui soutient les efforts des agronomes en faveur de la pomme de terre, lui octroie deux arpents de terre dans la plaine des Sablons, à Neuilly, un site autrefois utilisé comme champ de manoeuvre par les troupes. Le terrain est pauvre, mais cela n'est pas gênant pour la culture des pommes de terre.

C'est alors que Parmentier a une idée de génie : pour faire croire que ses "parmentières" sont un mets de choix réservé à la table du roi et des plus hauts seigneurs, il les fait garder par des soldats durant le jour. Seulement, il prend soin de supprimer toute garde pendant la nuit. Du coup, de petits voleurs s'introduisent dans le champ pour voler les pommes de terre si précieuses. C'est ainsi que, peu à peu, la pomme de terre acquiert ses lettres de noblesse. Lors de la première floraison, Parmentier offre donc un bouquet des magnifiques fleurs blanches au roi et à la reine. Lors de la Révolution, Parmentier est d'abord regardé d'un oeil suspicieux en raison du soutien de Louis XVI. Peu à peu, il regagne la faveur du peuple et lance une deuxième révolution, celle qui porte la pomme de terre précieuse sur la table des Français.

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeMar 2 Sep - 15:33

Très intéressant merci bien madame antoine:D
Une découverte bien heureuse que la pomme de terre, que ferait-on sans? L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 56173

Citation :
Tout le monde sait, aujourd'hui, que Marie-Antoinette n'a jamais prononcé cette phrase

Malheureusement non en fait, à mon grand désespoir L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 244157

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeMar 2 Sep - 15:48

Ah ouais, sans la patate, on est mort! Surtout en Belgique! L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 85158

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Françoise

Françoise


Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 28/05/2014

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeMar 2 Sep - 18:42

Je me demande ce que l'on mangeait avant la Découverte de l'Amérique ! Pas de pommes de terres, ni de tomates, de dinde, de maïs, de chocolat,...
Heureusement des aliments que nous ne connaissons plus forcément les remplaçaient !
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeMar 2 Sep - 18:45

Oui, il y avait des légumes qui ne sont plus à la mode de nos jours. Ca vaudrait la peine de faire une petite recherche sur le sujet un de ces quatre. Very Happy

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeMar 2 Sep - 19:00

Voici une liste de légumes anciens ou oubliés.
http://www.jardinature.net/legumes_anciens.htm

Perso, j'ai déjà mangé du panais. C'est comme une pomme-de-terre en sucré. Very Happy

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeMer 3 Sep - 9:21

Voilà, ils compensaient par d'autres aliments moins conus maintenant Very Happy

pimprenelle a écrit:
Ah ouais, sans la patate, on est mort! Surtout en Belgique! L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 85158

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 194575 Ouais mais en France aussi cela dit L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 588717

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
madame antoine

madame antoine


Nombre de messages : 6894
Date d'inscription : 30/03/2014

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeDim 14 Sep - 13:02

Bonjour,

Voici une illustration parue dans le Petit Journal de 1901 qui retrace la présentation de la pomme-de-terre aux Souverains par Mr Parmentier.

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 423px-10

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Louis_XVI_et_Parmentier.jpg?uselang=fr

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeJeu 10 Nov - 11:03

De cette découverte de la pomme de terre dépend naturellement une invention essentielle que différentes régions s'arrachent.  L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 194575

Et pourquoi pas la Wallonie, hin pokwè nin mi pti fi?  Very Happy

Straight Outta Namur

Si l’origine des frites est tant controversée, c’est parce que chaque pays aimerait être le père de ce joyau fait de pommes de terre, fondant à l’intérieur et croustillant à l’extérieur. Chacun y va de sa petite histoire : pommes pont-neuf en France, traces retrouvées dans des écrits russes, invention du cuisinier français de Thomas Jefferson, ou — pour la version qui nous intéresse — un éclair de génie wallon à la fin du XVIIe siècle. En effet, ce serait sur les bords de la Meuse, dans la région de Namur en Belgique, que la frite aurait été inventée.

Wallifornia Love

Un écrit de 1781 nous raconte que les Wallons habitant au bord de la Meuse avaient l’habitude de venir y pêcher de petits poissons avant de les faire frire. L’hiver, si la pêche était mauvaise, ce plat populaire était remplacé par des petits morceaux de pommes de terre plongés dans un bain d’huile. À partir du XVIIIe siècle, on voit apparaître dans les écrits de l’époque la taille en bâtonnets, le tout rendu populaire par les friteries ambulantes des frères Krieger.
http://clubsandwich.konbini.com/trends/lhistoire-de-la-frite-des-bords-de-la-meuse-aux-freedom-fries/

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
levengeur

levengeur


Nombre de messages : 747
Date d'inscription : 31/03/2014

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeSam 14 Oct - 13:58

pour un hachis réussi L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 887322

Que boire avec un hachis parmentier ? L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 194575

Aucun ingrédient grandiloquent et pourtant, un hachis parmentier bien cuisiné est un délice ! Côté viande, le hachis parmentier est initialement composé des restes d’un précédent repas : boeuf, porc, veau... les possibilités sont multiples. Pour la purée, libre à vous d’imaginer la bonne combinaison : un purée d’inspiration Robuchon au beurre généreux ou un simple écrasé de pommes de terre au poivre. Et pour le vin ? Vous aurez besoin d’un rouge juteux, frais et sur le fruit, comme un joli Beaujolais.

Compte tenu de la souplesse d’esprit du hachis, pourquoi ne pas le préparer avec du saumon ? Avec ce gratin marin, basculez du côté des blancs avec des cuvées alsaciennes tendues, qui vont trancher avec la densité du plat. Ouvrez par exemple un pinot gris ou blanc d’Alsace.

_________________
Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton
Revenir en haut Aller en bas
de La Reinta

de La Reinta


Nombre de messages : 1435
Date d'inscription : 15/03/2016

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeJeu 28 Déc - 12:18

Fou-lle-s de patates ?? L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 454943
difficile sur ce coup l'inclusive L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 244157

Bonne nouvelle ! Ya une expo à la Cité des sciences et de l’industrie
et ça va durer jusqu’au 6 janvier 2019. L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 709648

Genre sympa et orienté très jeunes L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 244157
http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/sortir-region-parisienne/pas-si-bete-cette-patate-27-12-2017-7472865.php

_________________
Je dois avouer ma dissipation et paresse pour les choses sérieuses
Revenir en haut Aller en bas
flower power

flower power


Nombre de messages : 510
Date d'inscription : 09/05/2015

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeSam 10 Fév - 14:54

Comment son interdiction assura à la pomme de terre son essor

Afin d’inciter les Français à ne plus bouder la pomme de terre, le savant Parmentier, qui en connaissait les immenses qualités et désespérait de voir notre pays l’adopter, eut au XVIIIe siècle une idée lumineuse...

Aujourd’hui cultivée partout en France, la pomme de terre non seulement nous donne à peu de frais un aliment agréable et sain, mais nous avons trouvé moyen de changer sa fécule en sucre et en alcool. C’est aux savants travaux et au zèle infatigable du chimiste Antoine Parmentier (1737-1813) que nous devons l’extension de sa culture et de son emploi.

Les grands propriétaires avaient, il est vrai, suivi l’impulsion donnée par Louis XVI ; ils avaient permis à la pomme de terre de végéter dans quelques coins de leurs domaines ; mais les paysans ne la cultivaient qu’avec répugnance ; ils refusaient d’en manger, et l’abandonnaient à leurs bestiaux. Il en était même qui ne la jugeaient pas digne de servir d’aliment à ces derniers.

Ce fut Parmentier qui, le premier, fit du pain de pomme de terre. Il avait entrepris de vulgariser en France l’usage de ce précieux tubercule ; il comprenait que si la pomme de terre pouvait suppléer le froment, toute famine devenait à jamais impossible. Aussi cet homme généreux consacra-t-il sa fortune, son talent, sa vie entière à cette œuvre immense de charité ; ce n’était pas assez pour lui d’encourager la culture de la pomme de terre par des écrits, des discours, des récompenses, en un mot par tous les moyens d’influence que lui donnait sa haute position : il acheta ou prit à ferme une grande quantité de terres en friche, à plusieurs lieues de rayon autour de Paris, il y fit planter des pommes de terre.

La première année, il les vendit à bas prix aux paysans des environs ; peu de gens en achetèrent ; la seconde année, il les distribua pour rien, personne n’en voulut. A la fin, son zèle devint du génie : il supprima les distributions gratuites, et fit publier à son de trompe dans tous les villages une défense expresse, qui menaçait de toute la rigueur des lois quiconque se permettrait de toucher aux pommes de terre dont ses champs regorgeaient. Les gardes champêtres eurent ordre d’exercer pendant le jour une surveillance active, et de rester chez eux pendant la nuit.

Dès lors, chaque carré de pommes de terre devint, pour les paysans, un jardin des Hespérides, dont le dragon était endormi ; la maraude nocturne s’organisa régulièrement, et le bon Parmentier reçut de tous côtés des rapports sur la dévastation de ses champs, qui le faisaient pleurer de joie. A dater de cette époque, il n’eut plus besoin de stimuler le zèle des cultivateurs : la pomme de terre avait acquis la saveur du fruit défendu, et sa culture s’étendit rapidement sur tous les points de la France.
https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article12475

_________________
a mortifying family tradition
Revenir en haut Aller en bas
Galaor

Galaor


Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 09/06/2019

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeDim 1 Mar - 11:22

La culture de pommes-de-terre vue du point de vue de Louis XVI :

  • En 1786, le roi Louis XVI a soutenu Antoine Parmentier dans un projet incroyable : celui de planter des pommes de terre à Paris. Découvrez cette histoire dans cet épisode bonus de "Au cœur de l'histoire".


En écoutant le récit consacré à l’incroyable histoire de la pomme de terre vous avez peut-être eu envie d'en savoir plus sur la façon dont Antoine Parmentier popularisa cette tubercule en France. Dans cet épisode bonus de "Au cœur de l'histoire", le spécialiste histoire Jean des Cars vous raconte l'histoire d'Antoine Parmentier et des parmentières.

Avant la Révolution, le roi Louis XVI a soutenu Antoine Parmentier dans un projet incroyable. L’idée de cet apothicaire (aujourd’hui, nous dirions pharmacien) était qu’en cas de famine, la pomme de terre, qu’il avait bien étudiée, pourrait remplacer le pain. Saviez-vous que ce légume avait alors mauvaise réputation ? On l’accusait aussi bien de donner la lèpre que d’appauvrir le terrain où on la plantait !

En 1785, Louis XVI, très inquiet des mauvaises récoltes, intervient personnellement pour défendre les idées de Parmentier. Pour ce savant, "les végétaux peuvent suppléer, en temps de disette, à ceux qu’on emploie communément à la nourriture des hommes". Autrement dit, la pomme de terre pourrait facilement remplacer le blé et le maïs. Mais par jalousie et ignorance, beaucoup se méfient de Parmentier.

  • Une fleur de pommes de terre à la boutonnière

Le roi, lui, a compris que l’apothicaire a raison. En 1786, il lui permet de planter des pommes de terre sur le terrain des Sablons, au village de Neuilly, sur la route de Versailles à Paris. Pour exciter la curiosité, Parmentier fait placer des gardes autour de son champ. Mais c’est une ruse : ils ont ordre de ne pas arrêter les voleurs ! Ils lui feront la meilleure des réclames ! L’année suivante, le 24 août, le terrain est couvert de fleurs. C’est la veille de la Saint-Louis. Antoine Parmentier offre un bouquet de ces étranges fleurs au roi et à la reine. Et il leur dit : "Si le dixième du territoire de la France est planté en pommes de terre, voilà du pain tout fait" .

Reconnaissant, Louis XVI porte des fleurs de pommes de terre à sa boutonnière. Les courtisans veulent en faire autant et sont prêts à payer dix louis pour une seule fleur ! Une fortune !

  • La parmentière

Parmentier renouvelle son expérience des Sablons dans la plaine du village de Grenelle. Et le 21 octobre 1787, aux Invalides, il organise un dîner pour lancer ce légume qui n’a toujours pas bonne réputation. Aujourd’hui, le souvenir de Parmentier est présent à Neuilly. Saviez-vous que cette commune des Hauts-de-Seine a trois fleurs de pommes de terre dans ses armes ? Et saviez-vous que la pomme de terre fut, d’abord, appelée parmentière ? Mais cet usage n’a pas duré. Maintenant, on se contente de donner le nom de ce bienfaiteur de l’Humanité à un hachis de viande recouvert d’une épaisse couverture de purée, le hachis Parmentier.

Pour écouter https://www.europe1.fr/emissions/Au-coeur-de-l-histoire/le-saviez-vous-comment-louis-xvi-a-piege-les-francais-pour-quils-mangent-des-pommes-de-terre-3951489

_________________
J’ai mes vieilles idées, je veux mourir avec elles.
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine


Nombre de messages : 6894
Date d'inscription : 30/03/2014

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeMer 11 Mar - 10:47

Voici un point-de-vue remettant en question les idées sur la question.

Pourquoi la pomme de terre ne doit absolument rien à Antoine Parmentier ?

Alors qu'il est souvent considéré comme la figure emblématique liée aux origines de la pomme de terre, le pharmacien et agronome Antoine Parmentier (1735-1813) est loin d'avoir été le premier à vanter les qualités de cet aliment. Déconstruisons le mythe avec Pierre-Brice Lebrun, invité de "Grand Bien Vous Fasse".

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 640_ge11
:copyright: Getty / Robert Kneschke / EyeEm


S'il a bien prêté son nom au célèbre "hachis Parmentier", le rôle d'Antoine Parmentier dans l'histoire de la pomme de terre semble avoir été surestimé par une machine à fantasmes que la recette continue de nourrir et que l'écrivain Pierre-Brice Lebrun ne manque pas de remettre en question dans l'émission "Grand Bien Vous Fasse", animée par Ali Rebeihi.

Essayons d'y voir un peu plus clair en parcourant l'histoire de ce tubercule qui fait aujourd'hui le bonheur de nos assiettes et de notre gourmandise.


Parmentier, promoteur de lui-même plus que de la pomme de terre

  • Non, il n'est pas le premier promoteur de la pomme de terre


Effectivement, ils sont déjà nombreux avant lui à promouvoir la pomme de terre : c'est l'agronome Duhamel du Monceau dans son Traité de la culture des Terres qui conseille très timidement sa culture. Même si, bien sûr, son seul progrès pour l'heure est de ne constituer qu'un aliment palliatif en cas de famine.

Mais il y a aussi ceux qui commencent à proposer d'intégrer la pomme de terre à la farine de céréales pour confectionner… du pain (oui, à la pomme de terre). Même s'il faut l'avouer, ce ne fut pas tout de suite un grand succès gastronomique… Avant lui, il y a un certain Joachim Faiguet de Villeneuve, conseiller Trésorier de France, ou encore le chevalier Mustel de Rouen, un agronome normand qui essaie de vendre les qualités et les intérêts économiques qu'il y aurait à développer ce fameux pain.

C'est bien après, en 1771 qu'Antoine Parmentier rencontre la pomme de terre. À l'occasion d'un concours, il ne fait qu'améliorer si on peut dire la préparation du pain, légèrement plus levé et savoureux et finit par remporter ce fameux prix.

En 1773, Parmentier consacre son
Examen chimique des pommes de terre dans lequel il ne fait que rappeler en vérité l'idée selon laquelle le tubercule pourrait lutter contre d'éventuelles pénuries alimentaires. Il convainc ses observateurs, les premiers admirateurs de la pomme de terre dans le cadre de démonstrations publiques pour vanter ses travaux. En plus des élites, son plus grand fan et pas des moindres, ce sera le roi Louis XVI lui-même en 1786 le remerciant d'avoir trouvé "le pain des pauvres".

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre 640_0510
Gravure (1886) : Antoine Parmentier qui offre au roi Louis XVI des fleurs de pomme de terre dans la plaine des Sablons, 1786
© AFP / Bianchetti / Leemage


Un opportuniste qui s'est plus servi de la pomme de terre qu'autre chose
Pierre-Brice Lebrun affirme qu'il n'a rien fait, "au contraire… Il a limité le développement de la pomme de terre ! On en mangeait déjà à 50 km de chez lui deux générations avant lui, et bien avant que son grand-père vienne lui-même au monde.

Parmentier a voulu faire un pain à base de fécules de pomme de terre. Il n'y est jamais arrivé et il s'est occupé de son image. C'était sûrement un philanthrope honnête dans ses aspirations mais non seulement, il n'a pas réussi à faire ce fameux pain de pommes de terre, mais il a ouvert une école de boulangerie. Il a été important sous Louis XVI, sous la Révolution, sous le Directoire, sous le Consulat, puis sous l'Empire, il a survécu à cinq régimes, il bat des records et a toujours été où il fallait pour qu'on parle de lui. Il a peut-être fait en sorte de ne pas faire aboutir ses recherches de sorte à continuer à chercher".

Un agronome mythifié par la IIIe République
"C'était surtout un promoteur de lui-même, insiste Pierre-Brice Lebrun, parce qu'on a commencé à parler de Parmentier très sérieusement bien longtemps après : c'est les hussards noirs de la Troisième République, en 1870 qui veulent instruire les enfants avec des "saints laïcs". Il faut trouver des hommes importants qui connaissaient les puissants comme Louis Pasteur qui, toujours dans les images d'Epinal, se penche vers le pauvre berger".

  • Parmentier, lui, se penche vers les pauvres pour leur donner des pommes de terre.


C'est aussi l'époque où s'invente le fantasme de "Charlemagne qui invente l'école", une aberration historique absolue. Le régime cherche à trouver des saints laïcs pour promouvoir la bonne société".

Les origines de la pomme de terre remontent au XVIe siècle

  • Les deux frères Jean et Gaspard Bauhin, les deux premiers cultivateurs de la pomme de terre


Pierre-Brice Lebrun nous emporte au XVIe siècle aux côtés des deux frères Bauhin rappelant que ce sont "les premiers cultivateurs de la pomme de terre en France. Regardez Montbéliard, ce n'est pas pour rien si la pomme de terre et la saucisse vont si bien ensemble là-bas !

  • Les frères Bauhin sont les premiers à planter des pommes de terre en France, et à les cultiver.


Ils vont échanger avec des chercheurs belges et hollandais sur la manière de les cultiver. Leurs recherches sont toujours validées aujourd'hui et ils ont fait manger des pommes de terre autour de Montbéliard, c'est aussi pour ça que la ville était restée longtemps très prospère.

  • L'Eglise ne voulait pas qu'on mange de pommes de terre parce qu'elles ne suscitaient aucune perception d'impôts.


Elle proférait des bruits selon lesquels elle était porteuse de peste, elle était assimilée à de la nourriture pour cochons, un aliment rendu dégoûtant parce que leur valeur non imposable ne les arrangeaient pas du tout".

Ainsi, les Français exprimaient un vrai mépris à l'égard de la pomme de terre qu'ils servaient uniquement aux animaux pendant très longtemps. Ce n'est donc qu'au milieu du XVIIIe siècle que le tubercule commence timidement à être réhabilité et conseillé pour l’alimentation humaine.


Elle arrive en Europe grâce aux conquistadors d'Amérique
Ce sont les explorateurs espagnols qui, chargés en plus de leurs observations de terrains, reviennent du continent américain avec la pomme de terre. C'est en 1552 dans l'Histoire générale des Indes co-écrite par le chapelain Herman Cortès et Francisco Lopez de Gomara, que serait apparue la première mention des pommes de terres. Son usage était encore loin d'être alimentaire, jusqu'à ce qu'elle gagne les îles britanniques à la fin du XVIe siècle, en Irlande en particulier, cette région pauvre à l'époque où elle fut rapidement adoptée pour l'alimentation des hommes.

Pierre-Brice Lebrun explique qu'elle arrive "en Espagne avec les conquistadors, principalement les marins. Elle s'installe en Espagne, on commence à la cultiver, à l'étudier, à la considérer comme un médicament. Puis elle va passer par l'Italie, va remonter en évitant la France d'où ce mépris de l'Église catholique qui n'en veut pas. Elle continue à monter, jusqu'en Belgique, jusqu'aux Pays-Bas, et se diffuse, comme beaucoup de plats ou beaucoup d'ingrédients sont diffusés par l'intermédiaire des soldats et des marins qui, voguant de port en port, multiplient les échanges".


Aller plus loin
🎧 ÉCOUTER - Les plaisirs de la pomme de terre, Grand Bien Vous Fasse
📖 LIRE - Pierre-Brice Lebrun, Petit traité de la pomme de terre (Éditions Le Sureau)
📚 SOURCE BNF - Traité de la culture des Terres, par M. Duhamel Du Monceau, 1753-1761
📚 SOURCE BNF - Examen chimique des pommes de terre, par Antoine Parmentier, 1773

Voici le lien permettant d'écouter l'émission.
https://www.franceinter.fr/histoire/pourquoi-la-pomme-de-terre-ne-doit-absolument-rien-a-antoine-parmentier

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Petite Fourmi

Petite Fourmi


Nombre de messages : 121
Date d'inscription : 29/01/2019

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitimeLun 24 Avr - 9:44

Portrait de Parmentier en habit d’académicien et avec la Légion d’Honneur

L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Tzolzo14

peint en 1812 par François Dumont.

_________________
Pour moi, se spécialiser, c'est rétrécir d'autant son univers.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Empty
MessageSujet: Re: L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre   L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
L'entreprise d'Antoine Parmentier et la culture de la pomme de terre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Antoine Parmentier et les punaises de lit.
» Antoine Parmentier, Louis XVI et Marie Antoinette: l'entrevue en illustrations
» 24 août 1786: Marie-Antoinette est faite reine des patates par Antoine Parmentier
» L'âge de la Terre
» We Wear Culture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Contexte social et économique :: Les sciences-
Sauter vers: