Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

 

 La révolution française et l'anticatholicisme

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40563
Date d'inscription : 23/05/2007

La révolution française et l'anticatholicisme Empty
MessageSujet: La révolution française et l'anticatholicisme   La révolution française et l'anticatholicisme Icon_minitimeLun 29 Déc - 21:40

La révolution française et l'anticatholicisme

C'est un sujet qui m'intrigue beaucoup, pour la bonne raison que je ne parviens pas à comprendre... Shocked Comment une telle outrecuidance a pu germer dans les cerveaux des décideurs de la révolution, pour qu'ils en arrivent à détruire les valeurs fondatrices et ciment de la société française, telles que la religion, les fêtes catholiques, les saints, le calendrier et la marche du temps même...

Pour essayer de cerner ce processus, je propose de collecter les informations qui y auront trait.

Commençons par celle-ci:

Autre exemple de bouleversement, bien sûr, la Révolution française, farouchement anticatholique : la cathédrale Notre-Dame fut transformée en 1793 en temple de la Raison ; entre 1792 et 1806, le calendrier grégorien de sept jours fut remplacé par le calendrier révolutionnaire naturaliste de dix jours.

Dans son livre La Révolution mondiale, Nesta Webster explique cette volonté d’éradiquer tout rapport de la France avec son passé catholique :

Pâques, Noël, la Toussaint, les fêtes de la Vierge, celle du Roi, de Saint-Martin, des cinquante mille saints patrons des paroisses et des prieurés… toutes ces fêtes et leur lendemain ont été supprimés ; en renvoyant les saints de leurs niches et tous les prêtres de leurs confessionnaux, il ne nous reste plus que trente-six dimanches […]. La Révolution a consacré au travail au moins cent vingt jours que le pape et son fils aîné [titre donné au roi de France] laissaient à la France paresseuse. Cette paresse nationale était une taxe sur la misère, une taxe qui diminuait les revenus de l’État et accroissait les dépenses de charité, de l’assistance et des hospices. La permission de travailler est une charité qui ne coûte rien au Trésor public, mais qui lui rapportera des fonds considérables. a écrit:

http://www.bvoltaire.fr/floriantoumit/fin-et-debut-dannee-temps-de-bouleversements-majeurs,148033

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

La révolution française et l'anticatholicisme Empty
MessageSujet: Re: La révolution française et l'anticatholicisme   La révolution française et l'anticatholicisme Icon_minitimeLun 5 Jan - 10:04

Je pense aussi que les révolutionnaires ont été grisés par le pouvoir alors acquis, de manière démocratique donc légitime à leurs yeux. Et de fait ils ont eu l'impression de créer un nouveau monde, un nouveau modèle, une nouvelle société, à leur image, ce qui est grisant. Tout ce qui était du passé était pour eux à rénover, comme pour oublier et reconstruire sur des bases saines Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
madame antoine

madame antoine


Nombre de messages : 6891
Date d'inscription : 30/03/2014

La révolution française et l'anticatholicisme Empty
MessageSujet: Re: La révolution française et l'anticatholicisme   La révolution française et l'anticatholicisme Icon_minitimeLun 19 Jan - 8:28

Chère Pimprenelle, vous trouverez ici un article qui répondra peut-être en partie à vos questions. Cet article retrace en effet le processus selon lequel les élites de la Révolution ont affranchi le peuple des croyances. Cependant, son auteur constate qu'à l'époque les Français étaient portés par le souffle de la Fraternité, qui fait défaut actuellement. Face à la transcendance des religions, nos sociétés laïques proposent la raison et le doute. Or, les hommes ont besoin de croire et de se raccrocher. C'est un bien triste constat.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1306734-charlie-hebdo-la-republique-ne-fait-plus-rever-la-france-a-besoin-de-foi.html

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

La révolution française et l'anticatholicisme Empty
MessageSujet: Re: La révolution française et l'anticatholicisme   La révolution française et l'anticatholicisme Icon_minitimeLun 19 Jan - 9:47

Je suis d'accord avec vous madame antoine. Very Happy
La croyance permet de plus d'apporter des réponses à des questions auxquelles la science ne répond pas. Wink

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
Thainville

Thainville


Nombre de messages : 34
Age : 76
Localisation : Gard
Date d'inscription : 16/09/2015

La révolution française et l'anticatholicisme Empty
MessageSujet: La déchristianisation, provocation contre-révolutionnaire   La révolution française et l'anticatholicisme Icon_minitimeLun 25 Jan - 23:10

C'est en tout cas ce que pensait Robespierre.
Bien entendu il y avait l'héritage des "lumières" , mais, si certains grands seigneurs, voire même des ecclésiastiques de haut rang, une armée de prêtres défroqués ( comme Sieyès, Fouché ou Rabaud Saint-Etienne... ), grands et petits bourgeois, tous fréquentant les Loges parce que c'était la mode, se posaient en libre-penseurs, la France rurale, toutes catégories confondues était profondément croyante et attachée à ses curés.
La déclaration des droits de l'homme et du citoyen, les constitutions de 91 et de l'an I (1793) étaient placées sous les auspices de l'Etre Suprême . ( il est vrai que dans le dernier cas Robespierre avait dû se battre contre les girondins pour que cette mention soit conservée )
Aussi l'explosion antireligieuse de l'automne 93, lancée à Paris par Hébert et Chaumette, puis diffusée dans toute la France par les représentants en mission, tels Fouché dans la Nièvre qui fait inscrire à l'entrée des cimetières : "la mort est un sommeil éternel", ne lui parut-elle pas aussi spontanée qu'on voulait la faire paraître. Il y vit, à juste titre la main de l'Angleterre --  "de Pitt" comme l'on disait alors ; une provocation visant à discréditer la République et les comités auprès du peuple des campagnes. Sans parler du fait que l’athéisme radical heurtait ses convictions personnelles : éloignés du catholicisme qu'il avait pu juger pendant ses longues années de collège, il avait fait sienne la religion naturelle de Jean Jacques Rousseau.
Dès le 21 novembre aux Jacobins, il  oppose l'athéisme qui est « aristocratique » à l'idée « d'un grand Être qui veille sur l'innocence opprimée  et qui est « toute populaire ». Le 28, il déclare au club : « Nous déjouerons dans leurs marches contre-révolutionnaires ces hommes qui n'ont eu d'autre mérite que celui de se parer d'un zèle anti-religieux... Oui, tous ces hommes faux sont criminels, et nous les punirons malgré leur apparent patriotisme. »
Ce fut le signal de l'élimination des factions d'abord les exagérés ou hébertistes, puis les indulgents, confondus, sommairement mais non sans raison, dans un "complot de l'étranger" dont on sait qu'il n'était pas une chimère.
Le jour même de  l’exécution  de Danton, Barère, annonçait à la Convention :"le Comité de Salut Public s'occupe d'un vaste plan de régénération dont le résultat doit être de bannir à la fois de la République l'immoralité et les préjugés, la superstition et l'athéisme".
En clair, si l'athéisme est aristocratique, la religion est synonyme d’oppression du peuple. La solution c'est le culte de l'Etre Suprème, annoncé comme la bonne nouvelle, par Robespierre, le 18 floréal, à la tribune de la Convention.
On connait la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

La révolution française et l'anticatholicisme Empty
MessageSujet: Re: La révolution française et l'anticatholicisme   La révolution française et l'anticatholicisme Icon_minitimeMar 26 Jan - 12:41

Oui sur ce sujet de l'Etre Suprème les révolutionnaire se sont franchement perdus, dans leur souhait de ton refonder y compris la théologie. Le temps passé à ne serait-ce que nommer cet "Etre Suprème" relève de la pure communication politique comme nous y avons droit de nos jours. Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
cril17

cril17


Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 15/11/2014

La révolution française et l'anticatholicisme Empty
MessageSujet: Re: La révolution française et l'anticatholicisme   La révolution française et l'anticatholicisme Icon_minitimeMar 26 Jan - 13:03

S'il est permis de faire une seule suggestion de lecture à l'attention des plus jeunes lecteurs qui découvrent ou découvriront le débat ouvert  sur la Révolution, dans plusieurs tribunes de ce forum, voir la superbe et incontournable analyse faite par le sociologue et mathématicien Vilfredo Pareto Traité de sociologie générale (1917), accessible ICI
Revenir en haut Aller en bas
http://cril17.eu/
Contenu sponsorisé





La révolution française et l'anticatholicisme Empty
MessageSujet: Re: La révolution française et l'anticatholicisme   La révolution française et l'anticatholicisme Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La révolution française et l'anticatholicisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Annie Lacroix-Riz : Révolution d’octobre et Révolution française – mythes et réalité historique
» La Révolution française de 1789, une révolution confisquée (livre de Florence Gauthier)
» La République de James Harrington (1611-1677) de la Première Révolution anglaise à la Révolution française
» La Révolution Française, une révolution bourgeoise ?
» "La Révolution française", par Alistair Horne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Contexte social et économique :: La Révolution-
Sauter vers: