Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Marie-Antoinette dans la politique actuelle

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34  Suivant
AuteurMessage
Sulpice

avatar

Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 27/07/2018

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Lun 3 Déc - 18:47

Vous ne croyez pas si bien dire, mon cher Pepe !

Un petit slogan entendu lors des dernières manifestations ?

"Marie-Antoinette à la Bastille"

Et son explication ?
  • À l'évidence, sont désignés les affameurs du peuple vivant si loin des réalités concrètes des Français (frigo vides, budget d'essence, désespoir, sentiment d'injustice et conscience de ne compter pour rien dans l'esprit de ceux qui ont pour tâche de représenter le peuple et ses intérêts...) qu'ils ne comprennent rien à ce qu'il se passe.

https://blogs.mediapart.fr/

_________________
I'll have to go to Las Vegas or Monaco
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pepe12547

avatar

Nombre de messages : 1614
Localisation : La monarchie des Habsbourg
Date d'inscription : 01/03/2018

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Lun 3 Déc - 20:12

Sulpice a écrit:
Vous ne croyez pas si bien dire, mon cher Pepe !

Un petit slogan entendu lors des dernières manifestations ?

"Marie-Antoinette à la Bastille"

Et son explication ?

  • À l'évidence, sont désignés les affameurs du peuple vivant si loin des réalités concrètes des Français (frigo vides, budget d'essence, désespoir, sentiment d'injustice et conscience de ne compter pour rien dans l'esprit de ceux qui ont pour tâche de représenter le peuple et ses intérêts...) qu'ils ne comprennent rien à ce qu'il se passe.

https://blogs.mediapart.fr/
Merci pour votre explication. OK, je comprends que les gens ordinaires ont des problèmes. Je pense que la situation en France est similaire à celle de 1789. Je leur fais confiance pour apporter des améliorations. Dans notre pays, les nouvelles de ce qui se passe en France sont faussées. Mais au moment de l'Internet, j'ai lu Le Figaro et j'ai donc quelques informations.
Mais qu'en est-il de Marie Antoinette et Emmanuel Macron? Marie Antoinette n'a jamais dit la phrase brioche. Pourquoi Marie-Antoinette est-elle toujours victime de calomnie?
Bien sûr, je suis du côté du gilet jaune.
Je sais que les manifestants ont également utilisé des éléments criminels pour détruire des biens.
J'ai vu le feu brûlant dans le jardin des Tuileries. Il y a deux mois, j'étais dans ce magnifique parc.
La France a toujours été le berceau de toutes les révolutions. Je crois que tu vas gagner
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soho23

avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 01/12/2018

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 4 Déc - 9:45

Dans ce contexte explosif, les comparaisons (hasardeuses) pleuvent Rolling Eyes

«Emmanuel Macron, c’est Louis XVI au moment des Etats généraux»

Il y en a même qui voient dans l'épisode de l'arrachage de la grille des Tuilerie un symbole lourd de sens. Je cite :

Il y a 226 ans, le 10 août 1792, ce sont devant ces mêmes grilles que se massent des sans-culottes. Depuis l’affaire de Varennes, c’est au Palais des Tuileries, derrière ces grilles, que sont assignés à résidence Louis XVI et sa famille. Au terme d’une journée d’affrontements sanglants entre les Gardes suisses chargés de la protection de la famille royale, et les insurgés, ces derniers s’emparent du palais des Tuileries. Louis XVI et sa famille, eux, sont emprisonnés au donjon du Temple. La monarchie française s’effondre.
Émilie SUEUR
https://www.lorientlejour.com/

_________________
London bridge is falling down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
globule
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 869
Date d'inscription : 04/10/2017

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 4 Déc - 9:57

soho23 a écrit:
Dans ce contexte explosif, les comparaisons (hasardeuses) pleuvent Rolling Eyes

Hasardeuses ? Pas sûr

  • La hausse des prix du carburant, ça annonce la hausse des prix de tout et partout. Les PME, premières recruteuses de France, vont à la pompe comme tout le monde : ce ne sont ni des compagnies aériennes ni des compagnies maritimes aux carburants pas ou peu taxés. L'année prochaine, le coût de la vie sera plus monstrueux que jamais, or c'est ce coût de la vie qui soulève généralement, puisque ce sont toujours les masses de petites et moyennes gens qui casquent. Or à ce casque, il lui pousse des cornes.

    Bientôt, ce sera un bélier à ce train non-démocratique-là, dont Emmanuel Macron n'est que le représentant commercial et le négociateur. C'est son job que d'en-même-temporiser afin d'engraisser "qui de droit" qui le missionne, j'ai nommé l'opulence où elle est comme elle est. Devant cela les appels à la modération participent de son job.

    Dimanche dernier, j'ai acheté deux croissants pas même au beurre, 1.70€, et la baguette dépasse de plus en plus souvent l'euro. Qu'ils continuent ainsi, toutes ces Marie-Antoinette ploutotechnocratiques. C'est un mode de vie, que défendent les Gilets Jaunes, qui certes devra bouger, mais pourquoi fallait-il qu'on le fasse bouger aussi véreusement ?

    Aussi bien, on pourrait interdire l'obsolescence programmée, pour commencer - on ne le fait pas. Aussi bien, on pourrait instaurer le référendum d'initiative populaire - on ne le fait pas. Etc. Autant de mesures décroissantes et démocratiques - qu'on ne fait pas.

    On nous les brise en nous prenant pour des billes bourrées de préjugés, "en vertu" d'autres préjugés encore, qui se prennent pour le Bien et la Justice-même fallacieusement. Ca n'a que le pouvoir et ça se prend pour un absolu ! ...


Bien tapée en plus, l'illustration choisie pour ce coup de gueule

https://www.agoravox.fr/

_________________
- Je ne vous jette pas la pierre, Pierre -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soho23

avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 01/12/2018

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 4 Déc - 10:06

D'accord les médias jouent beaucoup sur la corde de la comparaison avec la Révolution. J'en cite quelques uns :

Gilets jaunes : à Paris, « ça sent la révolution »
https://www.lepoint.fr/

LES GILETS JAUNES OU LES PRÉMICES D’UNE RÉVOLUTION
https://lincorrect.org/

Les « gilets jaunes », des révolutionnaires sans révolution ?
https://www.lemonde.fr/

J'arrête là. On aura compris le mécanisme. Les médias qui aiment le sensationnalisme prédisent une nouvelle révolution. Seul Boulevard Voltaire (http://www.bvoltaire.fr/) souligne la récupération.[/quote]

_________________
London bridge is falling down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
globule
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 869
Date d'inscription : 04/10/2017

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 4 Déc - 10:15

soho23 a écrit:
J'arrête là. On aura compris le mécanisme. Les médias qui aiment le sensationnalisme prédisent une nouvelle révolution. Seul Boulevard Voltaire (http://www.bvoltaire.fr/) souligne la récupération.

Ce sont deux phénomènes différents. L'extrême gauche récupère (c'est de bonne guerre ). Et les médias titrent gros pour faire du clic.
N'empêche que la situation est grave.

  • La manifestation des gilets jaunes samedi à Paris a tourné à la « révolution ». Des scènes de violence sans pareil et des casses ont été enregistrées à plusieurs endroits dont le plus relayé est celui de l’Arc de triomphe, un symbole de la république française. Sur le plateau de la chaîne BFMTV, le ministre de l’intérieur n’en revenait pas.

    C’était une sorte de seconde révolution française ! Les symboles de la république ont été pris pour cible par les manifestants « Gilets jaunes ». Ce qui était prévu pour être un mouvement d’humeur pacifique, a tourné à l’affrontement entre forces de l’ordre et casseurs. L’Arc de triomphe, en plein cœur de Paris, a été saccagé et l’intérieur complétement amoché. Des œuvres d’arts et du matériel technique entièrement détruit par les manifestants.

    Une situation de violence extrême que le ministre de l’intérieur Christophe Castaner n’a pas comprise. Pour lui, ceux qui ont mené ces casses et saccagé les symboles de la république « n’ont pas d’honneur ». Le ministre est consterné et en colère de voir ces « attaques » alors que le gouvernement a misé sur la bonne foi des manifestants en leur ouvrant « tous les lieux symboliques », à condition que les sacs soient fouillés et qu’il n’y ait aucune arme sur ces lieux. « Tous les ministres de l’intérieur avant moi ont refusé les Champs Elysées, mais nous avons voulu faire un geste de dialogue » en laissant les Gilets Jaunes manifester sur le Champs, a déclaré Castaner consterné. Il indique aussi que plusieurs manifestants qui n’ont pas pu manifester sur les Champs Elysées, étaient venus avec « leurs matériels de guerre ».

https://beninwebtv.com/

Vous voulez mon avis perso ? Pas sûr qu'il passionnera les foules, mais je vais le donner quand même.
La colère des gilets jaunes est justifiée car ils doivent survivre avec genre 600 € par mois quand le gouvernement n'arrête pas d'augmenter les taxes. Le peuple est en colère et il a des raisons. Il vient le montrer dans les rues.
Maintenant, est-ce le même peuple qui détruit le matériel et les oeuvres d'art ?
Franchement je ne crois pas. Ces manifestations sont infiltrées par des groupes de casseurs. Qui viennent d'où ? C'est là qu'est l'os.



_________________
- Je ne vous jette pas la pierre, Pierre -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soho23

avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 01/12/2018

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 4 Déc - 10:19

Bonjour la théorie du complot ! Rolling Eyes

_________________
London bridge is falling down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chakton

avatar

Nombre de messages : 716
Date d'inscription : 22/10/2017

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 4 Déc - 10:27

Clair, ça craint.

Ambiance pré-révolutionnaire au pays des Lumières. La place Charles de Gaulle-Étoile est le théâtre d'affrontements que nous avons rarement vus en France.

Ce n'est pas une manifestation, ni une marche pacifiste mais un soulèvement populaire contre le mépris, l'injustice, la loi du plus riche, l'asservissement de tout un peuple pour maintenir le niveau de vie flamboyant d'une plongée d'oligarques qui voient ce quinquennat comme une fête totale. Les gilets jaunes font furieusement penser aux sans-culottes qui n'ont pas hésité à braver la loi pour revendiquer leur dignité.

L'histoire de France s'est écrite avec de la douleur, du sang et des sacrifices et les à-coups sociaux d'aujourd'hui s'inscrivent dans cette mue d'une société qui ne veut plus de ce mode de gouvernance. Un mode de gouvernance vertical qui bafoue les précaires et les travailleurs pauvres se comptant par millions. L'évasion fiscale tolérée par l'exécutif rappelle également l'Ancien Régime qui dilapideait des privilèges à perte et profits pour une noblesse qui vivait aux crochets du Tiers-Etat, ces "classes laborieuses" selon les termes d'Emmanuel Macron. Bref tous les ingrédients sont réunis pour qu'une révolution soit enfin conduite par des forces vives populaires.

L'ISF sera le péché originel d'Emmanuel Macron et ce quinquennat une torture pour tous les oubliés de la république. Les images qui défilent sont celles d'un peuple en résistance contre un régime n'ayant plus aucun dénominateur commun avec la démocratie. Les gilets jaunes sont les dignes héritiers des martyres de la Révolution Française et la décence commande de respecter ces volontaires pour la promotion de la justice sociale et de la liberté. Vive les gilets jaunes!
https://blogs.mediapart.fr/



_________________
X est la force deux fois pure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soho23

avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 01/12/2018

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 4 Déc - 10:33

Oui, il faut bien l'avouer, la fracture devient abyssale. Sad

_________________
London bridge is falling down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
globule
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 869
Date d'inscription : 04/10/2017

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 4 Déc - 10:36

soho23 a écrit:
Oui, il faut bien l'avouer, la fracture devient abyssale. Sad

Elle l'a toujours été.
Les riches, c'est le monde joyeux de la lumière, les pauvres, c'est les sans culottes, les sans dents, les damnés de la terre, les oubliés.



_________________
- Je ne vous jette pas la pierre, Pierre -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soho23

avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 01/12/2018

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 4 Déc - 10:37

Mais leur révolte risque de faire autant d'injustices qu'en 1789. Sad
Marie-Antoinette, qui adoptait des enfants, n'avait pas mérité ses souffrances.

_________________
London bridge is falling down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pepe12547

avatar

Nombre de messages : 1614
Localisation : La monarchie des Habsbourg
Date d'inscription : 01/03/2018

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 4 Déc - 19:56

soho23 a écrit:
Mais leur révolte risque de faire autant d'injustices qu'en 1789. Sad
Marie-Antoinette, qui adoptait des enfants, n'avait pas mérité ses souffrances.
Oui.

Je suis sur le gilet jaune. Je n'aime pas l'image de E. Macron comme Marie Antoinette. Marie Antoinette était la représentante de l'ancien régime. Pour les révolutionnaires, Marie-Antoinette est devenue la coupable universelle de tous les maux. Et cela tient encore aujourd'hui. Aucun changement pour 225 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 6081
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Jeu 6 Déc - 9:08

Bonjour à tous les Amis du Boudoir de Marie-Antoinette,

Toutes ces comparaisons faites à chaud sont effectivement discutables, c'est pourquoi je propose à votre sagacité une analyse de la situation.

"Gilets jaunes" : peut-on faire le parallèle avec 1789 ?

Face au mouvement des "gilets jaunes", les observateurs s’interrogent. S’agit-il d’un mouvement inédit ? Ou bien peut-on dresser des parallèles avec d’autres mouvements sociaux du passé ? Poujadisme ? Jacquerie ? 1968 ? 1789 ?



Il y a indéniablement quelque chose d’inédit qui tient aux modalités de mobilisation et de diffusion du mouvement des "gilets jaunes". On pense évidemment à la puissance des réseaux sociaux et en particulier de Facebook. Pour autant, ce mouvement regarde aussi vers le passé. Mais quel passé?

Jacqueries et poujadisme ?
Alors bien sûr dans l’histoire de France il y a eu des mouvements de colère contre les impôts.

Sans remonter aux jacqueries du Moyen-Âge et de l’époque moderne, on peut évoquer plus près de nous le poujadisme du début des années 1950. Hier comme aujourd'hui, un refus de la pression fiscale et un mouvement qui s'est étendu sur l'ensemble du territoire national.

Mais il y a une très grande différence avec ce qui se joue aujourd’hui : le fait que le mouvement mené par Pierre Poujade mobilisait les petits commerçants et les artisans, et non les salariés qui eux, profitaient de la croissance des Trente Glorieuses, et payaient l’impôt sans rechigner.

Les barricades de mai 68 ?
Quand on voit les violences dans les grandes villes, les barricades, on pense ensuite immédiatement à mai 1968.

Le parallèle avec les "gilets jaunes" est tentant quand on entend par exemple ce reportage en direct du Quartier Latin, le 11 mai 1968 sur France Inter : "Je me trouve toujours rue de l'Estrapade, c'est un combat sauvage, je vous affirme que le mot n'est pas trop fort. Les étudiants sont derrière les dernières barricades. Ils ont mis le feu à des voitures et de temps en temps on entend l'explosion d'un moteur d'essence. C'est un jet continu de grenades lacrymogènes, les pavés volent..."

Une violence apparemment incontrôlable, un gouvernement qui ne sait comment répondre, une colère qui prend différentes formes et hors des cadres habituels, voilà qui n’est pas sans rappeler ce qui se joue. Mais, il y a un "mais", il y en a même trois :

- un temps à la traîne, les syndicats reprennent la main sur le mouvement, on imagine mal cela avec les "gilets jaunes" qui n’en veulent pas.

- un mouvement puissant, dans une société certes plus inégalitaire qu’aujourd’hui mais dans laquelle l’ascenseur social fonctionne nettement plus qu’aujourd’hui. Bref, une société dans laquelle les classes moyennes regardent vers le haut avec espoir et non vers le bas avec angoisse.

- enfin, et c’est lié, la dissolution finalement décidée par le général de Gaulle aboutira à un triomphe des gaullistes. Emmanuel Macron ne semble pas vouloir dissoudre, et au cas où il le ferait, les élections générales seraient à haut risque pour lui…    

La Révolution française?
Évidemment nous vivons en démocratie, et il ne s’agit pas de changer de régime ! Mais la Révolution française, c’est LA grande référence des "gilets jaunes".

Une référence à la fois explicite et implicite.
Explicite d’abord quand les "gilets jaunes" rédigent et envoient aux médias leurs “cahiers de doléance” ou encore quand ils réclament l’élection d’une Assemblée constituante chargée donc, c’est la définition, de rédiger une nouvelle Constitution. Pour un peu on se croirait à Versailles en juin 1789…Mais on pourrait citer aussi les politiques notamment de La France insoumise qui ne cessent de se référer à 1789 comme Jean-Luc Mélenchon  qui remarquait, la semaine dernière, en 2018 comme en 1789 la présence de nombreuses femmes dans le mouvement. Et je passe sur les références à la brioche (inexistante) de Marie-Antoinette...

Mais il y a aussi une référence plus implicite mais peut-être encore plus forte à la Révolution française. Lors de la Révolution, l’un des débats les plus passionnants a été la question de la représentation du peuple souverain. Et en particulier au printemps 1793 lors de l’élaboration de la fameuse Constitution de l’an I. Lors des débats Robespierre insista sur ce qu’il appelait “le despotisme représentatif”, c’est-à-dire des députés déconnectés du peuple et qui n’en feraient qu’à leur guise.

A part quelques farfelus hier comme aujourd’hui, personne n'imagine sérieusement revenir à la démocratie directe de l’antique Athènes. Non, Robespierre proposa alors des choses qu’on retrouve dans les revendications des "gilets jaunes" : contrôle permanent de l’action des élus, mandats limités dans le temps, référendums réguliers, assemblées populaires, bref, tout ce qui pouvait permettre au peuple de contrôler et d’aiguiller en permanence les élus. De faire vivre effectivement la souveraineté populaire.

Cette Constitution de l’an I ne verra jamais le jour, laissant la place à la Terreur. Mais les questions qu’elle avait soulevées restent d’une grande vitalité, plus de deux siècles plus tard.


Voici également le lien permettant d'écouter l'émission.


https://www.francetvinfo.fr/

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grandier A

avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 16/04/2014

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Jeu 6 Déc - 11:56

Marie-Antoinette se met au vert !

  • Les petits marquis de l'écologie se font entendre aux côtés de Macron et de l'Europe industrialo/libérale.

    Eux pour qui la question sociale n'est qu'un détail de l'Histoire manifestement et le bas peuple une bande de lemmings courant à la catastrophe finale, eux regrettent bien sûr que l'énergie servant au transport aérien, nautique, routier industriel et touristique ne soit pas taxée. Ils en sont très triste.

    Par contre ils parlent de catastrophe aujourd'hui quand les salariés, les chômeurs, les retraités demandent une abolition des taxes sur l'énergie qu'elle serve à leur transport, à leur chauffage, comme à leurs besoins domestiques.

    Alors qu'ils devraient, s'ils ne restaient confits en crétinisme libéral, exiger eux aussi ces retraits de taxes, et mettre toute leur voix à exiger de faire payer les industries du transports, autant qu'elles sont ; à exiger du gouvernement qu'il finance par une sorte de plan Marschal (souvenons nous de ce qui vient d'être dépensé pour sauver le système bancaire) la conversion écologique des moyens de transports individuels, et collectifs : citadins, ruraux.

    Car aujourd'hui comme disait un gilet jaune "on me propose cent euros pour m'aider à changer de fenêtre quand je ne les ai même pas pour remplir mon frigo au quinze du mois".

    Nos écolos et leur bouffon de Dany, ne nous enjoignent pas comme Marie-Antoinette de manger de la brioche quand il n'y a plus de pain, mais du bio parce que la malbouffe est énergivore.
    https://blogs.mediapart.fr/jacques-fortin/blog/041218/le-cretinisme-ecologiste



_________________
What else ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Collector

avatar

Nombre de messages : 571
Date d'inscription : 21/11/2014

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Ven 7 Déc - 10:41

Rhhhoooo, moi tout ça me saoule. Rolling Eyes

_________________
Less Is More
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gedekrogrodwa

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 24/08/2018

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Ven 7 Déc - 11:14

Que l'on considère les comparaisons pertinentes ou pas, elles n'arrêtent pas.

  • Le carburant de la révolte

    Macron porte atteinte, en permanence, à la dignité des citoyens français en difficulté.
    Son mépris affiché pour cette population qui « fume des clopes et roule en diesel », dixit Benjamin Griveaux (porte-parole de son gouvernement), est symbolisé par sa déclaration de fin juin 2017, alors qu’il était en visite dans un incubateur de start-up (la station F), bâti dans une ancienne gare : « Une gare, c’est un lieu où on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien. »

    Ne cherchez pas ailleurs le carburant de la révolte des gilets jaunes. Aucun président de la République française n’a osé, un jour, parler de cette manière au peuple de France. Et si la comparaison de cette crise profonde que traverse aujourd’hui la société française avec celle de 1789 n’est pas dénuée de fondement – « Emmanuel Macron, c’est Louis XVI au moment des états généraux, qui reçoit les cahiers de doléances mais qui n’y comprend rien », analyse Stéphane Sirot, historien et spécialiste des syndicats et des mouvements sociaux (Le Parisien du 2 décembre -, une différence notable existe entre les deux hommes qui incarnent le pouvoir dans ces deux époques. Au départ, Louis XVI n’est pas la cible du peuple, alors que Macron suscite, lui, un rejet total dès le début. Il faut dire que l’hôte de l’Élysée fait tout le nécessaire pour cela, et sa gestion de la crise, fondée sur le pourrissement du mouvement des gilets jaunes, met notre République en danger.

    Plus la crise durera, plus la proportion de gilets jaunes radicaux sera forte et la récupération du mouvement par la gauche extrême, hostile à nos institutions de la Ve République, prendra corps.

    Si Macron n’éprouve que peu de sentiments pour le peuple de France, les gilets jaunes le lui rendent bien. Ils n’en sont plus au stade du sentiment, en ce qui concerne leur perception d’une nature méprisante du chef de l’État pour les gens modestes.

    Alors que les Champs-Élysées et ses alentours ne sont plus qu’un champ de ruines, le président de la République ne trouve rien d’autre que de se transformer en expert d’assurance qui vient sur les lieux du sinistre estimer les dégâts. Et alors qu’il est urgent de retisser un lien avec les Français en difficulté et d’étudier leurs revendications, ce monarque des temps modernes préfère camper sur une ligne de maintien de l’ordre pour mieux anéantir toute velléité de durcissement des gilets jaunes.

    Ces derniers, face à ce mépris et à cette fin de non-recevoir, ont-ils un autre choix que de « taper plus fort » ?

    Comme leurs ancêtres de 1789, leurs demandes principales sont justes et légitimes.
    Ne pas être accablé d’impôts et de taxes pour pouvoir se loger, se chauffer, se nourrir correctement, se déplacer pour assurer le quotidien et, notamment, aller vers leur lieu de travail ne ressemble pas à un caprice d’enfant.

    Un référendum sur la politique à suivre en matière énergétique pourrait trancher le désaccord profond entre une majorité des Français et le gouvernement. Si le résultat de cette consultation n’allait pas dans le sens du projet gouvernemental, et si Macron persistait à ne pas entendre le cri de son peuple, alors la dissolution de l’Assemblée nationale deviendrait inévitable pour nous sauver du chaos.

    http://www.bvoltaire.fr/


Dur de garder du recul en tout cas.

_________________
emêrpus noitacitsihpos al tse éticilpmis al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sulpice

avatar

Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 27/07/2018

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Ven 7 Déc - 12:44

Oui, c'est la révolution, selon ce tennisman

Stefanos Tsitsipas a écrit:
La révolution française est plus proche que vous ne le pensez. Je l'ai vu de mes propres yeux cet après-midi, j'ai vu la frustration et la colère dans les yeux des gens

Et c'est pas n'importe qui, il est 15eme mondial.

_________________
I'll have to go to Las Vegas or Monaco
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
de La Reinta

avatar

Nombre de messages : 1044
Date d'inscription : 15/03/2016

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Ven 7 Déc - 19:46

Si même Vanity Fair s'y met !!!!

Brigitte Macron, nouvelle Marie-Antoinette

Spoiler:
 

_________________
Je dois avouer ma dissipation et paresse pour les choses sérieuses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grandier A

avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 16/04/2014

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Dim 9 Déc - 10:06

gedekrogrodwa a écrit:
Que l'on considère les comparaisons pertinentes ou pas, elles n'arrêtent pas.

Ils tapent tous sur le même clou !

Macron as Marie – Antoinette
http://www.defenddemocracy.press/

_________________
What else ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
globule
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 869
Date d'inscription : 04/10/2017

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Dim 9 Déc - 10:18

Grandier A a écrit:
gedekrogrodwa a écrit:
Que l'on considère les comparaisons pertinentes ou pas, elles n'arrêtent pas.

Ils tapent tous sur le même clou !

Macron as Marie – Antoinette
http://www.defenddemocracy.press/

C'est pourquoi rien ne vaut les articles de fond.

  • Gilets jaunes : l’insurrection contre l’ubérisation sociale


Trouvant ses racines dans les années 80 et peut-être dès le XIXe siècle, «l'ubérisation» mobilise celles et ceux qui subissent le plus la disparition de l'Etat-providence.


Photo Stéphane Lagoutte. Myop pour Libération

Tribune. Le mouvement des gilets jaunes marque la première révolte contre l’ubérisation de la société. Ses formes ne sont pas inconnues, elles renvoient aux origines mêmes de notre république sociale. L’«ubérisation» radicalise le modèle libéral et productiviste qui s’est imposé dans le monde au début des années 80, avant d’entrer en crise en 2008. La raison dictait alors, comme dans les années 30, un renforcement de la protection sociale et un retour aux politiques de soutien de la demande, mais orientées massivement vers la transition écologique.

C’est le contraire qui s’est produit. L’Etat-providence a poursuivi sa régression. Les crises écologiques ? On y pense et puis on oublie. Le rapport salarial fut «flexibilisé», au-delà de la sous-traitance, jusqu’au retour aux formes primitives du XIXe siècle (les canuts…), où la subordination du travail au capital prend la forme de l’autoentrepreneur dominé par le capital commercial (désormais via Internet) : l’ubérisation au sens propre.

Plus largement, il y a ubérisation sociale quand le travailleur (ou plutôt son ménage et, concrètement, les femmes) prend sur lui une part croissante de la reproduction de sa force de travail, lorsque recule la part socialisée par deux siècles de luttes (l’Etat-providence, les services publics), lorsque le coût du transport, l’auto-adaptation aux services informatiques, le soin des malades et des aînés sont pris en charge par le ménage, lorsque, avec la CSG et la désindexation, est rompu le contrat intergénérationnel qui fondait la retraite par répartition depuis trois quarts de siècle. C’est de là, de la chute des classes populaires, qui semble aussi irréversible et désespérante que l’écoulement d’un sablier, qu’il faut partir pour comprendre les caractères pas si nouveaux du mouvement des gilets jaunes.

Régionalisation et féminisation
Si les gilets jaunes sont des provinciaux et des suburbains venant le samedi saccager les beaux quartiers, ce n’est pas qu’ils soient plus «fermés» aux vents novateurs de la mondialisation, mais tout simplement que le retrait de l’Etat-providence y est plus éclatant que dans les villes, les condamnant à prendre la voiture pour trouver, au-delà des sous-préfectures dévitalisées, les services publics et les emplois. Mitage de la campagne périurbaine par des lotissements et invention d’un carburant à bon marché (le diesel) furent autrefois le prix de l’intégration des classes populaires à la société de consommation. Le libéralisme mondialisé a déchaîné la mégapolisation et rendu ce compromis trop coûteux pour le capital. Or moins de services publics, ou une plus grande concentration dans les métropoles, et de plus en plus informatisés, et c’est l’exclusion assurée pour celles et ceux qui se trouvent du mauvais côté de la métropolisation et de la fracture numérique.

Et si, aujourd’hui, on trouve aux carrefours, infirmières à domicile, aides ménagères, assistantes sociales, employées du tertiaire urbain, jurant toutes qu’elles sont pour l’écologie, c’est que les femmes sont aux premières loges de l’ubérisation sociale. S’y ajoute une toute nouvelle catégorie : les retraitées (bien plus nombreuses et vaillantes que les retraités), qui se sentent trahies par l’abandon de la «parité actifs-retraités» pour laquelle elles ont cotisé toute leur vie, et qui accèdent aux délices d’un Mai 68 qu’elles ont vécu ou raté dans leur adolescence.

De tels mouvements se retrouvent dans le monde entier. La spécificité française, c’est la rage, qui porte un nom : Macron. Elu comme un Necker, il se révéla Marie-Antoinette. Il imaginait la France comme un pays d’Ancien Régime, amoureux du «vertical». Mais la «déverticalisation» de la France, fruit de l’instruction et d’Internet, est elle-même marquée par l’ubérisation.

Songeons aux insurrections du XIXe siècle : révoltes des «ubérisés primitifs», un prolétariat encore dispersé et privé de droits sociaux. Mais, en 1848, le mouvement ouvrier avait son avenir devant soi, les émeutes étaient préparées par les clubs socialistes et les syndicats naissants. Les «contenus» étaient aussi confus, les «représentants» des premiers jours aussi rapidement délégitimés à l’âge des gazettes qu’à l’âge de Facebook, mais il existait un tronc commun d’idées, démocratiques et sociales, avec leurs porte-parole.

De la «démocrature»
Les futurs sociaux-démocrates ou communistes pouvaient compter sur la concentration à venir de la classe ouvrière dans les grandes entreprises. Ils disputaient l’hégémonie aux forts en gueule, tout petits patrons que Marx appelle les «limonadiers» (les bistroquets de l’époque), et à Louis-Napoléon Bonaparte, inventeur de ce qu’on nomme aujourd’hui populisme de droite ou «démocrature».

Dès 1940, Karl Polanyi, dans la Grande transformation, montrait que la révolte antilibérale débouchait sur le fascisme, le stalinisme ou la social-démocratie. Le stalinisme a tué le communisme, la «troisième voie» (Hollande compris) a tué la social-démocratie. Faute d’avoir su se renouveler sur une base territoriale pour répondre à l’ubérisation, les syndicats sont en perte de vitesse. Le rapport de force, face aux limonadiers et aux bonapartistes, s’est inversé.

Pourtant, l’élargissement même du mouvement, la présence massive des femmes, l’intelligence et le sens pédagogique de certains animateurs des pages des gilets jaunes sur Facebook, a permis de recentrer le débat sur la question de fond : ubérisation contre justice sociale, dans ses dimensions sociales, fiscales et territoriales. La question de départ (la hausse des écotaxes, en particulier sur le diesel) aura été la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Hélas, cette goutte d’eau restait encore le totem cachant le vase. Macron et Philippe en ont profité : ils ont, avec les écotaxes, sacrifié la santé et le climat, plutôt que d’augmenter le smic, de rétablir l’ISF et de geler la fermeture des services publics. Mais les dés roulent encore.

Par Alain Lipietz, ancien député européen (EELV)
https://www.liberation.fr/debats/2018/12/07/gilets-jaunes-l-insurrection-contre-l-uberisation-sociale_1696667


_________________
- Je ne vous jette pas la pierre, Pierre -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gedekrogrodwa

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 24/08/2018

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Dim 9 Déc - 11:01

Octroi - Ecotaxes - même combat ?

Stéphane Attal explique comment les entraves à la mobilité sont génératrices de révoltes populaires, de la Révolution françaises aux gilets jaunes.
  • Les évènements extrêmement graves qui se passent actuellement en France et ce week-end à Paris donnent une image consternante de notre pays à l’étranger, et, encore plus grave, sont le révélateur d’une fracture sociale, fiscale et territoriale dont nos dirigeants n’ont pas pris la mesure.

    Quand on s’autorise à profaner les symboles de la république, du pays, comme l’Arc de Triomphe et la tombe du soldat inconnu, on installe un climat insurrectionnel qui reprend les codes de la Révolution Française à l’ère du digital.

    Les Gilets Jaunes ne sont pas autre chose que la version 2.0 du Tiers État. Or quand on revisite l’histoire, on se rend compte que la mobilité était déjà au cœur du problème des insurgés révolutionnaires de 1789.

    On ré-entend à nouveau les expressions révolutionnaires : cahiers de doléances, Etats généraux. La révolution française avait consacré cet idéal de mobilité sociale mais aussi géographique car, avant de prendre la Bastille, les insurgés avaient commencé par incendier les barrières d’octroi pour pouvoir circuler sans taxes.

    Il est incroyable de constater que plus de 200 ans après, on retrouve les mêmes codes, les mêmes clivages. On les appelait les provinces, maintenant ils se nomment les territoires.

    Emmanuel Macron avait promis de remettre la France en Marche.

    Taxer le diesel, c’est empêcher les Français de bouger pour travailler.

    En mettant la mobilité au cœur de son programme, il a immobilisé les Français qui pour travailler ne doivent pas traverser la rue, mais les territoires.

    Taxer le carburant, c’est frapper la France qui travaille, qui fait bouger les lignes, qui « traverse la rue » pour travailler, créer de la croissance, améliorer son pouvoir d’achat.

    La possibilité de se mouvoir seul au volant se confond avec l’idéal de liberté.

    Jean Pierre Raffarin avait le premier, conceptualisé la France d’en bas et la France d’en haut mais force est de constater que ce clivage s’est accentué depuis près de 20 ans.

    L’incompréhension est désormais totale entre les Français et leurs dirigeants.

    Emmanuel Macron fait une intervention télévisée un mardi matin à 11 h à l’attention des gilets jaunes et de tous les Français. Une heure de philosophie politique pour des gens qui travaillent à la même heure. Où est la cohérence ? où est le maître des horloges ? Depuis le mois de Juillet, et l’affaire Benalla, il a clairement perdu le contrôle de sa communication et la puissance de ses réformes n’est plus audible aux yeux de la majorité des Français.

    Les casseurs ne représentent pas les Français. Ceux-ci ont besoin d’amour !

    Il faut avoir la force de voir plus loin que les images de chaos. Il ne faut pas chercher à calmer des gens en colère, il faut leur montrer de la compassion, de la présence bienveillante. On ne va quand même pas transformer le jour de Noël en jour de scrutin !

    Emmanuel Macron a commencé son mandat par deux erreurs symboliques majeures qui le poursuivront jusqu’au bout : la fin de l’ISF et la baisse des APL.

    En clair, il a fait un cadeau aux riches et taxé les jeunes.

    Il a pulvérisé les partis traditionnels, anesthésié les syndicats, il n’y a plus de corps intermédiaires et il est donc en prise directe avec le peuple, alors qu’il dispose de 400 000 marcheurs tétanisés qui ne demandent qu’à l’aider à transmettre son message.

    La posture jusqu’auboutiste des dirigeants empêchent leur base d’être entendue.

    Pourquoi Macron aurait-il moins de courage que Chirac ? Celui-ci a retiré sa loi sur le CPE et a instantanément stoppé les manifestations et ramené le calme dans le pays.

    C’est l’heure de vérité, Monsieur le Président : soit vous resterez dans l’histoire comme la plus grande déception de la VèmeRépublique, soit comme le héros qui a fait de la France le cœur de l’Europe du XXIèmesiècle. Pour cela il vous faut le peuple, Aimez-le, montrez le lui, il vous le rendra.

    Stéphane Attal
    https://www.opinion-internationale.com/


Wait and see. C'est un peu tout ce qu'on peut faire.

_________________
emêrpus noitacitsihpos al tse éticilpmis al
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 6081
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Lun 10 Déc - 8:10

On a parfois entendu accuser la Russie d'être à l'origine de ces débordements. Voici le lien conduisant à un article analysant les probabiltés de véracité de cette thèse.
https://www.atlantico.fr/decryptage/3560779/quand-le-gouvernement-se-demande-si-les-russes-ne-seraient-pas--derriere-tout-ca----francois-bernard-huyghe

Je me permets d'en isoler le paragraphe concernant plus spécifiquement le contexte de la fin de la Royauté Française.

Il ne faut pas être dans le déni : il y a vraiment une usine de trolls à Saint-Pétersbourg, tels que le rapportent des témoignages à ce sujet. Il y a effectivement une intervention des services russes ou de groupes plus que tolérés par le Kremlin, afin d'intervenir sur les réseaux sociaux dans les pays étrangers et souvent par le biais de faux comptes de présumés américains ou de présumés français. Cela existe, mais ce n'est pas très important ni très efficace : des tas d'études américaines ont été réalisées sur le rôle des réseaux sociaux dans l'élection de Trump. Elles ont conclu que cela avait eu un effet tout à fait négligeable, que ce n'avait touché que des gens déjà très convaincus en répandant des théories complotistes ou des rumeurs. Rappelons que sous Louis XVI, les Anglais laissaient partir de Londres vers Paris, dans les cales des bateaux, des pamphlets sur la vie sexuelle de Marie-Antoinette. Ce n'est pas cela qui a déclenché la Révolution française.

La totalité du raisonnement étant cependant très pertinente, je vous engage à lire l'article au complet.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
de La Reinta

avatar

Nombre de messages : 1044
Date d'inscription : 15/03/2016

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 11 Déc - 18:32

Alors ça continue

Brigitte Macron, victime collatérale des Gilets jaunes : “Une Marie-Antoinette, qui vit dans sa bulle”
https://www.gala.fr/

_________________
Je dois avouer ma dissipation et paresse pour les choses sérieuses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Cosway

avatar

Nombre de messages : 582
Date d'inscription : 05/07/2015

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mar 11 Déc - 19:03

It seems it won't stop. Sad And it is the same all over the world.

From Sans Culottes to Gilets Jaunes: Macron’s Marie Antoinette Moment.

What can I say ? Rolling Eyes

https://www.nybooks.com/daily/2018/12/11/from-sans-culottes-to-gilets-jaunes-macrons-marie-antoinette-moment/

_________________
Who knows what lies beneath ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 6081
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   Mer 12 Déc - 8:07

Bonjour à tous les Amis du Boudoir de Marie-Antoinette,

Nous noterons que, selon le Professeur André Senik, la situation de la France actuelle ne peut être comparée à celle de 1789.

Voici premièrement la présentation du spécialiste.

André Senik est agrégé de philosophie. Il a publié Le Manifeste du parti communiste aux yeux de l'histoire aux éditions Pierre-Guillaume de Roux en 2015.

Voici l'article.

La comparaison entre les «gilets jaunes» d'aujourd'hui et la situation du Tiers-état à la veille de 1789 est parfois avancée. Elle peut être instructive, mais à la condition impérative de ne pas les confondre.

Quand Sieyes écrit sa brochure «Qu'est-ce que le Tiers-état?», sa réponse tient en un seul mot «Tout».

Il poursuit ainsi: «Qui donc oserait dire que le Tiers-état n'a pas en lui tout ce qu'il faut pour former une nation complète? Il est l'homme fort et robuste dont un bras est enchaîné. Si l'on ôtait l'ordre privilégié, la Nation ne serait pas quelque chose de moins, mais quelque chose de plus. Ainsi qu'est-ce que le Tiers-État? Tout, mais un tout entravé et opprimé. Que serait-il sans l'ordre privilégié? Tout. Mais un tout riche et florissant. Rien ne peut aller sans lui, tout irait infiniment mieux sans les autres.»

Il serait catastrophique de faire comme si nous étions en 1789.

Les «gilets jaunes» expriment sans doute les doléances d'une partie du peuple, mais ils ne sont pas le peuple tout entier.

D'autres composantes de la société française sont effectivement mieux loties, et cela tient d'abord à la nature de leur activité. Loin qu'elles soient des parasites, et que sans elles «tout irait mieux», elles ont un rôle décisif dans la production des richesses de notre pays. Des richesses qui sont très déjà fortement redistribuées en France. Leurs avantages relatifs ne sont pas des privilèges.

Là s'arrête donc la comparaison légitime entre les «gilets jaunes» et le Tiers-état de 1789.

L'autre différence, et elle est d'une importance égale, c'est qu'avec l'abolition des privilèges, toutes les composantes du peuple ont le droit et les moyens de choisir pacifiquement leurs dirigeants, de s'en faire entendre pacifiquement, et d'en changer à échéances régulières sans coups de force.

On ne peut recommencer la Révolution française de 1789 que contre elle.

Tous les mouvements qui poussent à la révolution au sein d'une société démocratique sont en réalité hostiles à l'esprit de 89, hostiles à la démocratie représentative instaurée par la Révolution française sur la base de la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen adoptée le 26 août 1789.

S'il faut effectivement compléter notre démocratie représentative par des formes de démocratie directe, susceptibles d'intégrer politiquement les citoyens qui ne votent plus parce qu'ils ne se reconnaissent pas dans l'offre politique existante, cela ne justifie pas de «dégager» le «système». Car ces deux mots - qui n'osent pas dire leur sens véritable - s'en prennent en réalité à la démocratie représentative, cette forme de gouvernement forcément insatisfaisante, forcément imparfaite et perfectible.

Dans sa phrase toujours citée en version abrégée, Churchill reconnaissait cette imperfection de nature face aux tentations anti-démocratiques. «Democracy is the worst form of government - except for all those other forms, that have been tried from time to time.»

Ne faisons pas la révolution contre 1789.

http://www.lefigaro.fr/vox/

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marie-Antoinette dans la politique actuelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marie-Antoinette dans la politique actuelle
Revenir en haut 
Page 33 sur 34Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bijoux de Marie-Antoinette : la parure de rubis des Habsbourg
» Marie-Antoinette a-t-elle joué un rôle politique ?
» Marie-Antoinette en grand habit de cour (1775), par Jean Baptiste Gautier Dagoty
» Le tombeau de Marie-Antoinette
» MARIE ANTOINETTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Perception et utilisation de son image-
Sauter vers: