Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-32%
Le deal à ne pas rater :
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ – GeForce RTX™ 4050
749.99 € 1099.99 €
Voir le deal

 

 la vision d'Alma Söderhjelm

Aller en bas 
+5
Axel
mogoman
cassos
Chou d'amour
pimprenelle
9 participants
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeDim 24 Fév - 18:16

Je suis en train de lire avec la plus grande attention l'ouvrage d'Alma Söderhjelm, bible de tous ceux qui se sont intéressés à Fersen.

la vision d'Alma Söderhjelm Soderj10

De Kunstler (1943) à Kermina (1985), tous se sont penchés, si pas inspirés, sur les recherches de Madame Söderhjelm. Sans parler de Zweig et de sa Marie Antoinette "moyenne" (1933).

On s'accorde en général à louer les qualités d'éditions que présente le livre d'Alma Söderhjelm. L’archiviste Alma Söderhjelma publié ultérieurement de nombreux inédits dans un ouvrage qui demeure aujourd’hui un travail de référence : Journal intime et Correspondance du comte Axel de Fersen, nous dit Evelyne Lever.

Je n'en disconviens pas. J'en suis pour le moment à la p. 92, et j'apprécie grandement les larges passages cités par Alma Söderhjelm, d'autant qu'elle respecte l'orthographe d'origine, ce qui double le plaisir !  Very Happy La philologue en moi admire le travail.

Ce qui me paraît moins judicieux, c'est le commentaire appliqué à certains extraits.  Shocked Et je rejoins ici la critique exprimée par des auteurs comme Nesta Webster ou Stanley Loomis : l'analyse que Madame Söderhjelm fait des écrits de Fersen est subordonnée à son intime conviction qu'ils ont été, si pas amants dans le sens charnel complet du terme, du moins éperdument amoureux.

Mais l'essentiel n'est-il pas de trouver dans cet ouvrage tant d'extraits inédits, ou enfin donnés dans leur intégralité, qui nous permettent de mieux approcher la psychologie de Fersen ? Et Madame Söderhjelm présente l'immense qualité de partir du texte pour réaliser ses analyses (qu'on soit ou non d'accord avec son parti-pris). Moins de détails biographiques que chez Kunstler, donc, mais moins de roman, aussi. Du concret !  Very Happy

Comme je lis pour le moment à une allure d'escargot (trop de boulot  🤡 ), je me suis dit que vous seriez peut-être contents de partager avec moi, peu à peu, certaines réflexions que je me ferai au fil du livre.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer


Dernière édition par pimprenelle le Mar 29 Avr - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeDim 24 Fév - 18:34

pimprenelle a écrit:

je me suis dit que vous seriez peut-être contents de partager avec moi, peu à peu, certaines réflexions que je me ferai au fil du livre.
Ah ! Merci Pim ! Smile
Ce sera un plaisir de suivre ainsi l'évolution de ta lecture !
Je suis impatient d'en connaître la suite... que l'escargot qui rythme ta lecture soit aussi curieux que nous tous Wink

Bien à vous !
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeDim 24 Fév - 18:48

Merci, Majesté !  flower Je suis enchantée que mon idée te fasse plaisir ! Et je vais essayer de ne pas trop traîner la patte...

Ce livre consacré aux séjours du comte Axel Fersen en France et à ses relations avec Marie-Antoinette et la Cour de France, comme le dit l'auteur elle-même en entamant son avant-propos, commence par situer la famille Fersen en Suède. Sommité de la vie politique, le sénateur Axel Frédéric, père de notre Axel, était aussi un grand esprit curieux des idées nouvelles et profondément francophile.

Un amour pour la France qu'il veillera à transmettre à ses enfants. Comme leur père, ceux-ci s'exprimeront et écriront en français. Mais, ajoute Alma Söderhjelm, si le journal intime d'Axel est écrit entièrement en français, il n'est pas moins facile de sentir la traduction mentale derrière.

Le jeune Hans Axel n'aura, selon Madame Söderhjelm, ni le style étincelant, ni les vastes connaissances, ni l'esprit vif ou l'intérêt constant pour les idées de son temps, qu'avait son père.

Les Fersen entretiennent un rapport particulier avec la famille royale de Suède. Très belles, les femmes sont parfois maîtresses de princes et la soeur chérie d'Axel, Sophie, elle-même, sera aimée du frère de Gustave III.

Pour donner à son fils aîné une éducation digne de son rang, le sénateur Fersen l'envoie découvrir le vaste monde. C'est ainsi que le jeune Axel se met à tenir un journal. N'y cherchons pas trop d'envolées lyriques. Axel de Fersen est avant tout un courtisan qui veut réussir en société.

Il apprécie la distinction, non seulement chez les autres, mais avant tout chez lui-même; on trouve souvent dans son journal des notes qui expriment sa satisfaction de sa propre personne, soit que ses habits élégants ont attiré l'attention ou que ses chevaux ont été reconnus pour être plus beaux que ceux des princes. (p. 21)

Mais Madame Söderhjelm s'oppose à l'avis de ceux qui n'ont vu en Fersen qu'un petit maître borné et stupide. S'il n'est pas spirituel, il a sur les questions politiques un jugement sain et juste, un esprit objectif et perspicace.

Avec beaucoup de finesse, l'auteur relève que Fersen, qui n'est pas un impulsif, est de ceux qui ne peuvent jouir de la joie présente et qui ne l'apprécient que lorsqu'elle est passée (p. 22). Elle ajoute qu'il ne prétend pas avoir droit au bonheur, ne s'insurge pas contre les injustices de la vie et reste profondément solitaire.

Voici en germe le grand neurasthénique qui poursuivra des années durant le fantôme de Marie Antoinette...

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeDim 24 Fév - 18:54

Ah Pim...Fersen te subjugue hein?  la vision d'Alma Söderhjelm 244157  

Je ne connaissais pas cette référence et si en effet ce livre apporte des textes inédits j'en redemande aussi!  cheers   ça m'intéresse aussi d'en savoir plus!
Je lis moi aussi à vitesse réduite, donc je ne serai pas dépaysé  Wink

Citation :
Mais Madame Söderhjelm s'oppose à l'avis de ceux qui n'ont vu en Fersen qu'un petit maître borné et stupide. S'il n'est pas spirituel, il a sur les questions politiques un jugement sain et juste, un esprit objectif et perspicace.
Oui je voyais plus moi aussi en Fersen un homme sûr de lui qui sait réfléchir un minimum, et qui est loin d'être idiot. L'étiquette "stupide" ne lui va pas... :s:

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeDim 24 Fév - 19:18

Citation :
Ah Pim...Fersen te subjugue hein?
J'essaie de comprendre, Chou... Et, pour ce faire, je retourne à la source.  Very Happy

Alma Söderhjelm suit le jeune Axel dans son périple européen. Il visite et suit des cours. L'Allemagne et l'Autriche (oh?!  Shocked ) lui déplaisent, il s'amuse beaucoup à Turin, mais les femmes de Milan le rebutent.

Le sexe à Milan n'est point beau, et est très mal mis, avec mauvais gout, et malproprement ce qui est tres général en Italie excepté à Turin.

On constatera au passage que la plume de Fersen distribue aussi capricieusement les accents du français que celle de Marie Antoinette. L'orthographe à l'époque était loin d'être fixée. Sans parler de la ponctuation...

A Naples, il rencontre des gens qui resteront importants pour lui, le baron de Breteuil, ministre de France, et sa fille, Madame de Matignon. Pas un mot sur Marie Caroline...  Neutral

A l'automne 1772, il est à Paris, arrivée qu'il ne consigne pas dans son journal. Sans doute trop pris par la vie mondaine, il ne rédigera que des brouillons. Au début de l'année 1774, il se remet à tenir régulièrement son journal. C'est ainsi que nous le voyons se rendre à Versailles :

Le 1:r Janvier 1774 qui etoit le jour de l'an, il falloit aller fair sa cour au Roi, et voir la Ceremonie et de l'ordre du S:t Esprit. J'avois commandé ma voiture a 8h: mais je fus obligé d'attendre, et pestant comme un malheureux, jusqu'a 8 3/4 que le tailleur m'aportat un habit de fourrure que je lui avois comande le matin de la veille, a 10h: j'étois à Versailles. La Ceremonie n'est qu'une messe ou le Roi et tous les Chevaliers assistent en habit de ceremonie, après avoir diné j'allai avec le Comte Creuts fair une visite à Mad: du Bari, elle me parla alors pour la premiere fois, au sortir de la nous revinmes à Paris, et j'allai ches moi me coucher assés fatigué.

Lui non plus, il ne s'embarrasse pas de scrupules, il fait sa cour à la favorite, en bon courtisan à l'esprit pratique ! Pas un mot, en revanche, sur la jeune dauphine...  Wink

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeDim 24 Fév - 19:23

Citation :
Le sexe à Milan n'est point beau, et est très mal mis, avec mauvais gout, et malproprement ce qui est tres général en Italie excepté à Turin.
Il parle des Milanaises là, ou des moeurs milanais? la vision d'Alma Söderhjelm 20113

Citation :
La Ceremonie n'est qu'une messe ou le Roi et tous les Chevaliers assistent en habit de ceremonie, après avoir diné j'allai avec le Comte Creuts fair une visite à Mad: du Bari, elle me parla alors pour la premiere fois, au sortir de la nous revinmes à Paris, et j'allai ches moi me coucher assés fatigué.
Tiens...il parle de la Comtesse du Barry et non de Marie-Antoinette, en effet...on retrouve là son côté amateur de belles femmes la vision d'Alma Söderhjelm 413814 La Dauphine n'ayant peut pas encore acquit tout son charme à venir Wink

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeDim 24 Fév - 19:44

Fersinou d'amuuur sort, va en cours... et intéresse les femmes, dirait-on. Mais elles n'ont pas toutes leurs chances avec lui, si l'on en croit cette note du 7 janvier :

J'allai prendre Mad: Caroyan, la fille de M:r Diderot pour la mener chés M:r Bomar, ou je l'avois toujours vue a la leçon, c'est elle qui est venue me parler la premiere pour faire ma connaissance. Je la menai tous les matins dans ma voiture, elle etoit fort gai, ayant de l'esprit, mais elle n'étoit pas bien jolie.

Dès janvier, Axel fait allusion aux bals de la dauphine, où il se rend, mais sans aucun commentaire particulier. Le 30 janvier se passe cette fameuse scène qui a fait fantasmer tant de monde. Il est une heure du mat, Fersen vient d'arriver au bal de l'opéra.

... il y avait une foule de monde : M. la Dauphine, Mr le Dauphin et le Cr de Provence y vinrent, et y furent au bal une demi heure sans etre connus, la Dauphine me parla longtemps sans que je la connus, enfin quand elle fut connue tout le monde s'empressa autour d'elle et elle se retira dans une loge, a 3h: je quittai le bal.

Pas de quoi en faire un plat, quoi... C'est d'ailleurs ce que constate Madame Södehjelm : On voit que les bals de la Dauphine n'exercent pas sur Fersen une attraction plus grande que les autres bal, réceptions ou réunions.

Très bien. Il faudrait être de mauvaise foi pour prétendre l'inverse ! Pourquoi, alors, l'auteur ajoute-t-elle : En tout cas, il n'en fait rien voir.  Shocked
Et de poursuivre : Il ne dit mot du charme de la Dauphine, tout en avouant "qu'elle lui parla longtemps".

Pourquoi l'utilisation du terme "avouer", lourd de sous-entendus, alors que, en toute objectivité, la petite note de Fersen n'en contient aucun ?  Rolling Eyes

Mais si, sans doute, pour Madame Söderhjelm, qui continue : Fersen ne se doute pas qu'il vient d'être l'objet d'une faveur toute particulière. Et voilà comment on fait dire au texte ce qu'on a bien envie d'y voir !  la vision d'Alma Söderhjelm 244157 Il est bien connu, pourtant, que Marie Antoinette s'amusait ainsi à défier le hasard en conversant avec des danseurs jusqu'au bord d'être reconnue. C'était là un jeu qu'elle prisait beaucoup. Et non "une faveur particulière" destinée au seul Fersen !  Rolling Eyes

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeDim 24 Fév - 20:05

Marie-Antoinette aimait se déguiser et oublier son rôle de Dauphine (tout comme elle aima plus tard aller à Trianon pour oublier son rôle de Reine), et elle ne semblait pas franchement intéressée par le charme des hommes...
En ce qui concerne ce fameux bal, rien dans ses écrits, tout comme ceux de Fersen, montre que ce bal a été particulier....elle s'est juste amusée, comme elle s'amusait quand elle allait à Paris Very Happy
Après on peut bien croire qu'elle a passé un bon moment à parler avec lui, et réciproquement, mais à ce stade ça restait on ne peut plus banal...d'ailleurs elle l'a revu 4 ans après, et pendant ces 4 ans elle ne l'a pas réclamé (et réciproquement encore une fois) Wink

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeVen 29 Fév - 12:04

Fersen est à Paris au moment de la mort de Louis XV, qu'il signale avec précision dans ses brouillons : Le Roi Louis XV mourut le 10 mai à 10 h: du soir. (Söderhjelm, op. cit., p. 42)

Madame Söderhjelm constate avec finesse que le portrait qui se dégage de ces notes ne ressemble en rien à celui de l'amoureux transi peint par certains historiens. Malheureusement, elle y supplée en le remplaçant par une Marie Antoinette transie...  Rolling Eyes alors que rien ne permet cette interprétation, si ce n'est la vive imagination de l'auteur.

Mais reprenons le cours des périples de notre Fersinou voyageur !  la vision d'Alma Söderhjelm 194575 Il s'embarque donc pour l'Angleterre, pendant que ses proches en Suède ont les yeux braqués sur ses succès mondains. Voici ce que Creutz écrit au roi Gustav :

Le jeune comte de Fersen vient de partir pour Londres. De tous les suédois qui ont été ici de mon temps, c'est celui qui a été le mieux accueilli dans le grand monde. Il a été extrêmement bien traité de la famille royale. Il n'est pas possible d'avoir une conduite plus sage et plus décente que celle qu'il a tenue. Avec la plus belle figure et de l'esprit, il ne pouvait manquer de réussir dans la société, aussi l'a-t-il fait complètement. V. M. en sera sûrement contente; mais ce qui rendra surtout M. de Fersen digne de ses bontés, c'est qu'il pense avec une noblesse et une élévation singulières.

Par ce rapport, moins connu que celui que Creutz enverra plus tard, on peut voir l'intérêt que suscite en Suède Axel von Fersen, jeune pousse issue de la plus haute aristocratie locale. Sa réussite rejaillit sur ses compatriotes.

Le voyageur a recommencé à tenir son journal, pour y laisser de longues descriptions désabusées : à Londres, tout, la nourriture, la cour, la comédie, oui, tout lui déplaît. Y compris l'essentiel :

Je ne fus pas non plus enchanté de la beauté des femmes, je ne les trouvay pas aussi jolies qu'on dit elles me parurent mal mises, et avoyent l'air assés gauches.

Le voilà donc de retour en Suède, après un voyage formatif qui aura duré 4 ans. Il restera chez lui de décembre 1774 à avril 1778, sans écrire mais figurant en vedette du journal intime des autres. C'est ainsi que la duchesse de Sudermanie mentionne souvent son nom : le comte de Fersen est de tous les divertissements de la cour. En dépit de ces fêtes, il s'ennuie.

Le 16 avril 1778, accompagné de son valet Joseph et de son chien (c'est déjà mieux qu'Ulysse !  la vision d'Alma Söderhjelm 194575 ), il s'embarque pour Londres y courtiser Mademoiselle Leyel, qui concentre sur sa personne toutes les qualités : protestante et immensément riche. Physiquement, au reste, la jeune femme ne lui déplaît pas. Mais les négociations se soldent par un refus : la demoiselle ne veut pas quitter sa famille pour s'établir à l'étranger.

Des sentiments divers animent Axel : la blessure d'avoir été éconduit, le regret d'avoir déçu son père, mais aussi le soulagement de rester libre. Il se trouve encore jeune, il peut retenter sa chance dans quelques années, et, écrit-il au sénateur, Le Pere Leyel est vieux et maladif, s'il mourroit tout obstacle de sa part cesseroit, tout son bien me viendroit tout de suite.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeVen 29 Fév - 12:27

En fait, deux voies attirent Fersen : les armes ou la diplomatie. S'il se tourne vers la première, estime Alma Söderhjelm (p. 56), c'est en raison de l'exemple de son père et de sa propre éducation. En réalité, il a naturellement tendance à s'entourer de diplomates.

Mais il y a déjà à Paris un candidat sérieux dans le domaine, le baron de Staël, très bien vu par Gustave III et par Marie Antoinette, nous dit l'auteur. Il faudra donc embrasser la seconde carrière. En attendant, Fersen mène sa vie habituelle de courtisan. Il fait aussi des connaissances qui s'avèreront importantes : la comtesse de Fitz-James, Madame de Stegleman et sa fille, Madame de Korff... qu'il trouve remplie de prétentions et d'une humeur très bizarre.

Le 25 août, il se présente à la cour, comme l'atteste ces quelques mots à son père :

C'est mardi passé, lors que je fus à Versailles pour etre présenté à la famille Royale. La Reine qui est charmante, dit, en me voyant : Ah, mais c'est une ancienne connoissance ! Le reste de la famille ne me dit pas le mot.

A-t-on glausé sur ces quelques paroles !  Rolling Eyes

Voici in extenso le commentaire d'Alma Söderhjelm : L'exclamation par laquelle Marie Antoinette montra qu'elle avait reconnu le gentilhomme suédois avait certainement beaucoup flatté Fersen, puisqu'il l'avait souligné dans la lettre à son père.
Fersen fut aussitôt introduit dans le cercle de Marie Antoinette et était un des convives habituels à sa table de jeu. Il n'était pas encore assez intime avec Sophie pour en parler, mais il écrit dans une lettre à son père, ce 8 septembre :

"La Reine, qui est la plus jolie et la plus aimable princesse que je connoisse, a eu la bonté de s'informer souvent de moi ; elle a demandé à Creutz pourquoi je ne venois pas à son jeu les dimanches, et ayant appris que j'y érois venu un jour, qu'il n'en avoit pas, elle m'en a fait une espece d'excuse. Sa grossesse avance et elle est très-visible."

La reine s'intéressait déjà au jeune Suédois
, conclut l'auteur.  Rolling Eyes Oui... C'est une interprétation... Ou politesse de reine vis-à-vis du représentant d'un pays avec lequel la France voulait resserrer les liens d'amitié ?

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeVen 29 Fév - 16:24

C'est clair que dans ces écrits là de Fersen, on y retrouve cette politesse et ce style élogieux si propre au XVIIIème siècle, on y retrouve clairement une affinité entre lui et Marie-Antoinette, de l'ordre de la sympathie, mais on y retrouve en rien un quelconque sentiment amoureux pour l'instant Rolling Eyes

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeVen 29 Fév - 17:13

Ben oui, Chou, je suis bien d'accord avec toi. Shocked Pour le moment, Marie Antoinette s'est montrée légère et aimable avec un comte suédois très apprécié par son roi. Y'a vraiment pas de quoi crier au scandale ! la vision d'Alma Söderhjelm 244157

La preuve que l'intérêt visant Fersen est dirigé vers son pays et sa famille :

Tout le monde me reçoit si bien ici et on me parle tant de vous, mon cher Pere, qu'il me semble que c'est une seconde patrie, ceux mêmes qui ne vous ont pas connu, se font honneur de parler de vous et disent du moins qu'ils vous ont vus, il n'y a pas jusqu'à la Reine qui ne me fasse politesse et qui ne m'ait parlé de vous.

Idem pour cette histoire de costume militaire, d'ailleurs.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeVen 29 Fév - 17:52

Voici la lettre de Fersen à son père sur cet uniforme. Mon pc n'a pas voulu m'ouvrir Word, t't'à l'heure, l'a fallu que je le redémarre... What a Face Vive la technique ! la vision d'Alma Söderhjelm 413814

Elle est datée du 19 novembre 1778 et se trouve en p. 61 :

La Reine me traîte toujours avec bonté. .Je vas souvent lui fair ma cour au jeu, elle me parle toujours. Elle avoit entendu parler de mon uniforme et elle me temoigna beaucoup d'envie de le voir au lever; je dois y aller mardi ainsi habillé non pas au lever mais chés la Reine. C'est la princesse la plus aimable que je connoisse.

C'est le premier témoignage public de l'intérêt que la Reine lui portait, commente Alma Söderjhelm. Rolling Eyes Bon... si elle y tient... D'autres y voient plutôt un amour des uniformes... Rolling Eyes Chacun son truc...

L'intéressant est ce témoignage donné ensuite :

Un jeune Suédois, plus tard le célèbre archevêque Lindblom, qui ne connaissait pas personnellement Fersen, rapporta le fait dans une lettre qu'il écrivit de Versailles le 24 décembre 1778 à un ami en Suède: « L'habit suédois... jugé au point de vue du bon goût n'est en aucune façon inférieur à l'habit français. Le français qui croit posseder un goût raffiné, le reconnaît volontiers et tout Versailles ne parle que d'un comte Fersen qui est venu à la cour portant l'habit national suédois que la Reine, d'après ce qu'on m'a dit, a examiné très soigneusement »

Voilà qui achève de placer cet épisode dans la continuité des relations franco-suédoises, dirait-on ! Very Happy Nous retrouvons la jeune reine aimable, comme la qualifie Fersen lui-même, qui flatte l'orgueil national de Gustave III à travers l'un de ses représentants les plus en vue.

Et, pourtant, constatant que Fersen, tout à sa vie mondaine, ne tient plus son journal, l'auteur de le déplorer, car : Ces six mois englobent pourtant la première période importantes des relations amoureuses de Fersen et Marie Antoinette.

Où voit-elle des relations amoureuses, elle ? Shocked

Franchement, vu que les historiens et biographes s'appuient en général sur l'ouvrage d'Alma Söderjhelm comme sur une bible, je m'attendais à plus consistant ! Quelle déception...

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeVen 29 Fév - 18:13

Comme tu disais Pim, tout est question d'interprétation dans cette affaire, d'interprétation et même de choix : certains (dont beaucoup de romanciers) veulent absolument que Marie-Antoinette et Fersen aient eu des relations sérieuses. Il n'empêche que concrêtement, sur le papier et d'après ce qu'on a, si on rejette toute interprétation, on ne peut qu'en conclure qu'ils étaient bons amis....ce qui me semble un excellent compromis bien plus proche de la vérité des sources. Wink
Alma Söderjhelm peut y voir des relations amoureuses si elle le veut, mais il semble qu'elle les imagine plus qu'elle ne les prouve la vision d'Alma Söderhjelm 244157

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
Invité
Invité
Anonymous



la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeVen 29 Fév - 19:01

A ce jour, il ne peut pas y avoir plus consistant ; dans cette histoire, tout n'est qu'interprétation, supposition.
Mais je vois pas trop ce que l'on cherche encore après tout ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeVen 29 Fév - 19:36

Ben, tu vois, Söderhjelm, c'était une sorte de mythe, pour moi. Je ne plaisante pas ! A force de voir les historiens spécialistes du sujet, comme Evelyne Lever ou Françoise Kermina, faire référence à elle, je me disais que je comprendrais réellement mieux le fond des choses lorsque je me serais enfin procuré cette rareté.

J'en suis pour l'instant à la page 263, et, honnêtement, je n'ai lu que du vent. Madame Söderhjelm affirme que Fersen appelait Marie Antoinette Joséphine pour échanger avec elle une correspondance amoureuse dans les années 80, tout en renvoyant l'explication à un chapitre final... qui ne nous apprend rien de plus ! Sauf le fait que Fersen était entouré d'une kyrielle de Joséphines !

Elle analyse les rapports entre la reine et le comte suédois en se fondant sur les lettres envoyées à Sophie Piper. Analyse faussée d'avance, puisque l'auteur passe sous silence l'existence d'Eleonore Sullivan, à cette époque maîtresse en titre du dom juan. Ce n'est que bien plus tard qu'un passage est consacré au couple Craufurd.

J'en passe, et des meilleures, mais j'y reviendrai !  No

Non, vraiment, quelle déception !  No

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeVen 29 Fév - 22:39

C'est qu'à l'époque de sa publication, ce livre voulait offrir au public des écrits jusqu'alors inédits.
C'est en cela qu'il était intéressant, et voilà pourquoi il est encore cité assez souvent.
Alma Söderjhelm en profite, bien entendu, pour avancer sa petite théorie ; on le voit bien, même si elle veut rester prudente dans ses hypothèses.
Ce plan d'écriture démonstratif ne m'a pas trop dérangé, même si un peu daté et poussif parfois ; je n'oubliais pas moins la valeur historique disons plus compilatoire du livre.
Après, on partage ou pas le point de vue de l'auteur. Wink
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeSam 1 Mar - 8:45

Mais, même dans cet aspect compilatoire, le livre de Madame Söderhjelm est décevant : elle ne cite pas toujours les écrits in extenso. Et puis, malheureusement, tous ses choix sont conditionnés par la théorie qu'elle essaie de valider.  Rolling Eyes A tel point que ces citations présentent des incohérences et des oublis impardonnables.

Il n'y a plus qu'à attendre que paraisse une vraie édition des écrits du comte de Fersen, complète, avec notes en bas de page sérieuses.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeSam 1 Mar - 10:18

Oh la la ... c'est fou ça...je comptais comme toi, Pim, cette auteur parmi les références ultimes , pour ne pas avoir encore pu la lire...et là je découvre une énième conquête post mortem de Fersen ... Ben mon Dieu... quelle déception !

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeSam 1 Mar - 18:08

Madame Söderhjelm passe alors à la description de Marie Antoinette. Elle utilise pour ce faire les témoignages de Horace Walpole et du baron de Tilly, mais aussi d'autres moins connus, comme celui de lord Holland :

Je ne crois pas, même dans ses meilleurs jours, qu'elle ait une physionomie agréable. Une peau blanche, une taille très droite et un air imposant, que ses admirateurs appelaient dignité, et ses ennemis orgueil et dédain, voilà selon moi en quoi consistait la beauté de la reine. Un caractère irritable et peu de jugement contribuèrent, sans doute aux désastres...

Son choix se porte aussi sur le portrait fait par La Marck qui, affirme-t-elle, la connaissait bien.

Marie-Antoinette n'avait pas une très grande étendue d'esprit; mais elle saisissait et comprenait rapidement les choses dont on lui parlait. La gaîté de son caractère lui inspirait pour la plaisanterie un certain penchant qui quelquefois allait jusqu'à la moquerie; c'était un tort dans une personne placée comme elle; car les gens qui l'entouraient, lui connaissant cette faiblesse, cherchaient à la divertir aux dépens des autres; et comme il régnait alors en France, dans la bonne compagnie un ton léger accompagné de beaucoup de grâce et finesse, on ne manquait guère d'amuser la reine et de lui plaire en flattant son goût pour la moquerie.

Il ressort de ces choix une personnalité non conventionnelle, personnelle jusqu'à la partialité et naturelle. De ces psychologies qui ne refuseraient pas "le don suprême", pour paraphraser tonton Zweig, sans doute...

Madame Söderhjelm prête également moins d'intelligence à Marie Antoinette qu'à Fersen. Au moment de la révolution, il comprendra, selon l'auteur, des choses qui auront échappé à la reine.  Rolling Eyes

Bref, Fersen a été tout d'abord ébloui par l'intérêt que la Reine de France lui portait. Mais elle avait aussi des qualités qu'il admirait : une allure à la fois royale et libre, élégante et naturelle.

Je me permettrai d'ajouter que, physiquement, il n'est pas impossible non plus qu'elle lui ait plu, puisqu'elle passait pour grande, la taille bien prise, et que ces caractéristiques comptaient énormément aux yeux d'Axel. Une petite n'avait aucune chance auprès de lui...

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeSam 1 Mar - 18:27

L'auteur rappelle que Marie Antoinette avait pour les étrangers une prédilection qu'on lui reprochait parfois. Mais Axel de Fersen fixa le coeur de la Souveraine, rapporte le comte de Saint Priest, sur lequel Alma Söderhjelm appuiera une grande partie de sa démonstration.

Lui, en tout cas, il ne se laisse pas démonter. Il offre ses services au roi de Prusse. La carrière militaire reste en effet son grand objectif. Mais Frédéric refuse d'enrôler des volontaires suédois, à la grande satisfaction de Gustave III, qui écrit à son favori :

Je ne sais si je vous dois dire, que je suis bien aise du refus que R. de Prusse vient de me donner, si cela vous prive de l'occasion de vous signaler, cela épargnera à moi et à M. votre Pere bien des moments d'inquiétude.

Mais les événements vont bientôt permettre à Axel de montrer sa bravoure. La France, qui a pris le parti des insurgents, a décidé d'envoyer des corps expéditionnaires en Angleterre et en Amérique. Fersen veut en être ! Non pas, remarque Alma Söderjhelm, pour fuir la médisance. Ses raisons avaient sûrement un caractère moins romanesque.

Nous sommes bien d'accord. Pourquoi, alors, l'auteur se contredit-elle à la ligne suivante ?  Shocked Si d'un côté, il estimait sage de fuir le danger et de donner à Marie Antoinette un moyen de l'oublier, il était, d'un autre côté, heureux de saisir cette occasion d'apprendre le métier qui était le sien, celui des armes.

Or, des extraits de Fersen cités par l'auteur, il ressort clairement qu'il n'y a qu'un seul côté, celui des armes. Fersen se démène pour entrer dans la carrière militaire, par la porte ou par la fenêtre. Voilà tout !  la vision d'Alma Söderhjelm 194575

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeSam 1 Mar - 18:32

Citation :
une taille très droite et un air imposant, que ses admirateurs appelaient dignité, et ses ennemis orgueil et dédain

Et que c'est vrai en plus...n'est-ce-pas Monsieur Hébert?  la vision d'Alma Söderhjelm 244157

Citation :
Madame Söderhjelm prête également moins d'intelligence à Marie Antoinette qu'à Fersen. Au moment de la révolution, il comprendra, selon l'auteur, des choses qui auront échappé à la reine.
ça reste à nuancer...je reconnais en Fersen une certaine intelligence, qui faisait de lui un homme prenant des initiatives et des décisions rapides et claires, mais il est difficile de comparer sa situation à celle de Marie-Antoinette. Cette dernière était noyée en plein dans la révolution, elle était "sur le terrain", avec sa propre famille, ce qui lui enlevait ce minimum d'objectivité qu'avait peut-être Fersen.
Et encore...Fersen aussi, tout comme Marie-Antoinette, restait bloqué dans ses ambitions royalistes  Wink

Citation :
Or, des extraits de Fersen cités par l'auteur, il ressort clairement qu'il n'y a qu'un seul côté, celui des armes. Fersen se démène pour entrer dans la carrière militaire, par la porte ou par la fenêtre. Voilà tout
Mais c'est que le rôle du beau et jeune chevalier se sacrifiant pour le bonheur de sa tendre aimée, est si poétique!  la vision d'Alma Söderhjelm 413814

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeSam 1 Mar - 18:53

Nous en arrivons donc au départ du beau et jeune chevalier !  la vision d'Alma Söderhjelm 244157

A Versailles, tout le monde potine. Nous avons droit aux récits de Saint Priest, Creutz, et même à ce que Madame Söderjhelm appelle la légende qui s'est faite sur la difficulté de Marie Antoinette de cacher ses sentiments pendant ces jours qui précédaient la séparation. Légende ou pas, on n'échappe pas au petit couplet de Didon...  Rolling Eyes

Nulle mention de ces adieux déchirants dans les écrits de Fersen. Il est tout occupé d'une jeune comtesse suédoise, qui retient son attention exclusive. Ses lettres à Sophie sont toutes pleines d'elle.

L'expédition de Fersen en Amérique n'occupe dans l'ouvrage d'Alma Söderjhelm que quatre pages et demie. Il s'y distingue et sera le plus favorisé des six aides de camp de Rochambeau. Il se lie d'amitié avec Lauzun et Sheldon, formant un joyeux triumvirat.

Je me porte à merveille ici, écrit-il à sa soeur, j'ai beaucoup à faire, les femmes sont jolies, aimables et coquettes, voilà tout ce qu'il faut...

Si Fersen s'enthousiasme sur Lauzun, Lauzun ne dit pas un mot de lui. Silence s'expliquant, selon Madame Söderhjelm, par une basse jalousie d'amoureux éconduit.  Rolling Eyes

La guerre n'est pas encore terminée qu'il exprimer son désir de continuer à servir la France. Cette idée n'était pas nouvelle et il l'avait déjà formulée à la fin de 1778 ou au début de 1779... Cette décision était donc d'une date bien moins récente qu'on ne le croyait généralement et il est probable que ses relations avec Marie Antoinette n'en avaient pas été la cause déterminante.

Ah, je me disais bien...  la vision d'Alma Söderhjelm 194575

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
Chou d'amour


Nombre de messages : 31526
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeSam 1 Mar - 18:58

Je reconnais, d'après les extraits que tu montres Pim, qu'Alma Söderhjelm semble vouloir à tout prix lier Marie-Antoinette et Fersen dès qu'elle peut, sachant que si elle ne faisait pas un tel lien, rien ne pourrait le supposer  :s:

Qu'y-a t'il de mal à dire que Fersen aimait la guerre, les armes et les femmes en général, avant de penser à Marie-Antoinette?

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
https://maria-antonia.forumactif.com
pimprenelle

pimprenelle


Nombre de messages : 40569
Date d'inscription : 23/05/2007

la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitimeSam 1 Mar - 19:04

Citation :
Qu'y-a t'il de mal à dire que Fersen aimait la guerre, les armes et les femmes en général, avant de penser à Marie-Antoinette?
Ben rien, justement ! Very Happy

Et Marie Antoinette, elle, de 1780 à 1783, elle avait bien mieux à faire que de penser à Fersen ! Elle élevait sa fille, qui lui prenait bien du temps, selon Mercy, et avait enfin donné le jour à un garçon. Le petit dauphin, voilà la grande affaire de toute la cour ! Very Happy

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





la vision d'Alma Söderhjelm Empty
MessageSujet: Re: la vision d'Alma Söderhjelm   la vision d'Alma Söderhjelm Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
la vision d'Alma Söderhjelm
Revenir en haut 
Page 1 sur 11Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» La vision de Zweig
» Bibliographie : la princesse de Lamballe
» Une troisième vision de Robespierre
» Marie Antoinette : une vision négative ?
» Le Livre noir : une vision hollywoodienne de la Terreur Révolutionnaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Bibliographie :: Marie-Antoinette :: Biographies :: Autres-
Sauter vers: