Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Tablette 11″ Xiaomi- Mi Pad 6 global version (coupon + code promo)
224.97 €
Voir le deal

 

 Le peuple et la légitimité du pouvoir

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
PierrotLeFou

PierrotLeFou


Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 12/09/2017

Le peuple et la légitimité du pouvoir Empty
MessageSujet: Le peuple et la légitimité du pouvoir   Le peuple et la légitimité du pouvoir Icon_minitimeMar 23 Jan - 13:22

Est-ce au peuple qu'il revient d'interroger la légitimité du pouvoir ? Grave question aujourd'hui présentée à votre sagacité. Wink

Pour le philosophe Gérard Bras, le concept existe avant tout pour questionner la légitimité du pouvoir et de ceux qui l’exercent.


«"Peuple" contient une valeur émancipatrice, une nécessité d’insurrection»


Le peuple et la légitimité du pouvoir 10894911

C’est un sursaut qui n’advient pas. Celui du peuple opprimé qui monte sur les barricades et débraye dans les usines, celui qui porte la lutte sociale qu’un Jean-Luc Mélenchon rêve de voir renaître quand il invective, précisément, «le peuple». Alors qu’Emmanuel Macron veut faire de 2018 une grande année sociale, ce «peuple révolté» restera-t-il introuvable ? Le philosophe Gérard Bras, qui vient de publier les Voies du peuple (aux éditions Amsterdam), espère que non. Mais ce n’est pas sur le Président qu’il faudra compter pour mener «la révolution» : ce mot est rare dans son discours. «Et pour cause, Macron est un libéral, constate le philosophe. Il affirme une position individualiste, selon laquelle l’initiative individuelle l’emporte. Cette liberté va mal avec la notion de peuple qui suppose l’égalité, ainsi que l’idée que le corps social ne se réduit pas à la somme des individus qu’il réunit.»

Le primat du libéralisme sur d’autres courants de pensée est donc une première hypothèse pour expliquer l’atonie sociale du moment. Mais pour aller plus loin, il faut revenir au moment où se forge la notion de «peuple» : la Révolution française. «Deux grandes voies se dessinent alors, explique Gérard Bras. La première est celle de Rousseau : il n’y a pas de démocratie sans un lien entre le politique et le social, ce qui la rapproche d’une logique insurgeante mais aussi de l’idée qu’il faut inventer des procédures pour que la volonté populaire puisse se former et s’exprimer. La seconde, soutenue par Hegel et Sieyès, affirme que le peuple, c’est l’Etat. Cela réduit le peuple à l’ensemble des électeurs, et la démocratie à son aspect représentatif.» De ces deux voies, c’est la seconde qui l’emporte finalement, réduisant l’idée de démocratie à la représentation.

Contre la suprématie hégélienne, Gérard Bras veut réhabiliter Rousseau. Il propose, entre les deux pensées, de considérer le peuple comme un collectif d’individus constitué à l’intersection de trois piliers, dont l’équilibre varie. Le premier est juridico-politique, autour de la citoyenneté ; le deuxième est ethno-culturel, et pose l’idée d’une identité commune ; le dernier est social, avec une revendication d’égalité. A cette combinaison s’ajoute le projet de dépasser les ambitions particulières pour prétendre représenter l’intérêt général : «Peuple est un opérateur d’universalisation, qui consiste à dire : "Vous nous prenez pour un groupe particulier, alors que ce que nous revendiquons vaut pour l’intérêt général". Regardez les événements de Leipzig en 1989. Lorsque les manifestants disent "Nous sommes le peuple", ils disent au SED [le parti communiste d’Allemagne de l’Est, ndlr] qu’il ne représente pas l’intérêt général, mais une minorité dominante. Le mot peuple permet d’entretenir une polémique sur ce qu’est l’intérêt général.»

Questionner la légitimité du pouvoir et de ceux qui l’exercent, voilà donc le rôle du peuple. Au risque de l’instabilité pourrait-on rétorquer. Mais le philosophe observe : «On parle beaucoup de crise de la démocratie, comme s’il existait une situation antérieure qui serait sereine. Mais la déstabilisation est constitutive de la démocratie. Face à cela, "peuple" contient une valeur émancipatrice, une nécessité d’insurrection qui ne cesse d’interroger notre système politique, et qui invite à ce que Rousseau nomme "l’art politique" : inventer des solutions concrètes pour que la délibération publique puisse avoir lieu, pour que la volonté générale ne soit pas confisquée : les solutions deviennent obsolètes, il faut toujours en inventer de nouvelles.»

Dès lors, inutile de voir dans le peuple une foule destructrice opposée par nature à l’Etat : d’une certaine façon, il préfère la démocratie participative à la révolution ! «Il n’y a pas de peuple sans un jeu institutionnel. On le voit en 1940 avec la Résistance : De Gaulle devient la figure symbolique du peuple, mais il lui donne aussi des institutions qui seront installées à la Libération : il n’y a donc pas "révolution", mais "restauration".»

Que manque-t-il alors pour ériger un «collectif» en peuple ? «Il faut un "litige" ou un "tort déclaré", selon le vocabulaire de Jacques Rancière. Sans cela, on est plutôt dans une gestion de l’opinion publique, et non dans une dimension insurgeante du peuple.» «Indignez-vous !» disait le sage. Les révolutionnaires le firent contre les privilèges et l’absolutisme, les résistants contre le totalitarisme nazi. Mais aujourd’hui ? «Au plan français ou européen, rien n’a encore vraiment émergé. Mais c’est peut-être autour de la précarité que cela peut se décider : celle des migrants en premier lieu, mais aussi celle de certains diplômés qui se trouvent dans des situations difficiles au regard de leur formation.»

Manque aussi un discours qui suscite la mobilisation. Ceux qui le tiennent sont souvent taxés de populisme, ce discours dangereux qui flatterait les bas instincts du peuple. Gérard Bras propose de lui donner un autre sens : «Les philosophes Ernesto Laclau et Chantal Mouffe désignent sous le nom de "populisme" l’action politique qui fait advenir le peuple, car il n’existe pas en soi, ni du point de vue sociologique ni du point de vue ethnique ou culturel.» Le populisme devient donc un «processus» de construction du peuple.

«Ce processus agit sur le mode de la différence : le peuple se construit contre des élites, contre un peuple étranger, ou contre un autre peuple : on peut ainsi distinguer un peuple de l’émancipation, internationaliste, opposé à un peuple xénophobe et raciste.»

Dans ce jeu de construction par opposition, reste à deviner qui sera le gagnant entre peuple de gauche et peuple de droite. «L’enjeu est désormais de savoir qui va l’emporter entre "précarité" ou "identité". Certains pensent qu’il faut abandonner le mot peuple, car il conduit nécessairement à affirmer l’identité. Si c’est l’identité qui donne forme au peuple, c’est la catastrophe.»

Thibaut Sardier
http://www.liberation.fr/debats/2018/01/21/peuple-contient-une-valeur-emancipatrice-une-necessite-d-insurrection_1624158

_________________
Regarde je luis de paillettes
Revenir en haut Aller en bas
Juin 1791

Juin 1791


Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 04/07/2015

Le peuple et la légitimité du pouvoir Empty
MessageSujet: Re: Le peuple et la légitimité du pouvoir   Le peuple et la légitimité du pouvoir Icon_minitimeMer 2 Déc - 10:58

Je me permets d'ajouter à la réflexion une analyse de François Jourdier qui pointe les dangers de dérives de notre démocratie actuelle.

  • Une dérive autocratique

    Le peuple et la légitimité du pouvoir 1110px10

    Au fil des ans, on ne peut que constater une dérive autocratique du pouvoir en France : abus de pouvoir, mise à l’écart du gouvernement, mépris du Parlement et de la volonté populaire. La France s’éloigne de plus en plus d’un régime démocratique et dérive vers quelque chose voisin du Second Empire.

    Comment en est-on arrivé là ? En interprétant de façon erronée, volontairement ou non, la Constitution, en n’en tenant pas compte, voire en ne publiant pas les lois nécessaires.

    Chef des armées

    « Le président de la République est le chef des Armées. » Cette affirmation est considérée comme une autorisation donnée au Président d’entreprendre toute intervention militaire qui lui passe par la tête sans prendre l’accord du gouvernement et du Parlement. Nous sommes intervenus, de ce fait, en Irak, en Serbie, au Rwanda, en Afghanistan, en Syrie, en Libye sans que nos intérêts ne soient menacés et sans consulter le Parlement.

    Intéressons-nous à la signification de « chef des Armées » attribuée au président de la République. Si on étudie les Constitutions ayant régi la France depuis la Révolution, on s’aperçoit que Louis XVI, en 1791, bénéficiait du même titre, qui était aussi attribué aux deux présidents de la Quatrième République. Or, ni l’un ni les autres ne disposaient du droit d’engager des opérations militaires. Il s’agit, en fait, d’un « titre » signifiant que le Président est au sommet de la hiérarchie militaire, titre purement honorifique.

    Le Parlement

    Depuis l’institution du quinquennat comme durée du mandat du président de la République, les élections législatives interviennent immédiatement après celle du Président. Il en résulte que le parti présidentiel dispose automatiquement de la majorité, le Parlement devient un Parlement croupion votant ce qu’on lui dit de voter et se limitant à être à l’origine d’une loi sur l’élevage des visons. Les articles 20 et 24 de la Constitution prévoyant que le gouvernement est responsable devant le Parlement et que le Parlement contrôle l’action du gouvernement sont des vœux pieux qui ne correspondent à rien.

    Le Gouvernement

    Le Conseil des ministres réunit actuellement, avec le Président, 46 personnes. Un tel aréopage ne peut avoir aucune efficacité. Pour gérer la crise du Covid-19, on a vu apparaître un « Conseil de défense » tenu au secret-défense échappant donc au Conseil des ministres et au contrôle du Parlement.

    L’article 15 de la Constitution prévoit bien l’existence de conseils supérieurs de la défense nationale, mais en aucun cas l’existence d’un Conseil de défense s’occupant de sécurité sanitaire et prenant des décisions en dehors de tout contrôle. On peut se demander si l’existence de ces Conseils de défense n’a pas pour but de faire échapper les ministres à leur responsabilité pénale pour les actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions.

    Volonté populaire

    La démocratie est un système de gouvernement qui gouverne au nom du peuple souverain, comme le dit l’article 3 de la Constitution. Le pouvoir actuel se méfie du référendum à l’issue incertaine en période de crise ou sur des sujets sensibles comme l’immigration. Il préfère inventer de curieuses instances, comme la commission de 150 citoyens tirés au sort discutant de la transition écologique et qui, largement encadrés par des experts, font des propositions pour pallier les malheurs des animaux d’élevage et la disparition de la biodiversité.

    Conclusion

    Le pouvoir évolue, à l’évidence, s’éloignant du régime parlementaire vers un régime de plus en plus autocratique ; la souveraineté nationale appartient de moins en moins au peuple et à ses représentants.

    Un régime présidentiel n’est pas forcément à rejeter, mais il ne peut être accepté que s’il existe un homme suffisamment indiscutable pour l’incarner. N’est pas de Gaulle qui veut.


Référence : https://www.bvoltaire.fr/une-derive-autocratique/

_________________
Si on hésite un instant, le palais s’effondre comme les nuages qu'on voit quelquefois
Revenir en haut Aller en bas
globule
Administrateur
globule


Nombre de messages : 2225
Date d'inscription : 04/10/2017

Le peuple et la légitimité du pouvoir Empty
MessageSujet: Re: Le peuple et la légitimité du pouvoir   Le peuple et la légitimité du pouvoir Icon_minitimeMer 2 Déc - 11:05

Rha je n'ai qu'un mot à dire, c'est Le peuple et la légitimité du pouvoir 516206

_________________
- Je ne vous jette pas la pierre, Pierre -
Revenir en haut Aller en bas
pilayrou

pilayrou


Nombre de messages : 704
Age : 63
Localisation : (Brest) Guilers
Date d'inscription : 22/12/2014

Le peuple et la légitimité du pouvoir Empty
MessageSujet: Re: Le peuple et la légitimité du pouvoir   Le peuple et la légitimité du pouvoir Icon_minitimeMer 2 Déc - 15:52

Cela fait bien longtemps que je ne réfléchis plus à tout cela. Un seul mot (noter que je suis pour une monarchie constitutionnelle) :

"Quand un souverain est mauvais, il change le peuple. Quand un président est mauvais, le peuple le change".

Paul Muni dans "Juarez". Film de 1938.

_________________
"Je sais le fils de Louis XVI vivant ! Et je verrai pendu ce scélérat de corse !" Barras. Consulat.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Le peuple et la légitimité du pouvoir Empty
MessageSujet: Re: Le peuple et la légitimité du pouvoir   Le peuple et la légitimité du pouvoir Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le peuple et la légitimité du pouvoir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Restauration, iconographie d'une légitimité
» UN PEUPLE ET SON ROI
» Le XVIIIe siècle au quotidien
» Paris
» « Au nom du peuple », ou les ressorts du populisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Contexte social et économique :: La Révolution-
Sauter vers: