Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -50%
Nouvel Echo Dot (4e génération), ...
Voir le deal
29.99 €

 

 Mémoires de Mme Campan

Aller en bas 
+4
Lucrezia P
madame antoine
pimprenelle
Chou d'amour
8 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeJeu 11 Avr - 22:06

Du genre des Mémoires et notamment de celle de Madame Campan

http://www.verbum-analectaneolatina.hu/pdf/12-2-16.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeDim 12 Mai - 20:59

Bonne soirée! je suis en train de lire des Mémoires de Mme Campan achetées récemment dans ebay (voir mon message antérieur dans ce post), mais pour ce que lis, je suis un peu, comment le dire...étonné scratch

...dans une échelle de 1 à 10, quelle crédibilité ou exactitude lui donnez-vous aux mémoires de Mme Campan?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeDim 12 Mai - 21:07

Les propos de Henriette Campan ont la crédibilité d'une personne qui a traversé les régimes en retournant sa veste et qui cherche à se refaire bien voir lorsque revient Louis XVIII... Il faut donc tout bien prendre avec des pincettes car elle a une vision plus lointaine des choses qu'elle l'aurait souhaité...je pense en particulier à une certaine nuit du 5 au 6 octobre 1789 Rolling Eyes

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeDim 12 Mai - 21:34

Deux des choses qui m'attirent l'attention sont:
- Comme lectrice de Mesdames elle explique son caractère aimable et cordial vers les personnes et qu'elles étaient reconnaissantes envers la Reine d'être intervenue devant le Roi pour leur offrir Bellevue "parce qu'elles, à l'exception de ses appartements dans le château, ne possédaient rien"... scratch

-Pendant la grossesse de la reine de Mme Royalr, au cours d'une des promenades des nuits d'été, dans la terrasse de Madame et Monsieur (l'appartement des Dauphins) Madame Campan cite:
"...un soir ou Sa Majesté (la Reine) m'avait fait signe de la main de venir lui parler sur le banc où elle était assise, j'avais cru reconnaître à coté d'elle, deux femmes très-voilées qui gardaient le plus profond silence, que ces femmes étaient la Comtesse Du Barry et sa belle-soeur; et que j'en avais été convaincue en rencontrant à quelques pas du banc où elles étaient, auprès de Sa Majesté, un grand laquais de Mme. Du Barry, que j'avais vu à son service, tout le temps qu'elle avait résidé à la Cour." scratch scratch scratch

Je continue à lire les livres...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeDim 12 Mai - 21:56

Je suis du genre à me méfier énormément de la "bonne"Henriette ( et c'est un euphémisme... Mémoires de Mme Campan - Page 3 49856 ) mais pour le coup, recevoir discrètement madame du Barry, pourquoi pas. Very Happy

De même qu'en effet, Mesdames n'avaient "rien" avant l'avènement de leur neveu. Louis XV semble avoir été un père possessif. Mon rien entre guillemets évidemment, parle que pour des Filles de France, c'est tout à fait relatif. Mémoires de Mme Campan - Page 3 194575
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeDim 12 Mai - 22:16

oui, Reinette, mais l'étonnant pour moi c'est la reconnaissance de Mesdames vers la Reine...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeDim 12 Mai - 22:24



Ah, ça par exemple ! Voilà que ton avatar a à nouveau disparu, Reinette !!! Mémoires de Mme Campan - Page 3 79143
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeLun 13 Mai - 0:15

J_A_Gabriel a écrit:
oui, Reinette, mais l'étonnant pour moi c'est la reconnaissance de Mesdames vers la Reine...

Oui, c'est étonnant parce qu'on se souvient encore de la manière dont elles ont traité la jeune dauphine ! L'Autrichienne que Madame Adélaïde de France conseillait à Louis XVI de renvoyer à Vienne !
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine


Nombre de messages : 6586
Date d'inscription : 30/03/2014

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeMar 17 Mar - 7:46

Voici les derniers moments de Mme Campan raconté par sa biographe Inès de Kertanguy dans son livre Madame Campan, Première Femme de Chambre de Marie-Antoinette.

15 mars 1822 : Elle parle de sa famille; puis elle murmure :
–Je sens que la fin approche; Il me semble que tout va s'évanouir… Le temps presse. Des images trottent dans son esprit, il est vif, si vif encore. Elle s'adresse au docteur pour lui compter une anecdote; celle-ci est à l'honneur de Napoléon et elle résume toute la vie de la mourante : « Je dînais un jour à la Malmaison avec le Premier Consul, il remarqua la tabatière que je portais constamment, la prit, et reconnut les traits de Marie Antoinette.
– C'est bien, très bien, Madame Campan, me dit-il en me regardant ; ce portrait fait votre éloge, je n'aime point les ingrats. Il est bien naturel que vous teniez à conserver l'image cette femme charmante. Ils ont voulu la perdre en 93, que n'auraient-ils pas perdu ! La naissance et les titres les exaspéraient, leur haine tenait la rage. Vous seriez morte avec elle, j'en suis sûr, comme vous mourrez avec son portrait.
Docteur, ajoute-t-elle, après un moment de silence, il a dit vrai, voyez plutôt. »
Le 16 mars 1822 à six heures du soir, Henriette Campan rend son dernier soupir.


madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia P

Lucrezia P


Nombre de messages : 474
Date d'inscription : 07/04/2015

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeSam 30 Juil - 10:14

Pour ceux qui supportent la lecture sur écran, les Mémoires de Mme Campan en ligne :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6228805j/f9.image

_________________
Je préfère l'original à la copie
Revenir en haut Aller en bas
madame antoine

madame antoine


Nombre de messages : 6586
Date d'inscription : 30/03/2014

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeJeu 6 Juil - 11:50

Il existe également une version numérisée par Google.
C'est ici.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Aglae

Aglae


Nombre de messages : 1035
Date d'inscription : 09/10/2016

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeJeu 7 Mar - 16:10

( Je redis ici ce que j'ai déjà écrit dans le fil sur Madame Campan)

A l'âge de 15 ans, Henriette Genêt, ( qui deviendra par son mariage avec Bertholet - appelé Campan du nom de sa région dans les Hautes Pyrénées- Madame Campan) a reçu une excellente éducation et devient lectrice de Mesdames les filles de Louis XV = Victoire, Adélaïde et Sophie; plus tard, elle est placée au service de la jeune Dauphine Marie-Antoinette d'Autriche, devenue de France;
Dès lors, elle est en situation d'être témoin des prémices de la Révolution;
Ses Mémoires évoquent tout d'abord la fin du règne de Louis XV, puis les débuts du règne de Louis XVI jusqu'à son emprisonnement au Temple;
Très connus, ces textes ont servi de sources à maints historiens, ainsi que d'inspiration à maints romanciers qui n'hésitent pas à les plagier; Notamment Jean-François Parot dans sa série Nicolas Le Floch

J'ai été bien déçue par cette lecture, dont il me semblait qu'elle serait révélatrice de presque deux règnes si critiqués, et sans doute encore imparfaitement connus;
Si je n'ai pas relevé d'erreurs ou de mensonges historiques, j'ai été constamment gênée dans ma lecture par le ton de la narratrice;
Guindée, bien pensante, drapée dans sa morale et son bon sens, Madame Campan m'apparaît en définitive comme un personnage pas très net;
Sous couleur de véracité et de vertu elle ne recule pas devant des anecdotes choquantes ( les "petites filles" de Louis XV, les traîneaux de Marie-Antoinette, son nécessaire de voyage, l'inertie de Louis XVI critiquée par sa femme, etc) et l'on se demande si elle est juge ou partie;
A côté de ces évocations, elle se répand en envolées larmoyantes sur "l'infortunée Princesse" = Marie-Antoinette, "sucre" bien sûr, le personnage de Fersen, et se plaît à évoquer l'unité conjugale du couple Royal;
La confrontation avec d'autres Mémoires et correspondances montre là, sa "diplomatie";
En définitive, j'estime que ces Mémoires sont bien surévalués, et ne sont nullement une lecture indispensable;
Ce personnage m'est devenu antipathique, chafouin et opportuniste, avec pour l'achever un ego ridicule = quoiqu'elle se donne beaucoup de mal pour le suggérer, Madame Campan n'a pas été un témoin incontournable de cette époque; sa vision "rétrécie" à l'essentiel, ( presque ce que peuvent relater d'autres témoins à ce moment là, fait penser irrésistiblement à un "filtre" soigneux et précautionneux; aucune révélation, des critiques sous jacentes ( ne pas déplaire, on ne sait jamais ! ) de Marie-Antoinette et Louis XVI, omission des journées terribles, enfin rien de ce qui donne LE témoignage clé d'une période cruciale;


Et je viens de télécharger =

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Image_11

De Geneviève Haroche-Bouzinac =

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Photo_11

Geneviève HAROCHE-BOUZINAC, Professeure de littérature française à l’université d’Orléans, directrice de l’équipe de recherche CLARESS (de l’âge classique aux Restaurations) au sein du laboratoire POLEN (Pouvoirs, Lettres, Normes), spécialiste de Voltaire et de la littérature épistolaire, est l'auteur de : la vie mouvementée d'Henriette Campan.


Comment survivre aux révolutions, quand on appartient tout entier à l'ancien monde ? C'est le problème qu'eut à résoudre toute une génération née au milieu du XVIIIe siècle et qui a connu une dizaine de régimes successifs, du règne de Louis XV à celui de Louis XVIII, en passant par la Convention, la Directoire, le Consulat et le Premier Empire. Mme Campan (1752-1822) appartient à cette génération intermédiaire. Issue d'une famille versaillaise où se croisent commis des ministères et officiers de la Maison du roi, milieu tout à la fois « philosophe et royaliste », elle est successivement lectrice de « Mesdames », les filles de Louis XV demeurées célibataires, et femme de chambre puis première femme de chambre de Marie-Antoinette. Sa fortune semble bien établie quand soudain tout s'écroule : Henriette Campan, aux premières loges, assiste à l'écroulement de la monarchie. Au lendemain du 10 août 1792, elle n'a plus rien et doit se cacher pendant les deux années de la Terreur aux environs de Paris. Au lendemain de la chute de Robespierre, Mme Campan sort de sa quasi-clandestinité et ouvre une maison d'éducation - choix paradoxal dans la mesure où elle-même a été élevée chez ses parents, mais « l'éducation bien donnée, bien sentie, est une sorte de création qui ressemble à la maternité ». Prenant pour exemple le Saint-Cyr de Mme de Maintenon, Henriette Campan entend promouvoir un modèle d'enseignement destiné à former des femmes capables d'autonomie : épouses et mères, mais aussi administratrices de leur maison et de leurs biens, cultivant les arts d'agrément en même temps que dotées de solides notions d'histoire et de langues étrangères. Le succès vient rapidement. L'institution de Mme Campan accueille Hortense et Stéphanie de Beauharnais, Caroline et Pauline Bonaparte, la fille du banquier Perrégaux et Zoé Talon, la future favorite de Louis XVIII. En 1807, Napoléon, pourtant adepte d'idées rétrogrades en matière d'éducation féminine, nomme Mme Campan directrice de la Maison impériale d'Écouen, destinée aux filles des membres de la Légion d'honneur. L'aventure s'achève en 1814, avec la chute de l'Empire.

Au plus fort de sa faveur, Mme Campan se rêve surintendante d'un réseau de maisons d'éducation s'étendant à tout le Grand Empire. « Nous sommes une espèce d'université de femmes, où la jeunesse de notre sexe doit être élevée et où doit se former en même temps une école normale de femmes enseignantes qui se répandront non seulement dans l'Empire français mais dans toutes les écoles étrangères formées à l'imitation de la France », écrit-elle en 1810. Tandis que s'appliquent les dispositions rétrogrades du Code civil, le mouvement des idées ne cesse pas pour autant de marcher. La figure de Mme Campan, que Geneviève Haroche-Bouzinac dessine avec science et sensibilité, retrouve ainsi sa place dans l'histoire de la lente émancipation des femmes.

Geneviève Haroche-Bouzinac
est l'auteur d'une thèse
dirige actuellement 2 thèses
a dirigé 8 thèses
a été président de jury pour 3 thèses
a été membre de jury pour 1 thèse

Collaborations

Direction depuis 1999 de la rédaction d’Épistolaire.
Depuis 2004, membre du comité de direction de la « Bibliothèque des Correspondances », Direction des éditions de correspondances, XVIIIe siècle, éditeur Champion- Slatkine, Paris, Genève.
2006, crée le réseau "Lumières" avec les universités de Tours (PRES Centre Val de Loire) et Poitiers. Ce réseau a regroupé 10 chercheurs et 40 doctorants (littérature, histoire, histoire de l'art, musicologie, philosophie) et s'est donné pour but l'étude des Secondes Lumières. G. Haroche-Bouzinac organise une journée annuelle à Orléans (en collaboration) à laquelle participent les doctorants.
Depuis 2008, nomination en tant qu’expert par l’université de Bourgogne TIL EA 4182 pour la publication de la Revue du centre Interlangues Textes et Contextes.

Revenir en haut Aller en bas
Petit Marquis

Petit Marquis


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 27/07/2019

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeVen 2 Aoû - 11:52

Belle édition à couverture brodée de cet inestimable témoignage :

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Zfer10

La vente est opérée par AbeBooks.
https://www.abebooks.com/books/rarebooks/?cm_sp=TopNav-_-Home-_-RBR

_________________
J'ai fait danser tant de malentendus
Revenir en haut Aller en bas
Oberon Saint Laurent

Oberon Saint Laurent


Nombre de messages : 121
Date d'inscription : 31/08/2017

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Mar - 8:02

Comme c'est romantique ! Une ancienne édition des mémoires de Mme Campan

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Zzzz15

_________________
La folie fait le tour du globe comme le soleil
Revenir en haut Aller en bas
Aglae

Aglae


Nombre de messages : 1035
Date d'inscription : 09/10/2016

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeMer 24 Nov - 16:49

Je suis en train de relire les Mémoires de Madame Campan; les livres "changent" de lectures en relectures; ou plutôt nous, nous changeons;
J'en suis au début où sont évoqués l'éducation donnée à Marie-Antoinette par sa mère, et le personnage de l'Abbé Vermond;
Mon opinion ne change pas, je crois même que je trouve l'écrivain encore plus fielleuse que lors de mes lectures précédentes;
Revenir en haut Aller en bas
Airin

Airin


Nombre de messages : 864
Date d'inscription : 19/09/2015

Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitimeJeu 25 Nov - 19:57

Qu'entendez-vous par fielleuse, chère Aglae ?

_________________
Cet été-là, l'extravagance était à la mode.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Mémoires de Mme Campan - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mémoires de Mme Campan   Mémoires de Mme Campan - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Mémoires de Mme Campan
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Bibliographie :: Mémoires-
Sauter vers: